Quelques plantes sauvages pour commencer la cueillette

Je vous mets quelques photos de plantes que j’ai ramassées dans ma belle campagne (oué, je vous soule un peu avec mes articles, mais demain je pars pour dix mois en Irlande  et internet est tout pourri la bas, du coup je ne sais pas trop quand je reviendrai) . Celles-ci sont suffisemment caractéristiques pour être reconnues facilement, j’espère que ça vous aidera pour la cueillette!

Au pire, ça vous fera ptêt tilt si vous les croisez au détour d’un chemin ou d’un jardin 😉

On commence par…

LES PLANTES TOXIQUES (yeaaaah!)

DSC_4670

On commence avec la fameuse Hellebore Verte , que j’ai trouvé à la lisière d’un bois. Il existe de nombreuses espèces d’hellébore, dont la noire (appellée ainsi parce que ses racines sont noires), celle habituellement utilisée en magie, et la blanche. L’hellébore verte était cultivée dans les jardin de moine pour soigner des affections cardiaques et nerveuses, mais je ne vous conseillerais pas de vous faire une tisane avec , elle est fortement toxique. Elle est l’un des quatre poisons de sorcière, avec la Cigüe, la jusquiame et la belladone, et entrait souvent dans la composition du fameux onguent de vol des sorcières, dont elles se tartinaient à l’époque pour entrer en transe. Vous pouvez utiliser en nécromancie, ou pour les sortilèges de banissement: elle est extrêmement puissante, à approcher avec respect et circonspection. Elle a une sacré énergie, il me suffisait de rester au dessus avec les mains tendues vers le plan d’hellébore pour ressentir aussitôt des vertiges. Pour ce qui est d’entrer en contact avec, perso c’est pas encore le cas, je pense que ça demande du temps et du doigté, madame est capricieuse.

DSC_4671

Le chèvrefeuille, que vous pouvez trouver en abondance dans les sous-bois. Attention, celui-ci est aussi toxique. En magie, il est dit attirer l’amour et l’argent, et protéger le jardin du mal . On peut bruler les fleurs qui sentent hyper bon en guise d’encens pour purifier l’atmosphère.

LES PLANTES COMESTIBLES

DSC_4672

On utilise la consoude pour faire le fameux purin , qui équilibre le compost en raison de sa teneur en potasse. Mais autrement vous pouvez utiliser ses grandes feuilles poilues un peu comme les feuilles de vigne, vous les faites cuire à l’eau une minute pour les ramollir, puis vous faites une farce à base de ce que vous voulez (riz/petits légumes/noix par exemple) , vous enroulez les feuilles de consoude autour de la farce et hop à griller au four avec un filet d’huile d’olive, c’est extra. Autrement, au niveau magique, c’est une plante eau/saturne, une des plantes sacrées d’Hécate.  On peut la brûler avec de l’armoise pour aider à la divination, ou en garder une feuille dans son bagage pour se protéger pendant le voyage. On l’appellait Con-soude parce qu’il était dit que prise en aliment ou en tisane, elle aidait à ressouder les os. Vous la trouverez un peu partout dans les prés humides et en lisière de forêt.

DSC_4677

Le plantain est l’une des plantes du charme nordique des Neufs herbes sacrées. Il est coriace, sert a peu près à tout, soigne les blessures et piqures (vous en mâchez quelques feuilles et les appliquez sur les blessures) , est très efficace en cas de rhumes ou de bronchites pris en tisane, c’est un peu l’herbe qui ne paye pas de mine mais qui cache bien son jeu. Vous pouvez faire un pesto plantain/feuilles de framboisier, il parait que c’est très bon (ma mère a testé). Au niveau magique, le plantain est sensé aider dans tous les charmes liés à la force, la protection et le soin. C’est une plante très sympa, toujours prête à aider, vous pouvez la cueillir sans trop de soucis. Vous le trouverez surtout sur les chemins en terre.

DSC_4678

Le Cerfeuil musqué, dont je ne vous conseillerais pas la cueillette si vous êtes novices, parce qu’on peut le confondre avec sa pote moins sympa la cigüe. Au contraire de le cigue qui a une odeur désagréable de pipi de chat, le cerfeuil sent très bon, et il n’a pas de taches rouges sur sa tige, qui est creuse et crénellée. En magie, le Cerfeuil musqué est l’une des 9 herbes sacrées, il est sensé protéger et purifier, comme ses confrères du charme.

DSC_4679

La grande Berce (et pas la grande Bertha, pardon c’était nul comme blague) , aussi appellée l’herbe à lapin, est assez commune dans les prés. Ca ressemble un peu à une grande rhubarbe, en plus dentelé. Attention à ne pas la confondre avec la Berce du caucase, qui est phototoxique: la Grande Berce a plein de petits poils doux sous les feuilles et sur la tige, que la Berce du caucase n’a pas, les feuilles de la grande berce sont aussi moins dentelées.

On peut utiliser les jeunes feuilles comme des épinards (n’essayez pas les grandes, c’est dégueu, j’ai testé), par contre vous pouvez faire des super salades avec la tige, que vous épluchez comme une tige de rhubarbe et que vous coupez en petit morceaux avec de la feta, des tomates, des concombres… Elle est hypotensive et diurétique , et riche en vitamine C au printemps. Je ne lui connais pas d’usage magiques, mais sait on jamais!

DSC_4700

L’Egopode est très commune dans les sous bois, on peut la consommer jeune en salade, ou plus vieille comme des épinards. Sa saveur est plutôt sympa, assez forte, et sa texture plutot douce, comparée à d’autres plantes sauvages. Pas d’usage magique connu, mais elle était appellée Herbe aux goutteux, car elle était réputée aider à soigner…la goutte.

DSC_4697

Le Geranium herbe à Robert n’a rien a voir, contrairement à ce que son nom indique, avec le géranium de ton balcon, qui lui doit être un poil toxique. On la trouve un peu partout sur le rebord des chemins et pieds des murs, son odeur est très agréable, on peut en faire des vins parfumés. On utilisait son infusion pour lutter contre la dysenterie et les hemorragies utérines, pour aider à stabiliser le taux de sucre dans le sang et pour désengorger les mamelles des vaches .

DSC_4695

La Vesce commune est intéressante parce que riche en protéines. Elle a un très agréable gout de petits pois, on la trouve surtout sur le bord des chemins et dans les champs, elle est aussi beaucoup utilisée en agriculture biologique. Pas d’utilisation magique connue au bataillon, mais par contre on sait qu’elle était une part certaine de l’alimentation de certains hommes du néolithique, et qu’elle était cultivée par les romains.

Voilà! On arrête la pour ce soir, bonne nuit les coccinelles et a bientôt! Une petite photo de Melchior et Balthazar mes nouvelles mini-opales, comme promis (pas plus grandes que l’ongle de mon pouce, mais costaudes! J’ai du mal à les apprivoiser ces saligaudes)

DSC_4701DSC_4706

(On dirait des minis Icebergs, c’est vraiment rigolo)

Publicités

Débuter avec la cueillette sauvage

Me revoici dans l’arène pour vous donner, comme promis dans le dernier article , quelques détails concernant la cueillette sauvage.

Si vous avez envie de vous y mettre, pour récolter vos plantes vous même et les utiliser soit à des fins magiques, soit à des fins culinaires, soit à des fins médicinales, ou pour toute autre raison, il y a quelques règles à respecter afin que la cueillette et la dégustation, ainsi que la conservation se déroulent dans les meilleurs conditions possibles.

Sachez qu’il est plus facile d’utiliser les mêmes règles et de faire preuve des mêmes précautions pour toutes les plantes que vous cueillez, du moins lorsque vous commencez, comme ça si par exemple vous voulez utiliser votre aubépine pour en faire une tisane calmante ou en fumigation pour purifier un endroit, et bien y’aura pas de soucis en aval.

tumblr_nnpit0y9jh1qg132eo1_1280

La première difficulté à laquelle vous aurez à vous confronter, et non la moindre, est celle de l‘identification des plantes que vous cherchez. Soyez sur, et absolument certain, qu’il s’agit bien de la plante que vous voulez cueillir. Certaines plantes ont des cousines toxiques, comme par exemple le cerfeuil musqué qui ressemble à la cigüe. Pour éviter de passer de vie à trépas pour une bêtise, prenez un bouquin avec vous comme L’herbier a croquer , de François Couplan pour les débutants, ou Le régal Végétal pour ceux qui ont envie d’un truc plus consistant. Je préfère personnellement les ouvrages « non magiques » pour ce qui est de reconnaître les plantes sauvages, ils sont en général mieux documentés et plus complets; je recherche ensuite en aval les applications magiques des plantes qui m’intéressent , par exemple sur ce site là. Si vous n’êtes pas sur, cueillez quelques brins de la plante et ramenez les chez vous pour essayer de les identifier; ça peut etre un exercice sympa pour commencer .

Ensuite, soyez au courant des risques de maladies transmises par des parasites ou virus transmis par l’urine des animaux, comme l’echinococcose ou la douve du foie. (bon courage si vous allez lire les articles, c’est super dégueulasse. Mais que ça ne vous effraie pas, si l’on respecte quelques règles on a aucune chance de chopper ces saloperies) .

L’echinococcose est transmise par l’urine d’animaux sauvages, les cas sont très rares (15 par an environ) , et la plupart se concentrent dans l’est de la France et le massif central (voir la carte de Wikipédia), si vous allez ailleurs y’a aucun soucis. Mais si vous avez vraiment peur, cueillez les herbes qui se trouvent a plus de 50 cm du sol, ou dans votre jardin, aucun risque qu’il y aie du pipi de renard dessus.

Pour la douve du foie, on la trouve dans le cresson sauvage et dans les pissenlits qui se trouvent en aval des ruisseaux ou paissent des bovins ou ovins (vaches et moutons), du coup évitez simplement d’en ramasser et préférez le cresson cultivé.

Si malgré tout ça ça vous fait encore grave flipper toutes ces histoires de parasites qui vous bouffent le foie (nooooon reveneeeez je vous assure c’est bien les plantes sauvages!) , dites vous qu’il existe une solution toute simple qui permet une consommation sans risque des légumes.

Et oui. La cuisson. Normalement, si vous cuisez vos légumes, y’a plus aucun soucis. Bon par contre, la plupart des vitamines et micro-organismes nécessaires à la digestion se trouvent dans le légume cru et sont détruites à la chaleur, du coup c’est vous qui voyez!

Si vous partez pour une longue balade, n’oubliez pas votre pince à tique, pour la retirer vite fait, essayez de portez des collants ou leggins, afin d’éviter de chopper la maladie de lyme qui est une belle saloperie et transmise par les piqures de tique. Prenez aussi un petit flacon d’huile essentielle de lavande aspic, efficace contre tout type de piqures (ou mâchez du plantain avant de l’appliquer sur la piqure, ça marche aussi), et puis une bonne bouteille d’eau contre la désydratation, ainsi que quelques offrandes pour les esprits du lieux et pourquoi pas un outil de divination pour etre sur qu’on vous autorise à cueillir les plantes concernées.

Pour ce qui est de la cueillette proprement dite, ainsi que de la conservation et de l’utilisation des plantes , vous pouvez aller voir la vidéo de Lyra Ceoltoir (du blog Herbwitchery) qui est vraiment super bien faite; elle vous donne plein de tuyaux pour cueillir, faire sécher , conserver et enfin utiliser les plantes, comme par exemple:

Utiliser un panier en osier pour mettre les plantes qu’on cueille , afin de participer à la pollenisation et d’éviter d’abimer votre récolte (et puis c’est toujours sympa, le côté petit chaperon rouge en balade pour aller voir sa mère grand)

Ne pas utiliser de couteau en fer , certaines plantes n’aiment pas ça, en particulier celles qui sont liées à la faery. J’en ai eu la confirmation lorsque j’ai été cueillir de l’hellébore, j’avais des branches d’aubépine dans mon sac et je mets la main pour chopper mon couteau afin de l’utiliser pour couper l’hellébore, et BIM je me pique, mais bien méchant. J’ai essayé quand même (je n’avais aucune idée à l’époque que certaines plantes puissent ne pas aimer le fer), rien a faire, je n’arrive pas à couper les tiges. Solution: utiliser un couteau en céramique style celui là que j’adore, ou vos petites mimines .

DSC_4689

Faites juste attention si jamais vous cueillez des plantes qui ont une sève corrosive comme l’hellébore, mettez des gants , sinon vous risquez d’avoir des surprises.Pour vous donner un exemple, j’ai été cueillir de l’hellébore , puis je me suis mise à décortiquer les cosses pour récupérer les graines (personne a empoisonner je vous rassure, mais l’hellébore est une super plante pour tout ce qui est de banir les trucs pas beaux et méchants) , et là je sens que le bout de mes doigts me pique et devient rouge, je commence à avoir des vertiges. Je vais vite me laver les mains et regarde sur internet, et je m’aperçois que le suc est corrosif, et que les principes actifs peuvent passer dans le sang. Je vous avoue que j’ai un peu flippé quand même, j’étais shootée pendant au moins 3h, rien de grave, juste la légère impression d’être un peu bourrée ou d’avoir fumé. Donc prudence, renseignez vous bien; bien que les plantes toxiques soient dans l’ensemble assez rares dans la nature, c’est important de savoir les reconnaitre.

Evitez les plantes de bord de routes . Les voitures qui passent relâchent pas mal de pollution, qui peuvent passer dans les plantes. Pareil pour ce qui est de la cueillette en milieux pollués, vaut mieux éviter; c’est une raison pour laquelle j’aime cueillir mes plantes moi même et savoir d’où elles viennent, car leur teneur en principes actifs dépend de l’endroit où elles poussent.

Cueillez vos plantes de préférences le matin,  et lorsqu’elles sont sèches. Je crois qu’il existe différentes heures ou jours , voir saisons spécifiques à la cueillette de telle ou telle plante, ça ne fait jamais de mal de se renseigner, mais en général c’est le matin que les plantes sont au « must » de leurs arômes .

Triez et Rincez bien votre cueillette, surtout si vous allez la consommer après. Lorsque ce sont des plantes aromatiques de votre jardin, on conseille souvent de ne pas rincer , car la encore, ça retire pas mal de principes actifs. Mais pour celles cueillies dans la nature, il y a souvent de la poussière, ou des insectes dessus; il vaut mieux les laver , avec un petit peu de vinaigre de cidre dans l’eau de rincage c’est parfait. Triez votre cueillette en cueillant, et en rinçant une deuxième fois, histoire d’être bien sur de ne pas avoir autre chose que ce que vous voulez ; en particulier si vous partez pour cueillir différentes plantes, c’est toujours mieux de les stocker dans des sacs différents ou de bien les séparer, surtout s’il y en a des comestibles et d’autres pas.

Mettez les à sécher dans un endroit sec, chaud, sombre et sans poussière. La technique la plus simple est simplement de suspendre les bouquets tête en bas, en les attachant à un fil qu’on serre bien (les plantes se rétractent en séchant) . Attention à la lumière, ça a tendance a détruire les principes actifs de la plante, c’est pour ça que les faire sécher au soleil est en général une mauvaise solution.

Stockez les dans des pots en verre, à l’abri de la lumière, avec un bon étiquettage. Il est préférable d’utiliser des pots en verre avec un bouchon de liège, afin que l’air circule et que les plantes ne moississent pas. Sinon, les sacs en papier (éviter le papier blanc, qui contient du chlore et des agents blanchissants) style sacs qu’il y a dans les magasins bio pour prendre les trucs en vrac ou les légumes, c’est parfait; ou encore des petits sacs en tissus, c’est plus facile à transporter si vous partez en voyage.

Voilà! J’espère que ça vous aura aiguillés, n’hésitez pas à apporter des précisions/corrections si besoin, je posterais quelques plantes faciles à reconnaître dans le prochain article, avant de partir en Irlande demain !

DSC_4698

Voilà le premier de la série pour vous mettre l’eau à la bouche : le lierre terrestre (Glechoma hederacea), cette mauvaise herbe qu’on trouve dans tous nos jardins. Au gout très fort, on l’utilise en condiment un peu comme le persil ou le thym, pour relever les salades, potages, omelettes… J’adore ce gout, c’est hyper agréable, et plein de vitamine C. Elle est anti-inflammatoire, diurétique, astringente, expectorante; et en magie on l’appellait « couronne de terre », et réputée redonner des forces aux jeunes maman après l’enfantement, lorsque placées sous l’oreiller; on peut aparemment l’utiliser aussi pour la divination.

A ne pas confondre avec le Lierre Grimpant qui ne lui ressemble en rien, et qui lui, est toxique.

Nez dans l’herbe et sang de sève

Voilà. Je vous propose un truc les petits loups. Vous vous posez tranquillou, vous appuyez sur « play » ,et vous quiffez la vie en écoutant du Hildegarde de Bingen (une abesse de je-ne-sais-plus-quel-siècle, une fille incroyable qui a pondu un nombre effarant de textes sur les propriétés des plantes et pierres, la philosophie, la musique, les enluminures… Oui, je ne sais pas comment elle avait eut assez de toute une vie pour faire tout ça) .

tumblr_nlr3ebO0Tk1tlbsrbo1_540

On ne prend jamais assez le temps de faire les choses, de s’imprégner de ce que chaque chose nous donne. L’ancrage, par la terre, par le contact avec tout ce qui nous entoure, créé des courants avec ce tissu de la vie qui frémit sous nos impulsions. Pas d’ancrage, pas de chocolat   et c’est le carnage assuré. Peurs, angoisses, insatisfactions, insécurité …Si t’es pas en alignement avec le monde, il se créé un décalage, tu deviens Soul Blind. (j’avais fait un petit article dessus si jamais ça t’intéresse, petit internauteur en voyage dans l’outre-espace la blogosphère). Tu sens qu’il y a un truc qui cloche, et tu dérape. Bim dans les graviers. Que faire pour retrouver cet alignement? Ce qui nous parle le plus.  Jardiner, courir, faire du Kung Fu, du Tai-Chi, du dessin, de la pâte à sel ou des bougies , du moment que ça nous rends conscient.

Allez hop, voilà petit extrait de Tribulations d’une chamane à Paris, de Corine Sombrun parce que je l’aime bien et que ça explique plutôt bien le shmilblick:

A force de faire plusieurs choses a la fois, je ne prenais jamais le temps d’écouter ce que chacune me disait.  » C’est pour ça que tu es fatiguée. Dans ton agitation, tu ne peux pas voir tout ce qui t’entoure, les couleurs, les odeurs, les goûts, les textures t’offrent une énergie inépuisable. Mais, pour les recevoir, tu dois déjà apprendre à leur donner ton attention. »

Et j’ai compris soudain pourquoi ses gestes à elle me semblaient posés, profonds, enracinés. Uniques. En les faisant, en les pensant, en les écoutant les uns après les autres, elle pouvait en capter toutes les énergies.

Pour moi qui suis un poil hyperactive (syndrôme de l’ère numérique?) , c’est un véritable challenge que de me reposer et de prendre conscience de chacun de mes gestes. Souvent, dans mon cas, au lieu d’avoir une circulation fluide entre la pensée et l’acte, la pensée part dans toutes les directions à la fois et le geste, déstabilisé et désorienté par ce chaos , se heurte aux possibilités et finit par foirer (comprendre: je casse un truc ou je frappe quelqu’un sans faire gaffe).

Il faut tout réapprendre. C’est long. C’est chiant. Ca demande de se structurer; en ça travailler avec Athéna est salvateur, je ne la remercierais jamais assez. Elle met de l’ordre dans mes pensées, en me forçant à réfléchir à mes actes et mes pensées, à remonter à la source à chaque fois que je joue au chat et à la souris avec moi-même, me forçant à régler les problèmes plutôt que de les enterrer sous le paillasson .

Un vendeur de pierres m’avait dit un jour que j’étais comme l’obsidienne ou l’opale: sans structure (tiens donc, mes deux pierres favorites). Vitreuse, ou Hyaline , histoire de faire plus scientifique: les cristaux présents dans les autres minéraux ont eut le temps de se former avec le temps, de grandir et de choisir une structure , de se canalyser. Alors que dans les structures vitreuses, l’énergie peut se disperser dans tous les sens, c’est le royaume de la potentialité et des chemins multiples; le seul moyen de leur donner une forme, c’est de les sculpter, ou de les briser. (ou les deux?) Et alors? Dois-je me sculpter en flèche, en miroir, en galet poli? En éclat?

DSC_4693

Ma dernière acquisition: Jean-René, une mini-opale de feu. Je suis absolument fascinée par les merveilleux relfets de l’opale, j’en ai acheté deux autres mais je vous présenterais Melchior et Balthazar une autre fois!

Enfin. Je dévie. Revenons à la terre. Depuis quelques mois, je fais un gros travail d’ancrage. Lorsque je faisais des apnées du sommeil, j’étais beaucoup plus fatiguée, mais beaucoup plus « ouverte »: j’avais souvent des perceptions accrues, des états de veille étranges entre deux mondes…Mais ça venait toujours de manière complètement incontrôlée. Tu me demandais de m’asseoir et de rentrer en transe comme ça hop, c’était mort. Et puis bonjour au taff les apnées du sommeil, quand tu es en mode zombie h/24 , que tu n’arrives pas à aligner trois mots ni à te concentrer sur ton écran, et que parler aux autres te demande un effort tellement considérable que tu préfères pioncer avec de la musique dans les oreilles, l’esprit entre deux eaux et le corps bien content de se laisser aller à l’état d’apoplexie .

A commencé un très long travail d’ancrage, une bonne grosse purification bien bourrine pour délier les principaux blocages, un réapprentissage de la perception de ce qui m’entoure.Yoga, balade, jardinage. La terre. Les végétaux. En me collant à un arbre, en étendant ma perception, j’ai l’impression de comprendre comment l’arbre me perçois: comme un hamster. Qui passe son temps à courir dans sa roue, à mordre les barreaux, à grignoter sa graine de tournesol et a rester coincé dans son tube parce qu’il est trop con et qu’il croit qu’une fois dedans, il peut faire marche arrière.

Ok , arbre. Montre moi. Plante, enseignes-moi.Même si je perds en « perception », tant pis .(c’est ce qui s’est passé, je n’ai plus de visions de ouf ou d’espèce de transes chelou de demi sommeil comme j’avais avant, va falloir que je regagne ça à la sueur de mon front, je me sens comme Lyra qui a perdu la capacité de lire l’aléthiomètre, c’est assez frustrant j’avoue)

J’ai commencé à travailler un peu un bout de jardin durant mon temps passé à la campagne, j’ai planté de l’engrais vert pour revitaliser la terre fatiguée.

DSC_4685

Il y a deux mois il n’y avait que de la terre nue à cet endroit, mes graines s’en sont données à coeur joie, une vrai forêt vierge (je suis sure qu’il y a un vélociraptor de planqué là dedans)

Je me suis un peu interessée a la permaculture, pour quand j’aurais mon vrai chez moi , parce que j’aimerais être autosuffisante autant que possible et manger MES tomates, et puis j’ai potassé aussi le super bouquin Vivre en pleine nature, de François Couplan. Ca n’a rien à voir avec Man Versus Wild, je vous rassure.

manvswild

Alors là, je viens de tuer ce crocodile avec mon pouce, je vais donc le dépecer avec un couteau fait en ongle incarné taillé et en faire une bonne soupe,et après je dors dans ses intestins pour me tenir chaud durant la nuit.

Non. Vivre en pleine nature est axé sur la survie douce, ne pas rejeter toute « civilisation » mais apprendre à se démerder avec le minimum, bâches, pastilles pour désinfecter l’eau, sac de couchage, farine complète, huile, sel et surtout apprendre à reconnaître et respecter les principales plantes sauvages. François Couplan a pas mal travaillé avec des peuples amérindiens, la notion de respect et d’harmonie avec la nature, l’échange avec les esprits est sous-jacent dans toutes ses démarches: tu ne prends que ce dont tu as besoin, tu en fais bon usage, tu demandes, tu remercies.

J’ai commencé à tester quelques plantes, les plus faciles a reconnaître sans risquer l’intoxication, en les intégrant petit a petit a mes menus, histoire de ne pas changer d’habitudes trop violemment.

Parce que les plantes sauvages, ça a une sacré énergie, et ton corps n’est pas habitué à ça. Ca a des gouts, des textures inhabituelles, et puis tu le sens quand tu l’ingères. Tu es ce que tu manges; l’addage prend ici tout son sens. Quand tu manges, tu te « charges » de tout ce que ta nourriture à été. L’endroit ou elle a poussé , ou gambadé, ou nagé, ce qu’elle a elle même ingéré, son histoire. Un transformation, une incorporation s’opère.

Les plantes sauvages ont beaucoup plus de minéraux, de vitamines et d’acides aminés que ne possèdent la plupart des légumes cultivés aujourd’hui. Il faut évidemment prendre quelques précautions avant de s’y mettre sérieusement, s’armer de courage (je vous rassures, jusqu’ici je ne me suis jamais retrouvée a vomir mes tripes, ni même a ressentir la moindre nausée; par contre desfois c’est chaud à manger, trop d’énergie , tu as l’impression d’être calée direct)

Je vous filerais quelques tips dans le prochain article, ou je vous posterais plus en détail mes cueillettes et quelques trucs a respecter avant de se mettre /en se mettant/ à la cueillette sauvage.

DSC_4656

Et pour finir, un bel exemple de foirage: le vin de sureau qui était juste dégeulasse (vieux gout de pipi bonjour) . Dommage, la photo était classe.

Dans l’ombre d’Athéna

pallas-athena

Athéna, par Rembrant

Il y a plus de liberté dans le fait de se savoir agir que dans le sentiment d’être à l’origine de ses actes, plus de force dans l’acceptation de ses faiblesses que dans leur déni, plus de sagesse en un mot dans la reconnaissance de ses vices que dans la guerre civile que l’esprit déclare au corps qui l’abrite.

Tiré de l’émission sur France Culture la Géométrie du coeur.

Athéna est une déesse beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît,et plutôt difficile d’accès. On a l’habitude, au premier abord, de se la figurer comme étant « la vierge noble et pure, qui combat pour la justice, armée de sa lance et de son Aegis »

Rien de très palpitant pour le paîen d’aujourd’hui, qui a tendance a aimer patauger dans le côté obscur , parce que oui, y’a un côté un peu classe quand un paien vous dit « non mais moi je taffe avec une déesse obscure tu voiiis, Hécate et Morrigan, je suis un peu dark tu comprends, j’assume ma part obscure dans ce monde asseptisé ». Quand on lui parle d’une vieille fille restée vierge toute sa vie pour combattre pour des vertus aussi abstraites que la « justice » aujourd’hui, ça le fait doucement rigoler. Et puis on a tendance a préférer les dieux imparfaits, les dieux qui sont un poil chafouins comme dirait l’autre, les dieux qui nous renvoient à nos propres défauts et qui nous permettent de nous sentir plus à l’aise dans nos baskets (moi même, j’adorais Loki à l’époque, je trouvais que c’était « le plus intéressant »)

Certes, je ne nie pas le fait que tout est question d’équilibre, et que dans le brouillamini du paraître en société et de la pression qu’on se met tout seul sur les épaules pour être parfait aux yeux des autres, que ça fait toujours du bien de relâcher la soupape et d’explorer un peu notre retour à l’animalité, de tester notre morale qui est souvent biaisée par notre éducation judéo-chrétienne. Ca fait du bien de comprendre ce qu’est vraiment l’ombre, ce qu’est vraiment la mort, le fonctionnement des oppositions et la remise en questions de nos notions de bien et de mal.

Comme dirait Blake toujours

Without contraries there is no progression. Attraction and Repulsion , Reason and Energy, Love and Hate, are necessary to Human existence.

From these contraries spring what religion call Good & Evil. Good is the passive that obeys Reason. Evil is the active springing from Energy.

Sans contraires il n’y a pas de progression. Attraction et répulsion, raison et Energie, Amour et Haine sont indispensables à l’existence Humaine.

A partir de ces contraires naît ce que la religion appelle « Bien & Mal ». Le Bien est le passif, qui obéit à la Raison. Le Mal est la source active de l’Energie.

Le déséquilibre dans le sens de cette notion de « bien » est flagrant dans la société d’aujourd’hui, c’est, je le pense, l’une des raisons principales pour lesquelles on essaye de rétablir l’équilibre en passant du côté Obscur.

anakin

T’as un problème avec le fait que j’assume ma noirceur intrinsèque?

Nonnon t’inquiète Anakin, tout va bien, regarder les gens par dessous sur un fond de flammes rouges ça te va très bien.

Le problème, c’est juste la manière dont nous percevons les gens si nous ne sommes pas équilibrés. Se complaire dans l’obscurité, c’est tout aussi mauvais que de se voiler la face en s’imaginant que l’obscurité n’existe pas; il y a aussi le risque de se perdre dans les méandres du Noir et de biaiser nos repères. On ne sait plus ce qui est « bien » ou « mal« . Comment aligner sa ligne de conduite dans ce cas? Que penser des meurtres , viols, cupidité, violence? N’est-ce pas aussi une part du « sombre » à explorer?

Nos notions de bien et mal doivent pour moi découler de notre perception personnelle de la justice, notre morale doit découler de notre empathie et d’une vision plus large que notre propre égo. Je m’explique: si notre notion de « bien » découle d’une approche judéo-chrétienne (tu fais le « bien« : donner l’aumône au pauvre et faire semblant d’aimer ton prochain, » ne vole pas tu ira au paradis, sinon tu ira en enfer te faire rôtir les cuissots par Lucifer pour l’éternité ») , c’est la carotte et le bâton de l’âne, c’est juste d’un égoisme incroyable. Tu fais le « bien » juste pour ton confort personnel, confort relatif à l’existence d’une vie après la mort.

Alors que si tu réfléchis à tes propres notions de bien et de mal, en fonction de ce que tu ressens par exemple => tu fais plaisir à quelqu’un parce que ça te fait plaisir, ou tu te plies en quatres pour l’autre parce que sa souffrance te fait mal, et que tu as envie qu’il aille mieux parce que ça te fera te sentir mieux, ou que la pollution de la planète te déprime, et que tu décide de faire une action à ton niveau pour réduire un peu tout ça, tu te sens mieux. C’est toujours égoiste comme démarche, mais au final, c’est en accord avec le « tout« . Et oui, pour moi, l’empathie est ce qui nous relie au « tout« , c’est cette merveilleuse capacité qui nous permet de nous faire vibrer au diapason avec l’ensemble, et du coup d’oeuvrer pour le Dharma, l’Univers, le Tout, ce que vous voulez. Un genre d’égoisme déguisé.

Bust_Athena_Velletri_Glyptothek_Munich_213

Non mais je rêve ou je suis complètement passée à la trappe avec votre blabla?

Revenons donc à notre chère Athéna. Je ne vais pas vous réécrire l’article de Wikipédia à son sujet, pour faire très simple, elle est née du crâne de son père Zeus , qui avait avalé sa mère Métis après qu’un oracle lui ai annoncé qu’un fils de Métis lui ravirait son trône. Pas folle la guêpe, elle sort déja toute armée, casque, lance (décidémment, j’ai un truc avec les dieux qui aiment les lances),  Aegis (ou égide) et Armure. Elle est considérée comme étant la déesse de la guerre, mais la guerre « sage » (si on peut dire qu’une guerre puisse être sage, en tout cas opposée à la fureur guerrière représentée par Arès), de la stratégie, des arts, de l’olivier qu’elle a donné aux Athéniens, du tissage, de l’artisanat, des techniques agricoles et maritimes. Tout comme Hermès, elle adore protéger et conseiller les héros, comme Diomède, Ulysse et son fils Télémaque, Héraclès, Persée, Cadmos, Bellérophon…

On ne lui connait pas d’aventures amoureuses hormis celle d’Héphaistos qui essaye de la violer, mais sa semence atteint le sol et féconde Gaia, donnant naissance à Erichthonius , qu’Athéna élève comme son fils (mais vu qu’il avait la forme d’un serpent, elle le met dans un boite en empêchant a quiconque de regarder son contenu, sous peine de devenir fou).

Elle avait un companion d’enfance, Pallas, qui selon certains mythes était soit une amie , un père, un frère, un amour, ou  un rival. Dans tous les cas, elle tue accidentellement celui-ci lors d’un combat, et, pour honorer sa mémoire ou pour essayer de purger son sentiment de culpabilité, décide de prendre son nom pour elle. Certains récits la donnent pour fille de Triton, ou de Poséidon.

Là ou ça commence à être intéressant, c’est lorsqu’on aborde les origines de la déesse Athéna, et tout ce qui tourne autour du mythe de Médusa.

640px-Medusa_by_Carvaggio

Dans l’un des mythes, Médusa était à l’origine une magnifique jeune femme, une prêtresse d’Athéna. Poséidon aimait (un peu trop) Médusa, décida de la violer (oué, tant qu’à faire) dans l’enceinte du temple, brisant son voeux de chasteté en tant que prétresse d’Athéna. En guise de punition, Athéna transforma Médusa en créature aux cheveux de serpents, dont le pouvoir était de changer les gens en pierre d’un regard, tout comme ses soeurs les Gorgones.

Selon une autre version, Médusa se vanta de sa beauté auprès d’Athéna, et la déesse, exaspérée, changea son corps, son regard et ses cheveux.

Un autre mythe parle de Tiserias, qui serait devenu aveugle après que la déesse l’aie choppé en train de la reluquer toute nue dans son bain; sa mère pria Athéna de défaire le sort, mais elle ne le pouvait pas,et prise de pitié, elle décida de lui donner le don de comprendre le chant des oiseaux et  d’en tirer des prophéties.

Moi, ce qui me perturbe franchement dans l’histoire de Médusa, c’est la réaction d’Athéna. Une fille se fait violer dans ton temple et toi tu punis LA FILLE au lieu de punir l’agresseur? Pour une déesse de la justice, on fait mieux !

En creusant un peu plus loin, on apprend qu’Athéna est d’origine Libyienne, certains la lient aussi à l’ancienne déesse égyptienne Neith, elle aussi déesse de la guerre et des arts. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’Athéna et Neith sont la même déesse, je pense qu’il faut faire un peu attention aux associations et aux éthymologies, les transformations des dieux et déesses au fil des âges sont un sacré paquet de noeud, et il est parfois trop facile de faire des rapprochements hasardeux dans ce labyrinth de sources; toujours est il que selon Barbara G Walker, une mythologue, Athéna était à l’origine Anatha, une déesse guerrière qui portait une tunique de chèvre de chasteté, réinterprété plus tard en Aegis, avec un masque de Gorgone teint avec du sang et un pochette contenant un serpent sacré.  Les Gorgones étaient une tribu d’amazones de la région, pour qui Médusa était une déesse protectrice , une déesse sage, l’un des aspects destructeur/régénérateur des déesses primitives.

Les cheveux-serpents pouvaient représenter les mystères de la féminité,le sexe, le sang menstruel et la lune; ainsi, cet aspect de Médusa et sa relation avec Athéna ont été repris par beaucoup de féministes qui y voyaient une déesse sombre, la fameuse « maiden » telle qu’elle a été décrite par Robert Grave (faillit écrire « détruite« , s’te lapsus) dans son fameux livre « The White Goddess« . Pour moi, là encore, c’est une conclusion un peu hative que de lier Athéna à la triple déesse, c’est encore une de ces énièmes appellations fourre-tout, Athéna c’est Athéna, pas la peine de la lier à une quelconque trinité, on nous rabâche déja bien assez les oreilles avec le-père-le-fils-le-saint-esprit.

L’une des théories concernant les mythes de l’Athéna telle qu’elle était vénérée du temps des Grecs, était que la division Athéna/Médusa est intervenue pour coller avec la vision de la femme dans la grèce antique, et pour se caller sur le modèle patriarcal: en réalité, elles n’étaient à l’origine qu’une, les grecs ayant fait une réinterprétation d’Anatha/médusa afin de faire passer le modèle de la fille chaste et pure comme étant celui à suivre, et la « destruction de la sexualité  » comme étant celui d’Athéna qui se tue elle même, en tuant Médusa par le biais de Persée. Les Athéniens n’étant pas connus pour ceux qui faisaient preuve d’une égalité des sexes flagrante (bonjour l’absence de droit de vote des femmes), on peut comprendre que ceux-ci aient essayé d’atténuer l’aspect souverain et la puissance de l’Athéna Libyienne en la soumettant au système patriarcal, représenté par Zeus.

Certains interprètent la « bestialité » de Médusa comme l’un des visages d’Athéna, enragée après s’être faite violer par Poséidon. On peut rapprocher les deux damoiselles grâce à leur connection avec les serpents, leur « regard brûlant », leur lien avec les oiseaux de proie, leur aspect guérisseur/destructeur (Athéna donna le sang de méduse au dieu de la médecine, en effet celui ci pouvait donner la mort s’il était tiré dans la veine gauche, et la vie s’il était tiré de la veine droite), leur lien avec la mer.

La ou je trouve que l’analyse peut être intéressante, sans vouloir tomber dans les trucs capillotractés, c’est l’aspect sombre/lumière d’Athéna/médusa. Elle porte l’Aegis dont fait partie la tête de sa version sombre d’elle même en cuirasse, non pas pour tuer cette partie d’elle même, mais en guise de protection. L’aegis d’Athéna est décrit comme faisant le « bruit d’une myriade de Dragons hurlants« :

Et parmi eux vint Athéna aux yeux brûlants, portant le précieux Aegis qui est sans âge et immortel, une centaine d’écailles d’or pur accrochés et scintillants, tissés serrés tout autour, chacun d’entre eux valant la force d’une centaine de buffles.

L’aegis représente aujourd’hui une sorte de force bénéfique, sous laquelle quelqu’un peut être protégé , ou guidé. Selon Robert Grave, l’Aegis était, chez ces fameuses Amazones Libyennes, une sorte de pochette contenant divers objets sacrés liés à des rituels chamaniques. Il y avait dedans un visage monstrueux aux cheveux de serpents et aux longues dents pointues, sensé repousser les non-initiés et protéger l’utilisateur.

b0b72db008ba8d9bc395cfd24bdef909

Bouclier Aegis, orné de la tête de Méduse

Athéna est celle qui use sa rage, sa partie sombre pour la protection et l’attaque et qui la canalyse par l’exercice de la raison et de la conscience de ce qu’elle est; c’est l’adulte qui prend conscience de son Ombre et qui l’utilise a bon escient, c’est aussi certaines choses à sacrifier pour grandir, certaines choses a tuer pour atteindre le but qu’on s’est fixé, c’est la force qui sert de moteur à l’intelligence, le coeur et l’empathie armés d’un bouclier. L’ombre d’Athéna,Médusa, reléguée au rang de monstre terrifiant par la société patriarchale Athénienne, a été de manière sous-jacente intégrée aux pouvoirs d’Athéna. Médusa, Athéna, les deux faces d’une même pièce qu’est la féminité.

athena

Voila, c’est tout pour aujourd’hui! (Athéna Pallas, par Gustav Klimt)

Pour plus de renseignements, vous pouvez allez voir les sites suivants:

Were Athena and Medusa the same individual?

Gossips, Gorgons and Crones

African Athena

Cellini’s Perseus and Medusa and the Loggia dei

L’oracle des couleurs, de William Berton

2483

 Le monde créé est en quelque sorte la manifestation de ce à quoi vous croyez.

Et ce que vous croyez répond à votre besoin qui lui -même correspond à l’attache par laquelle vous avez trouvé un sens à donner aux choses.

Ce sens dépend de votre histoire personnelle. Le sens que vous donnez vous arrange, soit qu’il justifie un comportement, soit qu’il tente de le réparer, soit qu’il cache un pressentiment.

Quel que soit le fait plausible auquel il se réfère, la croyance n’exclut en rien l’idée qu’elle puisse être une projection d’idées auxquelles vous croyez. Un enfant qui n’a pas d’a priori sur une situation ne peut l’imaginer. De sorte que, sans croyance, on ne peut se confronter à une réalité.

Au nacre, vous allez découvrir à quel point la paix de ce monde ne tient qu’à des idées préconçues. La guerre aussi, d’ailleurs. Guerre et paix sont complémentaires l’une de l’autre. Elles s’engendrent mutuellement. Alors, plutôt que de parler de paix, parlons de silence.

L’oracle des couleurs, carte Nacre Lumière.

L’oracle des couleurs est un jeu de cartes que j’adore utiliser; il se présente sous une forme très simple, et fait appel à des mécanismes inconscients basiques, des significations et perceptions universelles. Bon, ça  ressemble un peu à première vue à un de ces ééééénièmes bouquins qui nous rabâchent les oreilles avec le développement personnel, mais je vous assure, c’est très bien foutu!

Le langage des couleurs est quelque chose dont je suis très proche, tout d’abord parce que je dessine à mes heures perdues (eeeet ouiii), et qu’ensuite, j’ai tendance à lier mes perceptions des énergies et entités à des couleurs ou formes: parfois, cela m’apparait par des vagues de couleurs, d’autres des mandalas. En général il faut que je me concentre un poil pour « percevoir » si j’ose dire les couleurs; autrement si ça venait comme ça sans que je ne demande rien à personne, ça serait un peu bifrost party dans ma rétine du troisième oeil.

my eyes

Oui voila. Exactement. Où sont mes lunettes à éclipse solaire?

lot_de_carte

L’oracle se compose sous la forme d’un jeu de 90 cartes , elles même divisées en 45 couleurs recto, et 2 couleurs verso: en gros, pour chacune des couleurs ; vous avez accès à deux versions: une version « lumière », de couleur dorée, qui est plus liée à ce qu’on appellerait « le ciel »: la tête, les chakras supérieurs, les énergies qui viennent du haut (etwais, on est vachtement axés sur le système de colonne, comme les arbres avec des énergies qui circulent principalement de bas en haut et haut en bas) ; et une version « matière », de couleur rouge, liée aux chakras du bas , à la terre, au matériel. Vous pouvez lier ça a la dualité Shakti/Shiva Hindoue, ou encore au dieu/déesse de la Wicca, au blanc/noir du Ying et du Yang, comme vous le sentez suivant vos croyances.

Le jeu de cartes vient avec un petit livret d’explications pour chacune des cartes , explications du reste très complètes, qui ont le mérite de faire appel à des mécanismes psychologiques, des concepts abstraits, des énergies et des archétypes plus que de les ancrer dans des univers bien particuliers (héroic fantasy, druidisme, wicca, chamanisme …) . Du coup, il y a une simplicité, un dépouillement, une douceur et une intelligence dans ce jeu qui me parle énormément; j’avais commencé à le tirer une fois par jour, pour voir « l’énergie de la journée », puis j’ai commencé à poser des questions plus spécifiques, sur les dieux, esprits, les gens, des problèmes personnels… Et il s’est avéré d’une grande justesse , même s’il est parfois un peu difficile d’accès car faisant appel à des notions parfois un peu abstraites (le problème de la généralité, justement!)

Enfin voilà, si vous avez l’occasion d’y jeter un coup d’oeil ou de l’essayer, n’hésitez pas!

Les 27 nakshatras ou l’astrologie Hindoue

tumblr_nhpoz1OAu71qkb10mo2_1280

A une époque, je ne pouvais pas voir en peinture l’astrologie. L’idée que notre destin nous soit tracé dès la naissance, le fait aussi de mettre les gens dans des cases en fonction du moment où ils étaient nés me semblait être une pure aberration.

Et puis moi? Un taureau? Le signe le plus stable du zodiaque, casanier, difficile à faire bouger ? Non. Je ne m’arrivais pas à m’y faire , me voyant comme la fille la plus instable et changeante du monde. Une contradiction sur pattes.

Et puis d’abord, on y voit un peu ce qu’on veut dans les thèmes astro. Tant de paramètres, des indications suffisemment vagues pour que tout le monde s’y retrouve, hop c’est plié, chacun y voit midi à sa porte et se rassure par rapport à sa peur du vide et de la responsabilité de son propre destin. C’est la faute aux astres si je bat ma femme, la conjonction avec jupiter était mauvaise.

Il a fallut que j’essaye de trouver chaussure à mon pied dans les astrologies maya et Aztèques (je vous ferais surement un petit topo aussi la dessus un de ces jours, vous pouvez calculer la votre par ici, c’est super interessant), avant de me réconcilier avec l’astrologie et de me repencher sur l’astrologie occidentale. Non pas que je soie devenue déterministe, mais je crois maintenant qu’il existe un équilibre entre les fils de notre vie déja tissés, et ceux qu’on rajoute , qu’on coupe, qu’on tisse de notre propre chef tout au long de notre existence; les reconnaître nous permet de faire le tri entre ce qu’on peut changer par la volonté et ce qu’on décide de laisser au destin (je suis feignante et m’éreinter pour une cause perdue, j’avoue que j’en ai ma claque, je préfère maintenant essayer de suivre la voie de la fluidité et appuyer sur les bon points de tension plutot que de tailler dans l’air comme un forçat)

Enfin bref. Revenons à nos étoiles.

Je ne sais pas si vous avez entendu parler du décalage des signes? Pour faire simple, le principe de l’astrologie classique, c’est qu’on a divisé le ciel en 12 portions égales correspondant aux 12 signes du zodiaque, en prenant pour origine le point vernal. Coordonnees_equatoriales.svg

Pour essayer de faire simple, le point vernal, c’est le point par lequel passe le soleil à l’équinoxe de printemps.(bon, c’est la terre qui tourne autour du soleil normalement, mais lorsqu’on prend la terre comme référent et qu’on projette les étoiles et planètes qui nous entourent en une trajectoire sur cette fameuse « sphère terrestre », ça prend sens) Il correspond au croisement entre l’équateur et l’écliptique sur la sphère céleste.

En astrologie, il s’agit en quelque sorte du point de référence, le « point zéro » qui sert a définir le premier jour de l’entrée dans le zodiaque du bélier; l’axe de cette sphère céleste prend pour référence Ursa minor, l’étoile polaire: on trace une ligne imaginaire entre cette étoile et le centre de la terre, et hop, on a notre axe.

Seulement voila.

A cause des phénomènes de précession  (une loi physique qui fait que tout corps qui tourne sur lui même subit une légère rotation sur son axe, comme dans ce  suuuperbe gif de gyroscope ) et de nutation, ce fameux point vernal change de position au fil des siècles, le ptit malin!

C-est-pas-Sorcier-nouvel-horaire-pour-la-science-des-le-1er-janvier-2011_image_article_paysage_new

Oué je suis d’accord Jamie, mais où va-t-on si on ne peut même plus se fier au point vernal!

Le gros problème avec cette histoire de point vernal, c’est qu’en astrologie classique, on a fixé ce fameux point vernal par rapport aux dires d’un certain Ptolémée, Claude de son prénom (je rigole même pas) il y a de cela un peu moins de 2000 ans, et qu’on en a pas bougé depuis.

Mais que le véritable point vernal, lui, il a continué à se décaller tranquillou au fil des siècles.

houston

Et oui mes p’tits amis. Si vous avez bien suivit, aujourd’hui , ce fameux point vernal est sensé n’être plus au même endroit. C’est à dire que le signe du bélier, si on se fie à la véritable position du point vernal , est sensé commencer le 19 avril, au lieu du 21 mars.

Et ça n’est pas fini .

Parce qu’en fait, si on y réfléchit encore un peu plus loin (courage!), pourquoi a-t-on divisé en 12 portions le ciel, et pourquoi ces constellations la, et pas d’autres d’ailleurs?

Tout simplement parce que notre signe du zodiaque correspond normalement à la position du soleil à notre naissance dans une des constellations définies par l’Union astrologique internationale : les 12 signes sont en fait les 12 constellations par laquel le soleil est sensé « passer » (dans le référent terre/ciel évidemment) lors de sa trajectoire.

chart

Et c’est là que ça devient prise de tête. Parce que quand on y réfléchit, les constellations ne sont pas de la même taille, non? Du coup logiquement, le soleil devrait passer un temps plus ou moins long dans chacune des constellations! Et n’y a t’il pas en fait une treizième constellation dans laquelle passe le soleil , la fameuse Ophiuchus , constellation du serpent? Et l’orbite des planètes, ne passe-t-elle pas également par d’autres constellations? (en l’occurence si: les planètes passent par les constellations de la Baleine, le Corbeau, la Coupe, l’Hydre, Orion, Pégase, l’Écu de Sobieski et le Sextant )

Autant vous dire qu’il m’était difficile de faire le tri la dedans. Trop d’incertitudes, et puis le fait de s’imaginer que « hop »! quand on franchit la ligne d’une constellation d’un seul coup BIM on se retrouve avec une personnalité complètement autre, ça me dérange un peu; avec le temps , j’en suis venue a considérer l’astrologie plus comme une sorte de roue, avec des évolutions douces et des transitions en fonction des signes.

Et pour en revenir à cette histoire de décalage, le moyen le moins prise de tête et le meilleur compromis que j’ai trouvé afin d’essayer de respecter cette histoire de positions d’étoiles par rapport au véritable emplacement du point vernal, c’est d’utiliser l’astrologie sidérale (qui fait référence à la position véritable des constellations au moment de notre naissance), ainsi que l‘astrologie védique (qui prends en compte depuis toujours ce décalage du à la précession des équinoxes, et qui l’appelle Ayanamsa )

vedic astro

Le truc cool dans l’astrologie védique, c’est qu’au lieu des 12 signes, il y en fait 27, qui sont les 27 nakshatras, liés à 27 étoiles primordiales. Les sources sont très anciennes, viennent des vedas et dont les origines peuvent remonter jusqu’a un millénaire avant notre ère (BIM prends ça dans ta tronche, la technique ultime vieille de 3000 ans!)

Je vous cite un p’tit passage de wikipédia:

Le travail de l’astrologue du Jyotish repose sur l’idée que l’être humain est connecté à l’univers. Chaque symbole, signe, planète, maison, est un karaka, soit un « significateur » d’un domaine de vie. Il renseignerait sur les facilités ou difficultés « prévues » pour la personne dans chaque domaine de vie, par le plan de vie constitué par le thème astral.

Du coup en astrologie védique, les deux éléments les plus importants sont:

– la position du soleil par rapport aux étoiles (le nakshatra de votre soleil)

– la position de la lune par rapport aux étoiles. (le nakhsatra de votre lune)

L’ascendant n’a pas beaucoup d’influence contrairement à l’astrologie classique, et en plus, vu que le point védique diffère légèrement selon les sites , tu te retrouves avec 36000 ascendants différents (genre moi c’était soit ascendant cancer, soit scorpion, soit gémeau..du boeuf ou du cochon en veux tu en voilà)

Vous pouvez calculer votre chartre védique par ici

A partir de la, vous reprérez votre nakshatra de soleil, puis celui de lune pour commencer simple (votre cervelle fume déja bien assez j’imagine), et vous regardez la signification par ici.

Vous avez des étoiles, un symbolisme, des histoires et divinités assignées à chaque Nakshatra; par exemple j’ai Bharani en Nakhsatra du soleil, et Revati en lune.Côté « soleil », j’ai le nakhsatra de la mort qui tue, mais littéralement; ayant comme symbolisme Yoni, l’organe sexuel féminin, et comme dieu attitré… Yama, le dieu de la mort.

The_Outer_Yama_Dharmaraja._Central_region,_Tibet._Mid_17-th_century._Private_Collection

etwais, biatch!

Concrètement, c’est une partie du ciel qui s’appelle le Apabharani, littéralement, « l’eau qui emporte les choses« , et qui fait référence à l’endroit où toutes les âmes transitent lorsqu’elles meurent. Yama était le premier à avoir été envoyé sur terre, et le premier à mourir. Transformation, difficultés , transitions vers de nouvelles vies, jalousies et autres joyeusetés sont au rendez vous pour ce charmant nakshatra.

png;base6452b30dff59be8895

Salut moi c’est Pushan, enchanté. Soyons amis, en toute simplicité hein!

Heureusement que je me rattrape avec Revati en nakshatra de la lune ,lié à Pushan déité solaire, protectrice des voyageurs, qui a pour symbole deux poissons et qui est réputé comme étant aimant, protecteur, adorant les hommes (mais non pas dans ce sens la, Homme avec une grande Hache, comme l’Humanité quoi) et sans une once de jalousie. (bon, pouviez pas être synchro les mecs? parce que niveau paradoxes, vous auriez pu difficilement faire mieux)

Je vous laisse donc avec ce beau mic mac en vous souhaitant une bonne semaine!

Des bises à l’ortie.

Angel Joker

Shackled to a window
Anything but open
I’m giving myself to
(what does it mean to send and receive at the same time?)
Shackled to a window
All but open
I’m giving myself to
Double vision

Aujourd’hui, j’ai fait un petit tirage avec mon oracle tout neuf fait avec mes petites mimines .

DSC_4640

Les illustrations des cartes viennent du jeu Shin Megami Tensei ( littéralement « la réincarnation de la déesse »). Pour être honnête, je n’y ai jamais joué , mais j’ai toujours été très fanne des designs. Ce sont des réinterprétations trèèèès libres (y’a qu’a voir la tronche de raphael transformé en mecha-plombier…j’aime l’originalité mais je crois que les mecs ont un peu trop fumé de wasabi) de tout un tas de dieux, démons et esprits issues des mythologies du monde entier: quetzalcoatl, tzaotleotl, raphael, samael, aniel, des kamis japonais, dieux celtes, hindus, démons de l’Ars Goetia (les clavicules de Solomon, Aleister crawley toussa) ,dieux nordiques, bref, un joli pannel qui a le mérite d’apporter un design cohérent à des dieux et esprits provenant d’origines pour le moins disparates.

Les puristes crieront très certainement au scandale et  l’hérésie (laissons les crier ^^) mais je suis de ceux qui pensent qu’on peut se fabriquer un oracle avec a peu près ce qu’on veut. Le principe , c’est qu’il s’agit de trouver des éléments dont la symbolique fait sens pour nous , qui tisseront une toile de codes et d’eccos : un langage qui nous transmettera les informations que nous seront en mesure de recevoir. L’oracle personnel est un bon moyen de fonctionner avec un langage et des référents qui correspondent à notre langage personnel, du coup que ça vienne de jeux vidéos, de pokémon, de Tolkien, Lovecraft, ou d’éléments plus anciens comme des runes ou hiéroglyphes, cela importe peu du moment que vous les « sentez  » bien!

J’ai fait une petite maquette sur photoshop, ai placé mes illus et suis allée les faire imprimer, plastifier avant de les découper toute seule comme une grande. Le calage est un peu perrave (les cartes ne sont pas super bien centrées), j’ai peur que le plastique ne se décolle à l’utilisation et les cartes sont un poil trop petites, mais peu importe, je les ai purifiées et mises à charger sur mon autel, avant de m’en servir ce matin.

DSC_4642

Papy odin tout à gauche, un mec en chaîne, Urd (la norne du passé); samael …

Et j’ai tiré ça:

tumblr_muqcvivK7F1rpsmato2_500

« Angel Joker »

A première vue je dirais…les jeux de l’amour et du hasard? Un masque, la sexualité, deux corps masculins et féminins dont l’un caché , hmmm…mon cher Watson, le sens de cette carte ne m’apparait pas comme élémentaire, j’aurais bien besoin d’un petit coup de pouce.

Allez. Bibliomancie, c’est parti. Viens la, petit recueil de symbolique de William Blake.

J’ouvre une page au pif en me concentrant sur ma carte:

Golgonooza est la cité de « l’art et l’artisanat », créée par Los. Elle contient, ou est formée par les corps physiques de l’homme et de la femme. (tiens, comme l’illus, le hasard fait bien les choses)

Au sud se tient l’intellect, et le palace de Los au sein duquel se trouvent ses forges, « les organes de l’homme animal »

A la porte Nord se trouve le Hall doré de Cathedron, qui représente l’utérus d’Enitharmon (la femme, la beauté spirituelle et l’inspiration , dans la mythologie Blakienne) Au milieu de ce hall se trouve la porte de Luban, le « vagin ».

Golgonooza possède  4 autres portes , situées à chaque point cardinal. Chaque porte possède elle même quatre ouvertures vers les quatres régions : Eden, Beulah, Génération et Ulro; ces quatres portes peuvent s’ouvrir grâce à l’imagination, à l’exception de la porte Ouest, qui restera fermée « jusqu’au dernier jour ».

Vous suivez toujours? Parce que c’est pas fini. (éwais, Blake c’est du beau puzzle mental comme je les aime)

4370811215_663a657426_b

Le plan de Golgonooza

A la porte Est se trouve un rocher de crystal qui fleure bon le thym: c’est le nid de Lark (un messager, l’idée nouvelle) Une fontaine émerge a cet endroit, et se scinde en deux rivières: la première passe par golgonooza, Beulah et Eden, la deuxième par dans le » Vide Aérien ainsi que dans toutes les églises « 

La cité est entourée par les champs de « la mort éternelle »

Le but premier de Golgonooza est de donner forme à toutes les choses qui ne sont pas encore créées, en particulier l’homme triple (je vous expliquerais maybe un jour si j’oublie pas )

Une bien jolie carte donc, axée sur le pouvoir de création , la structure, l’ambivalence et la potentialité! (je suis contente, j’aurais pu tomber sur les quatres cavaliers de l’apocalypse )

A voir donc pour le futur 😉 (jvous laisse avec des samples du jeu, voila hop)

DSC_4646 DSC_4647

Queen of harlot (en littéral: la reine des putes, ça fait référence à la prostituée de Babylon), Aniel , le cavalier blanc (un des quatres cavaliers de l’apocalypse), Ishtar, Hathor.

DSC_4648

I move on the map to a new coordinate
I’m a dot on a grid
I know what I am
The flow of a place is a passive document
And I surprise myself by being part of it