Conserver et stocker ses plantes médicinales

Salut tout le monde!

Comme vous pouvez l’imaginer; c’est pas forcément la joie pour tout le monde dans cette période un peu trouble. Alors plutôt que de vous rabâcher ce qu’on vous matraque déjà dans les médias, je vais plutôt vous donner quelques petites infos pratiques sur la manière de conserver et de stocker les plantes médicinales, histoire de vous changer les idées et  d’embrayer sur un truc constructif, plutôt que de se laisser bouffer par les actualités anxiogènes. Parce que c’est important de s’informer, certes, mais notre vie ne doit pas se suspendre pour autant, et revenir à des choses du quotidien est la meilleure manière de s’ancrer et de digérer tout ça, chacun à notre manière.

temple-fleur-illustration-Robert-Thornton-03-705x920

Lotus égyptien, dans le Temple de la Flore de Robert John Thornton, téléchargeable par ici.

Revenons en à nos plantes. Comme vous le savez très certainement, la façon la plus connue de conserver ses plantes, c’est tout simplement de les faire sécher . Lyra Ceoltoir aka Herbwitchery vous donne déja pas mal de tips sur son blog, ou dans ses super vidéos, en particulier dans son Kit de démarrage pour travailler avec les plantes, ou elle vous explique les vertus de certaines plantes ainsi que la meilleure manière de les faire conserver ou sécher , autrement j’ai déja fait un petit article qui explique rapidement comment cueillir et faire sécher les plantes.

Bon. Qu’est ce qu’il y a a ajouter dans ce cas là?

Plein de choses, je vous assure! On s’ennuierait vachement si on avait déjà fait le tour de la question!

Déjà, ce qu’il faut retenir avant tout, c’est que les plantes possèdent tous des principes actifs , des molécules qui vont avoir des effets divers et variés. Ce sont ces actifs qu’on retrouve très concentrés dans les huiles essentielles, obtenus par distillation. La concentration de ces principes actifs varie selon l’année, le climat , le terrain où la plante pousse, l’ensoleillement…C’est bien pour ça que la médecine moderne a tendance à regarder l’herboristerie comme une discipline un peu bâtarde et incertaine; on ne peut vendre au client une concentration certaine en principe actifs. Mais hé, c’est ça la vie! Il en est de même pour les cultures; vouloir en toute saison avoir des pommes vertes ou des poivrons est une aberration; tout change, évolue, et notre corps lui aussi se transforme en même temps que les saisons, il aime les choses variés et a besoin de se nourrir des nutriments et de l’énergie liée au cycle de la lumière et de la nuit, du printemps et de l’automne, de la pluie, du froid et du chaud.

Hildegarde disait à propos des plantes, dans son Physica que je viens juste de recevoir:

Chaque plante est soit chaude soit froide, et grandit de cette manière là, car le chaud de la plante signifie l’esprit, et le froid, le corps. Elles fleurissent, en accord avec leur nature, selon si elles grandissent dans un environnement froid, ou chaud. Si toutes les herbes étaient chaudes et aucune n’était froide, cela poserait de grandes difficultés au consommateur. Si toutes les herbes étaient froides, elles provoqueraient des déséquilibres chez les gens, car les choses froides s’opposent au chaud, et les choses froides résistent au chaud. Certaines plantes ont en elles le pouvoir des arômes les plus puissants, ou la dureté des arômes les plus amers. Par ces vertus, elles répriment et gardent à distance beaucoup de maux causés par les esprits mauvais ( à l’époque, on croyait que les maladies étaient causés par les esprits, forcément mauvais dans un contexte catholique).

Il y a aussi des herbes qui ont en elles de l’écume des éléments. Grâce à celles-ci, beaucoup de gens ont essayé de trouver fortune. Le Diable  les adore et mélange sa nature à elles (m’es avis qu’il est justement la question des plantes psychotropes utilisées entre autres dans les onguents de vol des sorcières, comme la belladone, la mandragore, la jusquiame et la datura)

WIN_20151120_081224

Mon Physica, oui c’est en anglais, et oui la photo est perrave, j’avais rien d’autre qu’une tablette à disposition.

C’est rigolo comme dans les écris d’Hildegarde on peut trouver des connections avec la médecine chinois qui fonctionne elle aussi sur les principes chaud/froid, humide/sec; chaque particularité d’une plante permettant ainsi de traiter l’excès causé par une maladie (par exemple, si vous avez une inflammation (donc excès de chaud) vous aller appliquer une plante froide, alors que si vous avez un coup de froid, vous aller appliquer une plante chaude)

Chaque plante possède donc un, ou plusieurs principes actifs.

MAIS ce qu’il faut bien savoir, c’est que tous les principes actifs ne se conservent pas de la même façon, et ne sont pas solubles ni miscibles avec tout. Certains principes actifs sont volatils, du coup boum quand vous faites sécher les plantes ils s’envolent, certains sont détruits avec la lumière (pour ça qu’il vaut mieux conserver ses plantes dans l’obscurité ), d’autres sont détruits avec la chaleur, d’autres ne sont pas miscibles avec l’eau. Vous aurez beau faire des tisanes ; ça ne servira à rien.

421023ccb4f426df0346c41e855a609b

Gif: Sachin Teng

Vous avez donc d’autres choix qui s’offrent à vous pour conserver et extraire les principes actifs:

 

La distillation , c’est comme ça qu’on fabrique les huiles essentielles. Mais c’est un processus qui demande une énorme consommation d’énergie, beaucoup de matériel, et beaucoup de patience. Je passerais donc cette technique sous silence, n’étant pas très facile à mettre en pratique.

Les infusion nourrissantes: on fait macérer en grande quantité , et pendant plusieurs heures, une ou des plantes afin de faire un breuvage qui va être très concentré. L’eau à la particularité d’extraire très bien les minéraux, les vitamines et nutriments; notre corps étant majoritairement constitué d’eau, on assimile très bien les infusions.

Mode d’emploi: utiliser si possible les plantes séchées. Les principes actifs sont plus concentrés, ou en mettre plus si vous utilisez les plantes fraîches. On utilise environ 30g de plantes, qu’on recouvre avec 1L d’eau bouillante. On met un couvercle histoire d’éviter aux essences volatiles de se barrer aux quatre coins du globe, et puis on laisse macérer 4h (seulement 2h pour les fleurs fragiles comme l’aubépine, 8h pour les racines) . On filtre, et on consomme, chaud ou froid. Le breuvage doit être conservé au frigo et consommé sous 48h, en cas d’odeur suspecte, hop, au jardin ! (ça fait un super compost, vu que c’est bourré de minéraux, les plantes adorent ça, la tisane moisie)

Plantes qui se prêtent bien à l’infusion nourrissante: Orties, trèfle rouge, fleurs et fruits du sureau, fleurs d’avoine, feuilles de framboisier, racines de bardane, stellaire, feuilles et graines de plantain, feuilles et fleurs de tilleul, feuilles, fleurs et fruit de l’aubépine, baies d’églantier, feuilles et fleurs de Molène.

1

A mon humble avis, ce genre de bocaux est parfait pour stocker toutes les alcoolatures, huiles macérées et vinaigres. Le tout c’est que ça soit bien hermétique.

Les miels de plantes. Comme vous le savez très certainement, le miel est un remède incroyable; bourré de vitamines, antiseptique, cicatrisant, anti-inflammatoire…Alors combiné à des plantes, c’est la panacée!

Mode d’emploi: couper les plantes fraiches, et remplir un bocal jusqu’au bord; puis ajouter le miel légèrement chauffé jusqu’à recouvrir bien les plantes. Laisser infuser 6 semaines; vous pouvez ensuite soit le filtrer et enlever les plantes, soit les laisser dedans. Vous pouvez conserver ces miels pendant très longtemps, rappelez vous qu’on à retrouvé des miels dans les tombeaux égyptiens qui étaient encore consommables! (je sais pas trop quel gout ils devaient avoir par contre)

Plantes qui se prêtent bien au miels: L’anis, la camomille, les graines de fenouil, la mélisse, la lavande, la marjolaine, la menthe, les pétales de rose, l’aubépine, le romarin, la sauge, le millepertuis, la verveine, l’achillée, le thym, l’hysope, le radis noir, l’oignon, l’ail…. (les derniers sont très efficaces pour des rhumes)

Les vinaigres de plantes: le vinaigre est un excellent extracteur de minéraux et de vitamines, et il aide le corps à se purifier, et à se rééquilibrer.

Mode d’emploi: Remplir un bocal ou une bouteille avec des plantes fraiches (attention si votre goulot est petit, vous allez galérer a retirer les plantes de là, je parle par expérience) , puis remplir avec du vinaigre pasteurisé. Attendre 6 semaines  en secouant assez régulièrement le mélange, puis filtrer. On peut les conserver jusqu’à un an.

Posologie:  1 cuillère à café par 50 kg de poids, deux à trois fois par jour. Une cuillère à café correspond à 10 gouttes d’alcoolature.

 

teinture-millepertuis-sans-alcool

Teinture de millepertuis avant l’ajout d’alcool, non cette image n’est pas de moi

Les alcoolatures(ou teintures): elles ont l’avantage de se conserver pendant très longtemps , et on peut les trimballer un peu partout (c’est toujours plus pratique d’avoir une petite bouteille sur soi que sa hotte de plantes). De plus, elles agissent très rapidement, on peut les administrer tout de suite en cas d’urgence sans attendre par exemple que la plante infuse, et la concentration en principes actifs est plus élevée.  L’alcool est un solvant très puissant qui peut dissoudre les cires, les résines, la plupart des alcaloïdes (la morphine du pavot, l’atropine de la belladone, l’aconitine de …l’aconit, ou encore la caféine ou la codéine , ect…) ainsi que beaucoup de composés de plantes. L’alcool est donc un solvant de choix pour beaucoup de plantes dont les principes actifs ne se dissolvent pas dans l’eau.

Mode d’emploi: remplir un bocal, ou une bouteille de plantes fraiches de préférence (attention encore à la taille du goulot , même combat que pour les vinaigres); puis remplir à raz bord (c’est très important de ne pas laisser dépasser à l’air de plantes, qui pourraient pourrir) avec un alcool de bonne qualité, de 50° (une bonne vodka, ou un bon rhum, ou encore un alcool destiné aux liqueurs, quelque chose de neutre).  Laisser macérer 6 semaines au minimum avant de filtrer, en vérifiant le contenu de temps en temps. Attention si vous utilisez un alcool qui n’est pas assez fort, ça peut se mettre à schlinguer, je parle d’expérience. Vous pouvez aussi utiliser des écorces, racines ou feuilles séchées pour les alcoolatures, ne remplissez pas tout le bocal avec car elles vont se réhydrater dans l’alcool et prendre plus de place.

Posologie: 30 gouttes (une cuillère a café = environ 150 gouttes, vous pouvez facilement trouver des pipettes doseuses dans n’importe quelle pharmacie) soit une pipette toutes les 30 à 60 min en cas de crise, ou 1 à 3 pipettes par jour en cas de problème chronique.

–Les onguents: Là, c’est la graisse qui va retenir les principes actifs. On utilisait beaucoup cette méthode au début du XXème siècle et avant, on faisait cuire les plantes fraiches ou sèches dans du suif, de la graisse de boeuf ou de l’huile de lin jusqu’à ce que les feuilles soient craquantes, puis on les retirait de l’huile et on laissait refroidir le tout. Le problème de cette méthode, c’est qu’elle est un peu violente pour certaines plantes, dont les principes actifs vont être détruits à la chaleur; mais c’est une bonne manière de fabriquer un onguent assez rapidement, d’extraire pas mal d’autres principes qui eux ne passeraient pas dans une simple infusion ou macération. Cette méthode marche bien avec des plantes comme les feuilles de sureau, de laurier, le romarin, les Artemisia (armoise et absinthe), les résineux et plantes avec des feuilles assez dures.

huile-millepertuis

Huile de millepertuis, toujours pas de moi; quand j’aurais un appareil digne de ce nom j’essayerais de vous faire des belles photos!

Les huiles infusées: même principe que les onguents, c’est la graisse qui va absorber les principes actifs. Cela marche très bien avec des plantes plus fragiles , comme les fleurs (l’huile de calendula est une merveille), les roses, le géranium, la lavande, la menthe, l’hysope, la camomille…

Mode d’emploi: utiliser de préférence des plantes fraîches, qui sont débarrassées de toute humidité (ne pas les cueillir avec la rosée du matin ou après une averse, par exemple). On stérilise bien les bocaux préalable (10 min dans une casserole d’eau bouillante), et on les sèche bien, car toute humidité peut poser problème à la macération.  Les laisser sécher de quelques heures à une journée pour celles qui sont plus « grasses », comme la consoude, les broyer légèrement et remplir les bocaux. Remplir le bocal avec une huile de première pression à froid de bonne qualité, comme de l’huile d’amande, de l’huile de jojoba, de l’huile d’olive ou autre, selon vos goûts et l’usage que vous aller en faire (consommation, massage…) Vérifiez qu’aucune plante ne dépasse de l’huile, puis laisser macérer 6 semaines avant de filtrer, l’idéal étant qu’elles restent à proximité d’une source de chaleur.

Ces huiles sont très efficaces en externe contre les irritations, blessures, crevasses, coups de soleils, problèmes de peau et aussi contre les mycoses vaginales, ou juste pour prendre soin de votre peau tous les jours. Elles se conservent quelques années à l’obscurité.

Voilà! J’espère que ça vous donnera envie d’expérimenter pleeein de chose et de tester vos talents de sorcière! Rappelez vous juste (allez, faut bien que je fasse la morale un peu sinon ça serait pas drôle) de toujours tester d’abord vous même vos concoctions , d’abord en petite dose, et d’en observer les effets avant de se risquer à les administrer à autrui. Même chose pour les enfants, n’utilisez que des dosages très faibles et des plantes douces. Pour le reste, vous êtes des gens bien et responsables, je vous laisse faire ce que vous voulez 😉

 

Source principale pour cet article: le merveilleux hors série « Comment devenir autonome » de Kaizen, que vous pouvez commander par ici.

Des bises les poireaux ! A bientôt pour de nouvelles aventures, prenez soin de vous!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Du sang et des fragments

Enlève ce masque inutile, embrasse tout ce qui te fais peur

Car la joie doit conquérir tout désespoir

Le pardon vient du coeur humain,

La pitié à un visage humain,

L’amour est une forme de défi humain

La paix est portée par l’homme

Pour le pardon, la pitié, l’amour et la paix

Louons leur détresse

Mais acceptons le pardon.

Patti Smith, my blakean Year

Après la réaction à chaud d’hier, j’avais envie d’écrire un article un peu plus posé, histoire de vous expliquer un peu mon post précédent, et de faire le point sur tout ce qui s’est passé. Ca remue. On a pris l’habitude de voir des scènes de violences, des images d’enfants morts sur des plages ou écrasés sous les décombres des bâtiments bombardés en Palestine, de voir des photos terribles des massacres de Boko Haram au niger ou d’altercations en Crimée.

Alors pourquoi en faire tout un foin pour 130 morts, alors qu’il y a tellement de massacres qu’on passe sous silence? Parce que c’est un symbole certains nous diront. Parce qu’on pensait que tout cela ne nous atteindrait pas. Parce que pour nous protéger, on n’arrive que difficilement à compatir pour des gens qui sont situés à des milliers de kilomètres de chez nous, des gens qu’on ne connait pas et qu’on ne rencontrera jamais. C’est bête à dire, mais on va plus pleurer pour la mort de notre chien que pour les milliers de victimes d’un ouragan ou tsunami. On va compatir, bien sur, mais on ne va pas, émotionnellement, se sentir aussi impliqué que si l’évènement est lié à des lieux, à des gens que l’on a fréquenté.

Le Bataclan par exemple. La salle de concert où à eu lieu le plus gros massacre. Je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais pu y être. Que des gens que j’aime auraient pu y être. Le copain d’une amie à ma soeur s’est fait tirer dessus, il est toujours à l’hopital en état critique. Cette salle de concert était ma préférée. J’ai assisté à des concerts fantastiques là-bas; les Sud-Africains survoltés de Die Antwoord, et puis le Lillois Skip-The -Use (un nom à la con, j’en conviens parfaitement). Ou le boulevard Charonne, où je me baladais souvent lors de mes années à Paris. Quand tu vois une vidéo ou tu entends les gens hurler, ou tu vois les corps, le sang par terre dans des lieux que tu connais, ça remue les tripes.

Et cette implication émotionnelle est à double tranchant. Parce qu’elle peut nous mener à hair. A hair les gens qui sont responsables de ce massacre.  Je ne peux m’imaginer la souffrance, la peine des parents dont les enfants se sont fait massacrer, la peine des amis, des frères, des amants. Comment pourrais-je me mettre à leur place? Je ne pourrais pas. Mais une chose est sûre: je ne céderais en aucun cas à la peur, ni à la haine.

Et puis comme dirait un petit bonhomme vert de ma connaissance

2e64cf69d5b9ad3ea4684ba09e2caec4

« La peur est le chemin vers la force obcure. La peur mène à la colère. La colère mène à la haine. La haine mène à la souffrance. »

La peur est comme un rideau qu’on va te mettre entre toi et ta perception du monde. Quand tu as peur, tu commences à douter de tout. Tu peux douter de tes amis, des gens que tu fréquentes. Tu commences à flipper ta race dès que quelqu’un marche derrière toit le soir. Tu commences à stigmatiser des groupes de personnes histoire de donner un visage à ta peur. Les musulmans par exemple, ou les réfugiés. La peur et la colère doivent trouver une cible. Un bouc émissaire. Et qu’importe, lorsque tu es dans cet état là, que les personnes que tu cibles soient les vraies responsables ou non. Car les choses ne sont jamais aussi simples que ce qu’elles paraissent être. Je ne dis pas qu’il faut excuser l’acte commis par les terroristes. Mais comprendre comment, et pourquoi ils en sont arrivés là. Comprendre que la plupart du temps, ce sont des gens à qui on a fait un lavage de cerveau, qui ne savent même pas pourquoi ils le font. Qui sont perdus, qui recherchent un but dans leur vie, à qui on a promis la gloire ou la vie éternelle, ou les deux. Ou de l’argent. Qui vont se contenter d’appliquer les ordres de ceux qui les manipulent, sans se poser de questions, parce c’est bien plus pratique comme ça. C’est un cercle sans fin; la plupart du temps, c’est une réponse à un rejet de la société et à une volonté d’intégration dans un groupe, quel qu’il soit. Des gens arrachés de leur culture, de leur pays, des gens qui veulent retrouver une identité, quelle qu’elle soit. Un rejet d’un système, un mal être; c’est la société qui fabrique ses propres monstres, en oubliant d’éduquer , en oubliant de soutenir ceux qui en ont le plus besoin. En trouvant des victimes qui servent d’exemple et de boucs émissaires aux problèmes de la population, qui vont finir par entrer en réaction et à devenir bourreaux à leur tour.

Non, je le répète, je ne donne pas raison aux terroristes. Je ne donnerais jamais raison à quelqu’un qui enlève la vie d’autrui. Mais fustiger, et stigmatiser ne fait qu’attiser la colère, et ces gens là ne méritent pas qu’on leur porte attention, ni qu’on mette un nom sur leur personne. Comme dirait l’Odieux Connard dans son très bel article:

Du reste, qu’ajouter ? Que la peur retombée, ne resteront que la bêtise de quelques poltrons, qui pour s’acheter une parcelle d’éternité, ont étalé leur lâcheté au grand jour. Reprenons-leur cette éternité : souvenons-nous des victimes, mais ne retenons des bourreaux que l’idiotie et pas les noms. Donnons-leur la damnatio memoriae qu’ils craignaient, et puisqu’ils ont choisi de fuir les conséquences de leurs actes dans leur néant, infligeons-leur l’oubli. Le but du martyr est de rester dans les mémoires. Nous pouvons donc encore, malgré leur fuite dans l’au-delà, leur rendre un peu de terreur en oubliant, avec le temps, des noms que nous ne connaissons pas encore, et qui ne devraient tout au mieux provoquer chez nous que moquerie.

Parce que si nous versons dans la vengeance, ou dans la haine, qui donc se verra donc être l’objet? Les réfugiés Syriens par exemple? Ne croyez donc pas qu’ils en ont déjà assez, qu’ils sont ici justement parce qu’ils fuient ce genre de violence? Qu’ils sont ici parce qu’ils espèrent donner une chance à leurs gamins, trouver une terre où recommencer leur vie, rechercher un peu d’espoir et de paix, chercher tout simplement à survivre? Les musulmans, avec lesquels,selon la Chine et Poutine , la France aurait été « trop laxiste »? La France est un état laic, réputé être un lieu d’ouverture, de tolérance, de liberté, de fraternité (amen, je l’ai faite celle là) . Un état ou chacun peut pratiquer , quel que soient leurs croyances ? Du moment que la façon de vivre d’autrui n’empiète pas sur la liberté d’autrui, je ne vois pas le problème.

Prenons l’île de la réunion par exemple. Lorsque j’y vivais, la population était complètement disparate: il y avait des hindous qui cohabitaient avec des musulmans, des chrétiens, et des africains. Et ça se passait relativement bien, malgré évidemment, la tendance de chaque groupe ethnique à rester entre eux. Mais tout le monde s’en foutait, si tu croyais en Shiva, en Jesus, en Allah ou en monstre aux spaghettis volants.

une-pastafarianisme

« Merde papa! Tes bourses sont beaucoup plus grandes que les miennes, t’aurait pu créer les miennes à ton image! »

Alors quoi? On retourne à nos vies comme si de rien était?

Presque. Il ne faut dans tous les cas pas rentrer dans le jeu de la peur, et de la confusion. Se perdre en conjectures complotistes; parce que quelque soit la vérité qui se trouve derrière tout ça, cela ne fera que renforcer la méfiance à l’égard de son prochain, du gouvernement, de tout le monde. Et dans des temps comme ceux ci, nous avons besoin de compter les uns sur les autres. De se serrer les coudes. Et de penser aux victimes.

3b716de6-8ac9-11e5-8de8-f458b52751b6_web_scale_0.119724_0.119724__

Les fleurs au Bataclan

Par ce que toute cette souffrance, ça laisse des traces. Dans les murs, dans les consciences, dans les lieux, dans l’atmosphère. Et tous ces rassemblements spontanés, déposer des fleurs, allumer des bougies, verser une larme pour tout ceux qui sont mort, c’est une superbe preuve d’amour. De délivrance aussi, de tout ce qui s’est accumulé dans ces lieux.  J’ai tendance à penser que ces actions spontanées ont quelque chose de très fort, spirituellement parlant. Quelque chose d’apaisant.

attentat-paris-hommage

Alors si vous en avez le temps et l’envie, pensez à une petite bougie, ou une fleur. Ou plus prosaïquement, si vous êtes sur Paris, ils auront surement besoin de renouveler leurs stocks de sang, pensez au don!

Coin BD: Nausicaa de la vallée du vent

nausicaa-of-the-valley-of-the-wind-1608259

-« N’y a donc t-il pas un seul écologiste dans tout le consul des prêtres? »

-« Je suis certaine que l’empereur Tolmèque aurait fait exactement la même chose. Il n’est pas le seul fou. Je suis exactement pareille. Il n’y a aucune différence entre être à la merci de ses désirs et être le prisonnier de sa haine.

Quand les insectes sont venus, l’un de mes objets de vengeance est mort si facilement juste devant mes yeux. Le tuer était mon unique raison de vivre jusqu’à présent. J’étais totalement vide. J’étais hermétique à la scène terrible qui se déroulait juste devant mes yeux, la seule chose que je percevais, c’était la chaleur du corps de mes hommes. Et soudainement, je me suis retrouvée à agir comme Nausicaa le faisait; elle disait « Si tu laisse de côté la peur et la colère, les insectes ne t’attaqueront pas. »

nausicaa-of-the-valley-of-the-wind-1608260

-« Quand les insectes partirent, je me suis soudain rendue compte…Que j’avais chanté durant tout ce temps. Une chanson de toutes les choses! Je pense que j’ai résolu le mystère de votre princesse. Mais je ne pourrais jamais refaire la même chose. Avec toute cette colère qui brûlait en moi…Ne ressentir ni haine, ni dédain, mais juste…de la tristesse!

Je me demande si ne serait-ce qu’une petite partie de la terre sera laissée à l’être humain. Et si c’est le cas, il viendra surement un jour où les vivants envieront les morts, n’est-ce pas? Je suis sûre que vous savez ce qui est arrivé juste après le désastre qui frappa le royaume d’Eftal il y a 300 ans…Tout ce sang qui fut versé sur ces portions de terre restantes. »

« -Je n’aurais jamais cru que des archives concernant la mer de la Décomposition (nd: une forêt qui exhale des spores empoisonnées) avaient survécut dans l’empire Tolmèque! Selon celles-ci, il y eu plus de sang versé pour le combat des terres restantes que pour le raz de marée en lui même. (nd: le raz de marée est une subite avancée de la mer de la décomposition, qui s’est abattu sur les terres cultivables, forçant les gens à migrer) »

« -Ce ne sont que des suppositions, mais j’ai l’impression que c’est la même chose qui se prépare ici. La scène horrible qui vient juste de se dérouler n’est que le commencement. »

Nausicaa de la vallée du vent, Miyazaki (1982)

La mort, les fantômes

Bon… en fait j’avais écris un super long article sur la mort et les fantômes; mais j’ai tout viré parce que ça ne sonnait pas juste.

A la place, je vous mets deux petits films d’anim, le deuxième sur un texte d’Alan Watts, que je vous traduis ensuite. J’ai tiré la rune Gebo à l’endroit pour cette version ci, elles approuvent. (même si celle-ci, je vous avoue, me met dans un état de confusion assez incroyable)

C’est extrêmement important d’y penser. Parce qu’on a laissé ça de côté. La mort est balayée sous le tapis dans notre culture. Dans les hopitaux ils essayent de vous garder en vie aussi longtemps que possible, avec un acharnement sans faille. Ils ne vous diront pas que vous allez mourir. Ils… Lorsque des proches sont informés qu’il s’agit d’un cas « desespéré », ils recommandent de surtout n’en piper mot au patient.

Et tous les proches entourent le mourant avec des sourires grinçants, en disant « T’inquiète, tu ira mieux dans un mois, et puis nous partirons en vacances à la mer et nous écouterons les oiseaux ». Et la personne qui meurt sait qu’on se fiche d’elle.

La mort est représentée par tout un tas de chimères. On a inventé des vies après la mort absolument terrifiantes. Prenez par exemple la version catholique du paradis, elle aussi terrible que celle de l’enfer! Personne n’a envie de rester  à l’église pour l’éternité! Les enfants sont absolument terrifiés lorsqu’ils entendent ces hymnes qui disent  » prosternes toi devant mon autel et fais ton introspection » Ils ne peuvent pas imaginer ce que ça signifie. Cette idée de ce qui pourrait se passer après la mort, lorsque tu va te retrouver face avec ton juge, celui qui sait tout de toi, ce Grand Papa qui sait que tu as été un méchant garçon, surtout les filles d’ailleurs, depuis le début de tout. Il va regarder droit au coeur de ton existence fausse- et quelle frousse ça doit filer tout ça!

Ou tu peux peut être croire que tu va te réincarner et tu penses que ta prochaine vie sera la récompense–ou la punition!– pour tout ce que tu as pu faire dans cette vie. Et tu sais que tu as tué quelqu’un, et que les choses les plus atroces vont te tomber sur la tronche dans ta prochaine vie. Tu regardes la mort comme une catastrophe.

Et puis il y a d’autres personnes qui disent: « bah, quand tu es mort, tu es mort. » » Rien ne se passe après la mort. Alors pourquoi tu t’inquiètes? » A vrai dire, on n’est jamais complètement confortable avec cette idée, parce que ça nous terrorise, le rien. Tu sais ce que ça fait… de mourir? S’endormir, et ne jamais, jamais, jamais se réveiller?

Il y a tellement de choses auquelles on ne peut la comparer, la mort. Ca ne sera jamais comme se faire enterrer vivant. Ca ne sera pas comme être dans les ténèbres pour l’éternité.

Je vais vous dire à quoi ça va ressembler…c’est comme si vous n’aviez jamais existé.

Non seulement vous. Mais aussi tout ce qui vous entoure. Il n’y eu jamais rien, et il n’y a personne pour le regretter. Et il n’y a aucun problème avec ça. Mais essayez d’y penser, juste un instant. C’est un sentiment étrange qui vous emplis, quand vous y pensez véritablement. Essayez de vous l’imaginer véritablement.  Juste de tout arrêter tous ensemble, et vous ne pouvez même pas appeler ça un arrêt, parce que vous ne pouvez pas avoir d’arrêt sans avoir de commencement. Parce que ça contenait toute sorte de commencements, c’était simplement…la non-existence.

Essayez simplement de penser à la manière dont les choses se passaient avant que vous ne naissiez. Si vous remontiez le cours de votre mémoire aussi loin que vous le pouvez, vous retournez au même endroit. C’est la même chose que lorsque vous vous projetez dans le futur et que vous imaginez ce que ce sera quand vous serez mort.

Et puis de fil en aiguille, vous commencez à penser à des trucs marrants…vous vous dites que cet espace blanc est l’espace nécessaire à ce que nous appelons « être ». Aujourd’hui, nous pensons tous que nous sommes vivants, n’est-ce pas? Mais sommes nous vraiment ici, et maintenant? Y a-t-il quelque chose que nous appelons « existence »? Réfléchissez sur l’existentialisme, la « Science »…Ah…vous avez compris!! Nous y sommes!!

Mais, comment voulez vous l’expérimenter comme une réalité personnelle, à moins d’être vraiment mort? Qu’est ce qui nous donne ne serait-ce que le le plus petit indice que nous serions effectivement ici et maintenant, si ce n’est par contraste qu’à un moment donné, nous n’étions pas? Et après la mort, serons nous?

MAIS NOUS TOURNONS EN BOUCLE!

Alan Watts

(sur ce, je me barre et je vous laisse ruminer ça, mouahahahaha)

La Walknut: symbole d’Odin

Bon, je sais , Odin n’a pas toujours bonne réputation. Faut dire qu’il n’est pas gâté dans les marvels et dans les films comme Avenger ou Thor, the Dark world. On le présente comme un parent raté, un patriarche accroché à des règles obsolètes comme une moule à son rocher aux dépends des choix de son(ses) fils et de l’humanité en général, un amant raté, un Don Juan à la manque pour qui fidélité rime avec contrariété, un maniaque incapable de contrôler ses explosions de colère et … une autruche narcoleptique qui s’endort quand il n’a pas envie de faire face à un problème qui se pose à lui (y’a qu’a taper « convenient odinsleep » sur tumblr, vous allez bien vous marrer)

01ed91b6110ecb41c5e8bff2b36e21e4

tumblr_m5ephdsGdj1qbgigw

Le vieux fait sa crise (Aranna, je t’emprunte ta dénomination, vous pouvez aussi aller lire ses articles sur la pratique nordique qui sont vraiment soupaires)

A l’opposé, si l’on se balade dans la sphère odiniste, Haethen, Asastru, nordisante ou ce-que-vous-voulez, on s’aperçoit qu’Odin est traité  avec déférence, respect, avec une espèce d’admiration sans bornes teintée de phrases grandiloquentes et ponctuées de majuscules a tout bout de champs (ça m’a toujours fait marrer les articles dithyrambiques qui nous assènent des Lui avec un grand L ), comme si le fait de ne pas le prendre au sérieux ou de se foutre gentiment de sa barbe allait nous attirer les foudres de son fils au marteau.

Perso, je ne le vois ni comme la première faction, ni comme la deuxième. Odin est assez difficile à aborder en un premier temps, ça a fait pas mal d’aller retour, et puis j’avais toujours la sensation qu’au lieu de me donner un coup de patte, il s’arrangeait pour me laisser patauger dans la fange en prenant des photos pour son compte instagram, hashtag #àcesconsdhumain . Et puis on sait jamais ce qu’il a derrière la tête, il a un côté fouine manipulatrice ou ninja de l’ombre , mais aussi une grande sensibilité, un amour de tous les arts (musique, poésie, peinture, littérature…), une soif insatiable de connaissances, l’amour des voyages et des rencontres avec de nouvelles cultures et façons de penser, et puis un gout pour les sciences occultes en général (il a été initié au Seidhr, sorte de chamanisme nordique par sa confrère-et ancienne aimante selon certains textes- par Freyja) .

Et sur ces derniers points, je le rejoins parfaitement. On dira ce qu’on voudra, mais pour moi Odin est une divinité qui à l’avantage de laisser à l’homme son libre arbitre, si l’on considère qu’il existe (vous pouvez écoutez cette super émission sur le libre arbitre selon Spinoza pour vous forger une opinion). Je pense qu’il prend plaisir à suivre les hommes et qu’il aime les guider dans leur évolution, qu’il aime lorsqu’on sort des sentiers battus ou qu’on prend des décisions qui sortent de nos schémas habituels.

5e555f213219101f40cf81823bbded78

Lorsqu’on expérimente, qu’on se remet en question, même si l’on se prend des baffes. Lorsqu’on jongle avec les possibilités et opportunités, qu’on embue sa vision, pour déchirer des voiles, qu’on avance à tâtons , qu’on plonge dans l’eau noire puis qu’on crève la surface, inspirant goulûment l’air d’un nouveau monde.

odin-the-wanderer

C’est plus cette image là que je me fais d’Odin en fait, un côté vagabon-merlin-gandalf

Mais revenons en à notre noix-qui-marche (traduction littérale de Walknut). Si l’on s’en réfère à l’éthymologie, Valknut est une contraction du vieux norrois valr (les guerriers tués)  et knut (noeud).

Il y a deux formes de Valknut: celle qui ressemble a un ruban de moebius mais en version triangle (vous me suivez?), formé d’un seul ruban qui s’entrelace a l’infini, comme ci-dessous:

Tangelgarda_Odin

Gravure sur la pierre de Tängelgarda, en suède

Ou celle formée de trois triangles entrecroisés, comme celle ci:

Sacrificial_scene_on_Hammars_-_Valknut

Gravure sur la pierre de Stora Hammars, en suède.

Au niveau des significations et des utilisations du symbole en lui même, là encore, toutes les informations sont à prendre avec des pincettes. Comme d’habitude avec les textes nordiques; il faut bien prendre conscience que le rouleau compresseur chrétien est passé par dessus la plupart des textes qui nous sont parvenus, et qu’il nous faut simplement spéculer sur leur fonction, ou tout simplement faire confiance à notre instinct.

Dans l’edda poétique , la valknut est présentée comme étant le coeur de Jötunn Hrungnir  (un p’tit gars qui décida un jour de faire la course contre Odin et Spleipnir, qui la perdit-mais heureusement entra au Valhalla, ou il finit complètement torché et abusif, avant de se faire remettre en place par Thor-oui j’adore les contes nordiques, ils sont toujours marrants)

Selon Hilda Ellis Davidson , la valknut est évidemment connectée à Odin (son côté psychopompe, la valknut était en général représentée dans des scènes liées à la mort) , et plus particulièrement au fait de lier ou délier mentalement deux choses entre elles (binds en anglais, je préfère de loin ce mot qui possède un sens beaucoup plus fort que le mot français)

Par exemple, en dessous de la représentation d’Odin sur son cheval présente sur beaucoup de pierres tombales se trouve une sorte de noeud,  la Valknut, qu’on peut rapprocher du triskele. On pense qu’il symbolise le pouvoir du dieu de lier et de délier, mentionné dans les poèmes et partout autre: Odin avait le pouvoir de créer des « binds » dans l’esprit, et ainsi les hommes n’arrivaient plus a combattre, ou il pouvait délier les tensions formées par la peur et frapper avec des dons de furie de combat, intoxication et inspiration.

Il ne faut pas oublier qu’Odin est également un dieu psychopompe, lié à la guerre, aux morts (il était sensé ramasser les âmes des guerriers morts au combat tandis que Freyja s’occupait des âmes de ceux tombés en protégeant leur maison, quand aux autres…je suppose qu’ils allaient juste à Hel, la déesse des enfers et fille de Loki), un dieu shaman , dont Sleipnir peut être considéré comme une allégorie du pouvoir de voyager aussi bien physiquement que mentalement.

Les binds  sont très importants dans la pratique: c’est ce qui permet de programmer ou déprogrammer des pierres par exemple, d’activer un talisman, de lier tel ou tel objet a l’énergie de tel ou tel dieu, de rassembler l’énergie d’un rituel puis de la lier à quelque chose et d’y apposer une intention, mais on peut y voir aussi un aspect psychologique.

Je m’explique: dans la vie, on impose, et on se libère en permanence des binds mentaux: l’esprit, lorsqu’il a subit des stress traumatiques, imprime un certain schéma dans les circuits nerveux, et on reste bloqué dans les mêmes situations désagréables, à finir avec le même genre de personnes qui nous font du mal, ou a être victime de troubles obsessionnels compulsifs (c’est bien la base des toc et des tca: on tourne en boucle et on reproduit les mêmes comportements, encore et encore). L’émotion possède un pouvoir incroyable de binding, dans le bon, comme dans le mauvais sens; et la magie, c’est aussi tout simplement apprendre à utiliser consciemment ces liens. Même chose pour ce qu’on appelle Karma, ou les noeuds de lignées ou comportements shématiques imprimés dans notre vie par des générations précédentes ou vies précédentes(si l’on croit en la réincarnation) : ce sont aussi des binds.

7c0969ec2be3101c05ad480034eaf4e1

Ta vie, c’est comme ma barbe: un putain de sac de noeuds.

Il y a aussi un autre type de bind, ce sont ce que j’appelle les binds funéraires: ce qu’on appelle fantômes, ou esprits qui n’ont pas réussit à rejoindre l’au delà, parce qu’ils sont restés liés à un endroit , à une sensation, à une personne. Pour moi, rien à voir avec la personne telle qu’elle était de son vivant, j’aime bien la définition du fantôme donnée dans le film Mama qui pose un fantôme comme une formule mathématique, un genre de système émotion-action qui tourne en boucle, qui a été « imprimé » par une émotion très forte, une mort violente par exemple. M’est avis, même s’il me reste a expérimenter pas mal de chose (j’attends de recevoir une petite valknut en argent , j’ai reçu le feu vert des runes pour le porter) que la Valknut peut aussi servir à libérer ces « fantômes » ou émotions-actions de l’endroit où elles sont restées figées, mais je m’épancherais plus précisémment sur les fantômes dans un prochain article.

Mais c’est un peu parfait comme symbole vous me direz! Utilisons jusqu’à n’en plus pouvoir puisque c’est ainsi!

ehmmmm… si j’étais vous, j’éviterais.

Il y a quelques années, je voulais l’utiliser pour un truc dont je ne me souviens plus. Bref. Réponse des runes: niet. T’es pas ready ma petite.

Car oui, il y a bien un côté obscur à ce symbole, sinon ça serait pas drôle. Déjà, imaginez vous que vous ne maitrisiez pas la chose et que vous bindez des trucs à tout va, ou que vous créiez des noeuds en plus dans cette broderie qu’est votre vie. Ou pire , dans celle de votre voisin. Vous imaginez le boxon? Et ça n’est pas tout. Selon certains paiens, se faire tatouer la valknut, c’est comme se faire tatouer une cible dans le dos, ça veut juste dire

Plante moi ta lance juste là grand fou

(c’est super obscène oui)

Pour certains paiens, se donner à Odin, c’est accepter de faire le sacrifice de sa vie et lui dire en gros « ok, prends ma vie et ma mort, aussi. » Les Odinistes sont réputés finir en général de manière assez brutale, ce symbole est sené protéger, mais plutôt dans le sens « c’est MOI ma p’tite et personne d’autre qui décidera quand et comment tu va mourir« . Personnellement, je ne pourrais pas dire si ces légendes sont fondées, quand je mourrai et bien je mourrai et c’est tout, que ce soit brutalement ou pas le résultat sera le même.

200_s

Si je pouvais juste éviter le côté sectaire kamikaze à la mad max ça serait pas mal

Selon Wytch of the north, la valknut est liée au sacrifice (n’oublions pas les sacrifices divers et variés qu’odin a accomplit : se pendre durant 9 nuits pour obtenir les runes, son oeil dans la fontaine mimir pour la connaissance, ect…), elle en dénombre ainsi 9(comme les 9 mondes d’Yggdrasil)

  1. Le Puits de la connaissance mimir, pour lequel il a abandonné un oeil (sacrifice de la vue « normale » pour une vision plus large)

  2. La pendaison sous Yggdrasil (sacrifice de la vie et du sang pour les runes)

  3. Gunnlod et l’hydromel (sacrifice de l’amour et de l’honneur pour gagner l’éloquence et l’inspiration: dans l’edda, en échange de trois nuits torrides, elle devait lui donner 3 gorgées d’hydromel de la poésie, mais Odin finit par se barrer avec la coupe toute entière)

  4. L’abatage du géant Ymir, à partir duquel les dieux fabriquèrent la terre (perte de l’innocence)

  5. L’emprisonnement de Loki (sacrifice de son frère et « ami », même si je sais pas trop comment ils se considèrent mutuellement)

  6. La mort de son fils Baldir (aparemment, il y aurait une théorie comme quoi Baldir mourut à la place de son père, et que c’est Loki qui s’en chargea à la place d’Odin)

  7. Son exil d’Asgard, qu’il soit voulu ou non (sacrifice de la dignité)

  8. La magie du Seidhr (le côté « ergi » du fait de pratiquer le Seidhr en étant un homme, car à l’époque « battre un tambour avec les sorcières de l’île de Samsey » (de la Lokasenna) était considéré comme une grave offense à la virilité dans une société pour qui cet aspect était très important )

  9. Le sacrifice continuel qu’il supporte pour les gens qu’il suit, dans le sens de les mener dans des chemins parfois obscurs qui mènent sincèrement a douter de sa personne (moi même je l’ai envoyé chier un nombre incroyable de fois parce que ça me soulait, j’avais l’impression de perdre ma liberté ou d’au contraire de manquer de soutient, ou d’être mené sur des chemins randoms sans voir ou j’allais, avant de m’apercevoir que c’était en fait une solution plutôt bonne, du moins pour mon évolution personnelle)

On retrouve cette idée des 9 notions chez the Wicked Griffin, pour qui la Valknut est représentative des trois forces de création, de devenir et de destruction associés à trois êtres chacuns:

Création: les trois frère Voden (Odin), Vile, et Ve

Devenir: les trois nornes Urd, Verdandi et Skuld

Destruction: Hel (déesse des enfers), le loup Fenrir, et le serpent Jormungandr

valknut-tricursal-02_dee2de1a-a136-4533-8fad-120303dd3b97_large

Même si cette notion qui rappelle les trois concepts hindu de création, préservation et destruction est assez instructive, je  ne vous la met qu’à titre d’exemple, parce que je n’y adhère pas tellement. Simple question d’instinct, mais peut être que certains d’entre vous y trouveront leur compte.

Bon bin dans tous les cas, j’ai encore écris un bon gros pavé!

J’aurais du écouter Moondog-Odin qui disait

Celui qui sait que ces montagnes de mots ne sont qu’un substitut

Est celui qui a une langue à conter qui doit rester silencieuse

a9a3c5d9d6f7078b8f9d10f57ee1f780