Le libre arbitre, le destin, les dieux

Ecrire m’a toujours aidé à mettre de l’ordre dans mes idées. J’ai tendance à écrire des pavés souvent indigestes , malgré, et à cause de ma volonté d’essayer de parler d’un sujet de la manière la plus complète possible.

Chez les stoïciens, on estimait qu’on pouvait distinguer la vérité (en tout cas NOTRE vérité) par le fait qu’on la comprenait; c’était comme les cours de maths: vous aviez beau connaitre une formule de math par coeur, tant que vous ne savez pas comment l’appliquer et que vous ne compreniez pas à quoi elle servait véritablement, et bin c’est juste bon à épater la galerie. Une connaissance qui n’a pas été appliquée ou tout du moins comprise, de manière logique ou instinctive (le fameux « EUREKA »! de l’autre dans sa baignoire) sera juste perdue au milieu du fleuve des vidéos de chaton et autres 10 façons de cuisiner votre poireau.

Il en est de même pour la spiritualité. Ca nous arrive souvent de lire des concepts, de recevoir des signes ou des enseignements (de gens ou d’esprits/de dieux) et de ne les comprendre que bien plus tard.

ugigih

Image: sachin Teng

Mais revenons à nos moutons (noirs).

Le fait est que je suis une connasse.

Une connasse égocentrique et arrogante. Et que souvent, il m’arrive de penser que j’en ai juste raz le cul des dieux, de leur manière sournoise de se mêler de ma vie et de mon nombril sans que je sache exactement ce qu’il en est ni ce qu’ils font. Et que je les envoie bouler très souvent, dans un accès de fureur, le cri faussement rebelle de l’ado qui ne veut pas que ses parents lui disent qu’il doit ranger sa chambre, parce que merde il est capable de se débrouiller tout seul et qu’il n’a pas envie que quiconque lui dise quoi faire dans la vie.

J’entre dans une période de scission. Une période ou tu te remets en question, tu remets en question ton rapport au monde, aux dieux (bon c’est pas la première fois que je crise, ça m’arrive relativement souvent, je fais un peu de ménage sinon je m’encombre très facilement d’illusions et de visions faussées) . Parce que merde, je suis bien capable de me démerder toute seule! Et puis les dieux, c’est quoi leur intérêt à se mêler de ma life? Eux mêmes ont des visions différentes, leur spectre d’action est différent, comment donc  seraient ils capable de savoir ce qui est le « mieux » pour moi? Mais ce sont des dieux me dira-t-on, tu leur applique un raisonnement et un fonctionnement d’humain, tu te biaises.

Oui mais. C’est le seul spectre de vision que j’ai pour le moment, ma vision humaine. C’est mon seul référent. Et même si ce spectre est incomplet, déformé, faux diront certains, c’est ma manière de communiquer avec les dieux. Est-ce que sous peine de ne pas pouvoir encore accéder à une vision plus large et plus proche de ce que sont vraiment les dieux, je dois accepter toute information me venant de ce spectre « plus large » comme étant une vérité absolue et irréfutable? Est ce qu’avoir une vision plus large , c’est forcément mieux que de fonctionner avec  ce qui est à notre échelle?

Notre vérité s’exprime dans un système de valeur proche du notre. Dans l’expérience du particulier, dans l’expérience du vent sur notre peau, d’un pétrissage de pâte, dans  le fait de dessiner une fleur telle qu’elle est là, maintenant, sous nos yeux avec la lumière du matin qui explose sur ses pétales, dans l’odeur du pain qui cuit.

L’éternité est amoureuse des productions du temps disait Blake. Le temps et l’espace, que beaucoup considèrent comme une prison, est la condition sinéqua-non à la création, à l’évolution; le processus de vie-mort, grandir, vieillir, aimer, être blessé, trahi, la beauté…Tout ceci s’exprime dans le rythme continuel de l’espace temps. Et tout ce que nous considérons comme étant « en dehors », voyages astraux et chamaniques, fonctionnent également grâce au référent des sens: ce qu’on va y voir, entendre, sentir, va être relié à notre expérience du monde, du temps et de l’espace. Si vous ne connaissez pas les couleurs, le son, le gout, comment voudriez vous retranscrire le monde qui vous entoure, tel qu’il soit?

He who would do good to another must do it in Minute Particulars.

General Good is the plea of the scoundrel, hypocrite, and flatterer;

For Art and Science cannot exist but in minutely organized Particulars,

And not in generalizing Demonstrations of the Rational Power:

The Infinite alone resides in Definite and Determinate Identity.

Establishment of Truth depends on destruction of Falsehood continually,

Blake,Jerusalem

 

Celui qui veut faire le bien doit le faire dans le Détail des Minutes.

Le Bien général est l’excuse du scélérat, de l’hypocrite, et du flatteur;

Car l’Art et la Science ne peuvent exister autrement que dans des Détails ordonnés minutieusement,

Et non pas dans les démonstrations généralisatrices du Pouvoir Rationnel:

L’infini réside seul dans les Identités Définies et Déterminées.

L’établissement de la Vérité dépend de la destruction continuelle du mensonge.

 

Après, je suis loin d’être aussi entière que je le prétends. Comme une gosse, je criais à la rébellion et à la liberté , alors qu’en fait, je cherchais en permanence à me rassurer en tirant mes oracles ou mes runes pour n’importe quoi. C’est encore le paradoxe de l’ado qui dit qu’il peut tout faire tout seul parce qu’il en a marre de ses parents, mais quand on le met devant le fait accompli et qu’il est obligé de se démerder tout seul, là, il commence à flipper. Il veut le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière. Il veut la liberté confortable, celle qui lui évite d’assumer les conséquences de ses actes. Et je suis un peu comme ça. Et quand je m’en suis rendue compte, ça m’a fait un peu mal au cul. Si je veux vraiment accéder à la liberté que je prétends rechercher, et bien je me dois juste arrêter de chouiner et assumer vraiment tout ce que ça implique.

Me jeter dans le fleuve, sans garantie que ça réussira. En me prenant des baffes, des coups durs; si je veux être l’errante que je prétends être, il me faudra apprendre à construire un jugement personnel, à écouter ma voix et mon instinct, à faire preuve de bon sens, d’écoute, de respect; il me faudra apprendre à être assez solide pour assumer ce que veux être, enlever toutes les couches de protection et toutes les excuses que je me donne en permanence pour arriver au noyau, il me faudra enfin assumer ce que je veux et le vivre pleinement.

tumblr_nzn9oyhQRL1qgsw73o1_500

Image: sachin teng

Publicités

Connais toi toi-même…Et tu connaîtras le monde et les dieux

12226957_484513181730199_4436117932229450219_n

Je sais pas c’est quoi cette main mais elle est très cool

Tout le monde connait le fameux « Connais-toi toi même » . Sensé avoir été l’un des trois préceptes gravés sur un temple de Delphe, certains auteurs le font suivre de  » Et tu connaîtras l’univers et les dieux ». Sous entendu, la connaissance approfondie de soi-même mène à une compréhension  plus aigue du monde qui nous entoure.

C’est que j’aime bien appeler le paradoxe de la chaussette retournée; quand tu retournes une chaussette, l’intérieur devient l’extérieur et l’extérieur devient l’intérieur. Les deux sont interchangeables; ça n’est pas pour rien qu’on lie l’infiniment grand à l’infiniment petit, le réseau neuronal à la structure des galaxies, les atomes aux étoiles, la circulation des veines à la circulation des fleuves…Nombreux sont ceux qui font le parallèle entre notre organisme et l’organisme terre, entre l’exploration intérieure et les voyages extérieures: l’esprit humain est ainsi fait qu’il fonctionne par connexions et par associations, et c’est ce qui lui permet de donner du sens aux choses, c’est ce qui lui permet de relier les choses entre elles pour en faire un puzzle harmonieux, c’est ce qui permet aussi d’utiliser la Magie: un Sigil pour tel esprit, une plante pour une autre, un symbole pour une planète pour un dieu pour une ou plusieurs propriétés particulières. Quand tu tires un oracle, tu fait fonctionner ce réseau de symboles et de signes: tu lies la forme au sens, tu assembles le puzzle et tu cherche le ou les indices vont faire matcher toutes les infos en ta possession, que ce soit tes propres connaissances,  la forme du symbole en lui même (par exemple, pour les runes, j’aime bien juste me concentrer sur la forme et ce qu’elle m’évoque, en essayant de passer outre ce que j’ai lu sur la rune en question: je vois Hagalaz comme un pont entre deux chemins, une fracture brutale qui va dans un sens passé futur, une déviation) .

Si toutes ces connexions fonctionnent pour le monde que nous voyons et percevons avec nos sens, pourquoi ne fonctionnerait il pas avec notre monde interne? Ce que nous y percevons est lié à l’extérieur et au réseau des sens par les mêmes connaissances, les mêmes symboliques et le même langage que celui que nous mettons en marche lorsque nous marchons , jouons, échangeons, apprenons. Connaître nos mécanismes , ce qui cause nos angoisses, nos référents, nos blessures et nos sources de joie, c’est, en les comparant à l’extérieur, reconnaitre des loi universels chez l’homme, des lois qui assurent la cohésion du système dont ils dépendent, et en même temps reconnaître ce qui fait notre particularité.

Car je ne le répèterais jamais assez: il est très, très important de reconnaître notre individualité, et de la travailler: ce qu’on pourrait appeller le Soi de Carl Jung (ce dont j’ai déja parlé dans des articles précédents) , ce « machin » qui est là, quelque part, est qui fait qu’on ne va pas forcément utiliser la même méthode qu’autrui pour arriver à un même résultat, qu’on ne va pas avoir besoin des mêmes choses pour être épanouit: quelqu’un va avoir besoin de solitude, l’autre d’être en contact permanent avec les gens, l’un de peindre, l’autre d’être dans l’organisation, l’autre de faire le tour du monde en voilier, l’un de s’occuper de ses enfants, l’autre de faire des confitures dans un jardin paumé dans la montagne…. Les généralisations sont très dangereuses, elles amènent les gens à vouloir absolument rentrer dans des cases pour avoir le sentiment d’être acceptées, mais elles finissent frustrées voir névrosées parce qu’elles se forcent à être quelqu’un qu’elles ne sont pas.

On nous rabâche tellement de faux préceptes aujourd’hui, sur ce qu’il faut manger pour être en bonne santé, sur la taille et le poids qu’il faut faire, sur ce qu’il faut aimer, sur le fait qu’il faut être vegan pour sauver la planète ou qu’il faut « tout voir en positif pour attirer du positif dans sa vie. »

 

Et bin non. Désolée mais je ne suis pas d’accord. Tout d’abord parce que ça sert à rien vouloir absolument voir tout en positif. Je sais que c’est la mode en ce moment, être beau content et youpi c’est génial la vie les mecs, pourquoi vous vous plaignez le monde est beau! Toutes les thérapies de bien être et les formules magiques pour être heureux au quotidien c’est bien joli, mais c’est se voiler la face. Je ne dis pas qu’il faut être malheureux tout le temps: mais voir les choses en blanc est aussi faux que voir les choses en noir. Pour moi, les deux teintent notre vision du monde, et nous empêchent de voir ce qu’il est. Quelqu’un de déprimé va avoir tendance à penser que le monde entier lui en veux et que même ce rouge gorge tout mignon qui chante dans le jardin est moche et lui casse les oreilles; tout comme quelqu’un qui va se forcer à être joyeux tout le temps va trouver ça normal que son patron l’exploite ou que son mari la batte. Non. Mille fois non. Si l’on se sent mal, c’est qu’il y a une raison. C’est un signe que l’esprit envoie pour dire qu’il y a quelque chose, au fond de nous ou tout autour (mais j’ai l’impression que c’est la même chose, au final), qui n’est pas harmonieux, qui n’est pas en accord. Qu’il y a quelque chose à changer. Que si dans ce monde on sent qu’il y a des disharmonie, et bien il faut en prendre conscience, pour voir comment, à notre niveau, on peut trouver des solutions pour les régler afin de se sentir bien. Qu’un travail d’introspection nous mène à cette harmonisation, tout comme un voyage extérieur nous aide à nous harmoniser intérieurement; tout comme faire le ménage chez soi nous aide à faire le ménage à l’intérieur, tout comme raconter sa vie permet de mieux la comprendre.

tumblr_nymitgGh7b1rdbuvwo1_1280

Allez c’est parti Alfredo! (par takitakos )

Je déménage encore (pas pour aller très loin), et je me rends compte en rangeant tout mon barda  que j’accumule toujours un tas de trucs incroyables. J’essaye le plus possible de synthétiser et d’épurer ma pratique, de voir quels objets me sont vraiment indispensables, quelles plantes conserver, quelles fringues seront pratiques, esthétiques et durables, de quoi j’aurais besoin si jamais je me retrouvais soudainement à la rue et obligée de me débrouiller toute seule, obligée de conter sur mes propres connaissances et mon adaptabilité.

Mon principal soucis, ce sont es bouquins; j’adore toujours en acheter 36000 sur des sujets divers et variés, mais je me retrouve toujours avec des kilos et des kilos a transporter d’un point à l’autre; la connaissance , ça pèse son poids.

…Et en fait, si la connaissance ne pesait rien au final? EN voyant l’évolution d’internet et la manière dont la transmission de savoir évolue aujourd’hui, je me dis qu’en fait, on est en train de revenir à une transmission orale: y’a qu’a voir aujourd’hui, on écoute ou on regarde surtout des conférences youtube ou des émissions radios (ou alors ça tient surtout à moi qui travaille de cette manière) , on lit de moins en moins de bouquins; y’avait même un spécialiste de la transmission d’informations sur internet qui s’était aperçu qu’internet avait carrément changé la structure même du réseau neuronal d’apprentissage: on apprends plus de la même manière aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Et quand on y pense, il n’y a pas que des mauvais côtés à cela: il existe maintenant plein de chaînes youtube super intéressantes; n’importe qui peut partager ce qu’il a envie de dire même si c’est pas toujours très pertinent (mais après, à nous de faire le tri, et c’est ça qui est difficile: ne pas être noyé sous l’information): au final, dans les sociétés  médiévales et antiques, la transmission se faisait surtout oralement, il n’y a qu’à voir dans les sociétés druidiques: le savoir n’était pas quelque chose de figé, il évoluait, se complexifiait, se transformait pour s’adapter à son environnement et s’enrichissait au contact de ceux qui le transmettaient; tout comme les chants de baleine possèdent un rythme qui est en constante évolution, tout comme le flux de la vie; tout comme le concept de droit d’auteur qui était presque inexistant au moyen âge .

Le problème principal du savoir et de sa transmission aujourd’hui, c’est la surcharge d’informations, et le côté copié collé qui vient du manque d’expérience: celui qui enseignait, c’était celui qui avait vécu la chose, et qui pouvait en parler avec le langage de ses mains, ses pieds, le langage des odeurs , des sons et des couleurs; ainsi le savoir se fixait dans nos cellules, était compris, engrangé, et transmis à nos descendants: ça n’est qu’en vivant la chose qu’on la comprend vraiment, comme l’on comprend un théorème de maths lorsqu’on l’applique.

Et c’est là un peu mon gros dilemme en ce moment: l’insatisfaction permanente lié au manque d’expériences sensorielles: j’ai besoin de comprendre le soleil en sentant sa chaleur sur ma peau, de comprendre comment une plante grandit en la plantant, de comprendre le vent en chevauchant, de comprendre l’effort grâce aux courbatures. Je pense tenter quelques expériences d’ici quelques mois , et verrais si cela m’apporte ce que je cherche, ou au moins participe au chemin.

tumblr_nt8lzzIeEl1spzxrdo1_1280

Illus: Man Arenas

Et deux conférences youtube qui m’ont inspiré pour cet article:

Chemins de sagesse

Le cercle de la vie; initiation chamanique d’une psychothérapeuthe

A bientôt!

 

 

 

Les propriétés des métaux en magie

Allez. On commence avec une chaîne youtube que j’adore, Man at Arms, où une bande de forgerons des temps modernes s’amusent à reforger en VRAI des armes diverses venant de films et jeux vidéos. (et ils testent même leur tranchant à la fin en coupant des pastèques!)  Bon visionnage ^^)

J’entends beaucoup parler des propriétés des plantes et des pierres, mais très peu des métaux. Pourtant avec toutes ces histoires de balles en argent pour tuer des vampires et d’objets en fer pour éloigner les esprits qui font rien qu’à troller , on pourrait s’attendre à ce que les métaux aient aussi eux droit à leur heure de gloire ( et comme ça vous saurez quoi faire de votre petite monnaie qui traîne toujours au fond de votre poche, je vous donnerais la composition de celles-ci histoire de s’amuser un peu)

D’ailleurs, lorsque vous replongez dans vos bouquins d’histoire, vous vous rendez compte que certaines périodes ont été nommées d’après certains métaux: l’âge de bronze, l’âge du fer…et l’utopique âge d’or. Et pourtant, le tout premier métal à avoir été travaillé n’est aucun de ceux-là: il s’agit en fait du cuivre, que l’on à d’abord martelé pour lui donner la forme qu’on voulait, avant de s’apercevoir qu’on pouvait le faire fondre : c’est le début de l’âge de Cuivre vers – 4000. Les romains étaient eux même d’excellents forgerons, et dédiaient ce même métal à Vénus.

Vers -2500, on s’aperçut qu’on pouvait former des alliages de métaux: ainsi naquit l’âge de Bronze, alliage de cuivre et d’étain.

L‘âge du fer, curieusement, arriva beaucoup plus tard: le fer ayant une température de fusion beaucoup plus grande que le cuivre, on ne pouvait le faire fondre avec un simple feu de camps (sauf si tu t’appelles Iorek Byrnison et que tu arrives a reforger une dague brisée avec trois branches et deux pierres, mais c’est une autre histoire). Les pionniers du travail du fer furent un peuple de la Syrie du nord, qui forgèrent ces incroyables lames en acier de Damas dont la fabrication est encore une énigme aujourd’hui (cf plus bas).

On trouva des applications au travail du fer dans des domaines extrêmement variés, où sa dureté est un atout certain: pour l’agriculture, la chasse, la guerre, et beaucoup plus tard l’ère industrielle et l’avènement des machines à vapeur.

Les Amérindiens n’étaient pas en reste : ils ont commencé très tôt à travailler divers métaux comme le cuivre, l’or, l’étain…et même le platine, mais curieusement ils n’ont jamais touché au fer, tandis que de leur côté, les Inuits s’attaquaient à forger du fer météorique.

Il n’existait au moyen âge que 7 métaux connus:l’or, le mercure, le plomb, l’argent, le fer, le cuivre et l’étain, et je vais me concentrer surtout sur ceux là histoire de ne pas écrire un bouquin.

389dcd2b5a60b498b572b186fc9fe618

salut j’ai des coeurs dans les oreilles

Je vous mets un petit texte marrant d’hildegarde sur son interprétation de la formation des métaux:

Au début, l’esprit divin fut porté par les eaux et les eaux recouvrirent la terre. L’eau était stagnante, mais en respirant, l’esprit le mit en mouvement . Ces eaux ruisselèrent sur la terre et la renforcèrent, et la brisèrent par endroit. Et là où l’indomptable pouvoir de l’eau pénétra la terre, le feu de l’eau la transforma en or. Là ou la pureté de l’eau pénétra la terre, elle fut transformée en argent . Là où le mouvement de l’eau pénétra la terre, poussée par le vent, la terre se changea en acier et en fer. C’est pourquoi le fer et l’acier sont plus fort que les autres métaux, tout comme l’eau remuée par le vent est plus forte que celle sur laquelle passe une brise légère. Et, tout comme l’esprit divin fit couler les eaux primordiales, il donna la vie aux hommes et aux plantes, aux arbres et aux pierres.

chfa_04_img0924

La grande famille des alchimistes tous très occupés à transformer le plomb en or

Commençons notre petit tour d’horizon par l’Or. Selon Hildegarde, il est chaud et porte l’énergie du soleil, ainsi que celle de l’air; l’or avait le pouvoir, si on l’absorbait en petites doses sous forme de poudres dans de petits cakes, d’aider à combattre la goutte. Si l’estomacest »froid et plein de mucus », l’or aide à le réchauffer .On pouvait aussi chauffer une petite pièce d’or et la mettre dans du vin afin qu’elle le réchauffe, puis ensuite boire le vin a intervalles réguliers (trois petits verres par jour) pour profiter de ses bienfaits . L’or est dit pour aider dans les troubles liés aux organes génitaux et au soin des tissus et des os, et au niveau psychique, il combat la dépression et les pulsions auto-destructives, et remonte l’estime de soi .

L’Argent est froid (parce qu’il contient de l’air froid, qui refroidit même la terre). En cas de toux grasse et d’excès de mucus, hildegarde préconise de chauffer une pièce d’argent, de la mettre dans du bon vin pour qu’elle le chauffe , de recommencer l’opération autant qu’il le faudra pour que le vin soit bien chaud, puis de boire un petit verre avant le petit déjeuner et avant d’aller se coucher. La forte fraicheur naturelle de l’argent diminue toute humeur trop chaude, trop froide ou trop humide grâce à son tranchant lorsqu’elle est associée avec le feu et la chaleur du vin; mais l’argent ne doit jamais être consommé comme tel, car il est trop froid, et trop lourd pour l’estomac. Au niveau psychique, l’argent est connu pour être lié à la lune, à l’équilibre psychique et à la vision. Il stimule le transfert des fluides en tout genre, active la circulation énergétique, sert de « pont » et transfère plutôt que d’engranger les informations . L’argent aide à la visualisation , à la flexibilité, à l’empathie ; si l’or est « l’émetteur », l’argent est le « récepteur ».

Bon après pourquoi ça a été utilisé contre les vampires, très sincèrement j’en sais rien du tout. Mais sachez quand même, au cas où vous voudriez vous forger un athamé ou une épée en argent, que ça fera une très mauvaise lame dont le tranchant s’émoussera au premier désinguage de pastèque sauvage, gardez le en bijou plutôt!

 

Le Plomb est froid. Surtout, ne jamais l’ingérer, Hildegarde le disait déjà à l’époque.  Selon elle, le plomb « refuse les autres métaux » (aujourd’hui, on a prouvé que la toxicité du plomb venait de sa capacité à prendre la place des autres métaux dans le corps humain, freinant les processus vitaux qui dépendent du fer, du cuivre,ect…Comme quoi elle était plutôt balaise, Hildegarde) et est loin d’être bénéfique pour l’homme, même utilisé en tant que récipient. Trop de plomb dans le corps cause une maladie absolument pas drôle que l’on appelle Saturnisme, qui cause rachitisme chez les enfants, coliques, anémie…et mort dans les cas les plus graves, elle touchait certains travailleurs mais aussi artistes qui utilisaient des pigments à base de plomb.  Le plomb est lié à Saturne(d’où le nom de la maladie), et il est dit au niveau psychique qu’il aide pour tout ce qui est travail à long terme, sens des responsabilités et la structure. C’est un métal qui fait « taire », du coup si vous avez besoin d’un truc un peu bourrin qui fasse vraiment barrière (on l’utilisait surtout en isolation contre les radiations) et qui ne laisse passer aucune énergie, vous pouvez utiliser le plomb. Mais perso je ne toucherais pas au plomb, que ce soit de près ou de loin. C’est un peu ma shungite des métaux, je supporte pas ce truc.

L’étain est plus chaud que froid. Selon hildegarde, le fait de garder de l’étain sur sa peau peut rendre malade, car le froid qu’il contient passe dans le corps; boire dans un récipient en étain est aussi mauvais pour la santé.

Le Cuivre est chaud et devient très rapidement Froid. Il est, dit Hildegarde, comme une étincelle d’or qui s’échappe d’un fourneau. Si une personne est une vraie larve par exemple (qu’elle n’a envie de rien faire, qu’elle n’a pas d’appétit et qu’elle baille souvent), qu’elle prenne 5 piécettes de cuivre (attention, les centimes d’euros sont faites d’un coeur d’acier recouvert de cuivre, ça n’est pas que du cuivre), qu’elle les fasse chauffer en les plaçant dans du vin qu’elle porte à ébullition –remarquez que le procédé est ici légèrement différent, on ne fait pas chauffer les pièces avant mais on le met directement dans le vin, car le cuivre est chaud par nature et n’a pas besoin d’être « équilibré » par la chaleur du feu–jusqu’à que le vin réduise, et boire modérément de ce mélange durant 9 jours. En cas de « gicht » (terme qui regroupe l’arthrose, la sciatique, la goutte…toute maladie qui laisse un fonction du corps comme paralysée), accentuer le côté « feu » en chauffant tout d’abord les pièces dans le feu puis le retirer, le laisser refroidir, puis renouveler l’opération trois fois, avant de le plonger encore chaud dans du vin, et le donner à boire tiède au malade.

Recette contre-poison d’hildegarde (donnée à titre indicatif, je signale quand même que la Rue est considérée comme étant une plante toxique):

-1/3 de bon vin

-1/4 de vinaigre

– 1/2 de jus de Rue officinale

Placer une barre de cuivre pur dans le feu, quand il est chaud le placer dans le mélange; boire le mélange avec un estomac vide durant trois jours et le poison sera expulsé par un côté ou l’autre.

Au niveau médical, le cuivre aide à la formation de l’hémoglobine, aide à l’absorption du fer dans les intestins, est donc très utile pour les soucis menstruels (le manque de fer , entre autres), il aide à la formation des cellules et à leur respiration; les plus grandes concentration de cuivre dans le corps sont dans les reins, le cerveau, le coeur et le foie.

Au niveau psychique, le cuivre est lié à Vénus, il aide à faire circuler ou réveiller les énergies sexuelles. C’est un très bon conducteur, il peut être utilisé comme « pont » (pour ça qu’on met desfois du cuivre dans les baguettes) Il repousse bien les énergie négatives et donne un sacré coup de boost en cas de coup de mou, mais attention c’est un peu une décharge électrique ce truc, j’ai une pote qui ne supporte pas le contact du cuivre.

Le Laiton (chais pas pourquoi, mais ce métal là, je l’ai toujours bien aimé) est chaud , mais n’est pas présent tel quel à l’état naturel: la plupart du temps, c’est un alliage de Zinc et de Cuivre, mais qui peut contenir aussi de l’étain, du plomb, du chrome et du magnésium. Hildegarde n’aimait pas l’utiliser pour le soin, car elle considérait qu’il faisait plus de mal que de bien , sans doute parce que suivant l’alliage, on ne retrouvait pas les mêmes propriétés. Mais si vous voulez l’utiliser en magie, vous pouvez regrouper les propriétés du cuivre, et du Zinc ,les objets en laiton comme les bijoux sont très communs, il faut juste voir comment votre alliage réagit et si vous pouvez l’utiliser d’une manière ou d’une autre.

DamaszenerKlinge

Une lame en acier de Damas (damascus steel) et ses superbes motifs, c’est ce cet acier là dont Georges R Martin s’est inspiré pour ses fameuses épées en acier valyrien.

Eddard_and_Ice

« l’hiver arrive, Jean Neige! « 

Le Fer est très chaud, et très fort. Sa force, d’après Hildachou, est utile pour maintes choses: si une personne porte du fer sur elle, cela ne lui posera pas les mêmes soucis qu’avec l’étain, car la chaleur du fer est bien équilibrée. Si l’on a par exemple des endroits ou l’énergie stagne dans le corps, on peut prendre un objet en fer, le chauffer dans le feu, puis l’appliquer à l’endroit ou l’énergie stagne (attention hein! ne vous brûlez pas! ) afin qu’elle chasse toute l’humidité qui s’y est accumulée, et recommencer l’opération plusieurs fois jusqu’à qu’on se sente mieux. En médecine, le fer est indispensable au transport de l’oxygène dans le corps, à la formation de l’hémoglobine, et fortifie le système immunitaire. Au niveau psychique, le fer, étant très « fort » protège des agressions de toutes sortes, « coupe » dans les énergies . J’avais par exemple un pote qui purifiait les lieux de rituel au katana, et bin laissez moi dire que ça dépotait bien! Attention juste à ne pas en abuser, le petit peuple n’aime pas trop, le fer ça protège…mais un peu de tout sans faire de discernement; certaines plantes détestent le fer, attention si vous les cueillez au couteau.

Au niveau psychique, on l’utilise pour réveiller notre côté Warrior,pour avoir le courage et la ténacité nécessaire pour faire face aux aléas de la vie. Il encourage l’honnêteté et l’esprit chevaleresque, il a tendance aussi à purifier le mental lorsqu’ utilisé en méditation. Très utile aussi pour ouvrir des « portes » pour le voyage astral, permet aussi de bien nous ancrer.

Il existe des alliages plus ou moins purs de fer, l’acier par exemple est un mélange de carbone, et de fer. Selon hildegarde, le fer pur est d’un tel pouvoir qu’il affaiblit toute sorte de poison et fait fuir les « mauvais esprits »: si on suspecte un quelconque poison dans un plat, mettre une pièce de fer chaud dans le plat, ou dans du vin qu’on versera ensuite dans le plat, l’effet du poison sera diminué. (bon enfin ça, c’est la théorie hildegardienne, dans la pratique je n’ai jamais testé)

Le Zinc n’est pas décrit par hildegarde, mais c’est apparemment un super métal, qui aide à la transformation: en médecine, le Zinc aide à l’activation d’enzymes et d’hormones de toute sortes, il travaille de concert avec l’insuline, est donc d’une aide précieuse en cas de diabète, il régule le développement du cerveau et la perception sensitive. Il aide à la régénération des tissus et os endommagés, et protège de corps contre les substances toxiques. Au niveau psychique, il aide à tous les travaux d’intelligence et de logique, aide à repenser les shémas qui nous enferment, aide à avoir le courage de sortir de la routine et de débroussailler une nouvelle voie.

Quand au Mercure, il est associé à Hermès, et à tout ce qui concerne la communication. C’est accessoirement ce truc blanc gris qu’on trouvait dans les thermomètres de nos grand parents, et qui faisait plein de petites billes lorsqu’on le cassait par inadvertance. Je me rappelle avoir été fascinée par ce métal liquide et l’espèce de « blouwb » lorsque deux billes fusionnent entre elles; mais le mercure est super toxique, alors bas les pattes!

 

Voilà! Maintenant que vous avez toutes les infos en main, à vous de jouer! Je vous file vite fait la composition des pièces de monnaies, au cas ou vous voudriez les utiliser en magie:

-les petits  centimes (1,2,5) : coeur d’acier recouvert de cuivre

-les grands centimes (10,20,50): alliage de d’aluminium ( 5%), de cuivre (89%),  de Zinc (5%) et d’étain (1%)

-les euros: Coeur argenté en trois couches (Cupronickel/nickel/cupronickel) et extérieur un alliage de cuivre, de Zinc et de Nickel.

Allez, à plus tard les alchimistes!

 

45c9911a82a7039c7323545ee4a681bd

(impossible de retrouver l’auteur, pardon auteur!)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les soins énergétiques

C’est un peu la mode en ce moment dans le monde new age, tu te concentres; et HOP par la force de la pensée ou de tes médichloriens (chacun sa religion) tu peux soigner tous les maux, y compris le cancer de ta grand mère en phase terminale (pardon pour l’humour noir, ça fait du bien de temps en temps).

Bon. En vrai, en tout cas selon mon expérience personnelle, ça ne marche pas tout à fait comme ça. Déjà parce que je ne m’appelle pas Jésus, que je ne suis pas un mage Blanc niveau 100 et que je ne possède pas de larme de Phoenix ni le Saint Graal (références geek: check). Mais sans vouloir pousser mémé dans les orties, on peut raisonnablement dire que les soins énergétiques peuvent avoir un certain intérêt, du moins lorsqu’ils sont pratiqués avec une certaine maîtrise par des gens compétents. Et par soins énergétiques, j’englobe un peu tout ce qui permet de faire circuler l’énergie dans le corps, et de dénouer les blocages qui peuvent causer des problèmes physiques ou psychologiques: les arts martiaux comme le Qi Gong ou le Tai-Chi, le Yoga, l’acupuncture ou l’acupression, les pierres, le Reiki, les plantes comme les champis ou l’ayahuasca ou la musique (il y a très certainement plein d’autres méthodes, mais je ne les connais pas, et pour l’ayahuasca, ne faites pas ça chez vous hein, j’aurais l’air bête de vous inciter à la prendre) .

Les blocages énergétiques peuvent être causés par tout un tas de problèmes différents: traumatismes physiques (chutes ou blessures) ou psychologiques, expériences douloureuses, honte, et aussi d’autres choses plus anciennes, qui viennent de la lignée ou certains diront des vies antérieures (auquelles je ne crois pas pour l’instant, car je n’ai jamais eu aucune confirmation que j’en aurais eue, mais qui sait, on verra bien) .

Les blessures de lignée sont quelque chose de bien tangible, qui à d’ailleurs été prouvé récemment en épigénétique , une discipline qui étudie l’impacte de l’environnement sur la modification de notre ADN: on a découvert que sur des souris qui avaient reçu un traumatisme dans leur vie le transmettaient à leurs enfants jusqu’à trois générations au moins, et que ces enfants pouvaient présenter des symptômes tels qu’un comportement antisocial, des pertes de mémoire, un manque de confiance et une anxiété excessive. Les bébés, bien évidemment, étaient fécondés in vitro et élevés par une mère qui n’avait pas leur patrimoine génétique, afin de bien vérifier que les comportements n’étaient pas à l’origine de l’environnement social. Si la preuve à été donnée par des souris, on peut donc penser que le mécanisme est le même chez les humains: et oui, en gros, vous pouvez très bien vous coltiner les traumatismes de votre arrière grand mère dans le sang. Et vous naissez avec, et vous vous devez de faire avec, et de trouver le moyen de vous en débarrasser.

Selon les chinois, l’énergie parcours tout le corps selon des tracés bien précis, irrigant les différents muscles et organes; et certains des points situés le long de ces tracés, aux intersections par exemples, peuvent être « bouchés », faisant que l’énergie s’y accumule et créé des tensions, et empêchant l’irrigation de tout ce qui est dans la continuité du méridien.

D’ailleurs, ce système est plutôt bien expliqué dans un extrait marrant comme tout (mais en anglais, pardon) de la série Avatar, pour ceux qui connaissent:

Cette vidéo ne prend pas le système énergétique chinois en compte, mais le système énergétique indien, qui part du principe qu’il existe 7 points principaux d’énergie le long de la colonne vertébrale, qui correspondent à 7 fréquences différentes (c’est pour ça que lorsque vous cherchez des vidéos sur les chakras sur youtube, vous tombez souvent sur des fréquences, et donc notes différentes pour chaque chakra: racine, sacré, plexus, coeur, gorge, 3ème oeil et coronnal) . L’énergie vitale est représentée sous la forme d’un serpent lové à la base de la colonne vertébrale, et dont le but de certains yogi est l’éveil de cette forme faramineuse qui remonte tout du long de la colonne jusqu’en haut de la tête.

iugdsc

Le système Indien avec les jolies couleurs arc-en-ciel

jhzodsfc

Le système chinois, avec un mec très content qui danse à droite.

On peut voir qu’il y a quelque différences entre les deux systèmes: le système chinois est beaucoup plus précis , même si c’est vrai qu’il est moins tape à l’oeil (ptêt pour ça que les chakras font plus vendre, c’est plus simple et plus joli) : chaque point correspond à un centre d’énergie, un genre de mini piscine ou de trou d’eau , de lac formé au milieu de la rivière d’énergie, un petit réservoir d’énergie, et lorsque qu’on le stimule, en appuyant dessus avec les doigts ou en y plantant des aiguilles, soit on disperse l’énergie qui y est accumulée, soit on le stimule et on aide à le remplir pour que tous les trous d’eaux soient plus au moins au même niveau et que l’énergie s’écoule sans encombre entre eux.

Personnellement, j’avoue que plus le temps passe et plus j’ai tendance à penser que le système indien est un peu un truc de fumiste: certes, je peux concevoir qu’il y aie une progression dans la fréquence de vibration de l’énergie qui se trouve en bas et en haut (d’où les couleurs des chakras, qui correspondent à la traduction visuelle d’une certaine fréquence; mais il y a aussi des fréquences trop basses pour être vues comme les infra-rouges, ou trop hautes pour être vues comme les ultra-violets) ; mais pas qu’on aie 7 grosses piscines disposées tout le long, je préfère l’approche plus subtile de la médecine chinoise.

 

Je vais vous donner quelques exemples concrets issus de mon expérience personnelle: Lou Sylvestris avait posté un petit article sur l’acupression (l’acupuncture avec les doigts) qui m’avait donné l’envie d’essayer. Ni une ni deux, je me retrouve à acheter un petit bouquin, très simple et clairement destiné aux débutants, avec les points d’acupression les plus simples à mettre en pratique. J’ai tout d’abord testé sur ma mère, qui avait toujours des maux de têtes; j’ai trouvé les deux points indiqués à la base du crane, et j’ai appuyé dessus. Et j’ai clairement ressenti l’afflux d’énergie, la tension accumulée qui commençait à circuler normalement. Bon après j’avais des fourmis partout dans les doigts mais c’était plutôt chouette, comme expérience. J’ai tenté divers points sur moi, ceux qui m’intéressaient dans le cadre de mes propres blocages , et je me suis rendue compte que tous les points de tensions qui me posaient problème en Yoga se retrouvaient être des points d’acupressions; des points sur lequels j’avais tendance à appuyer naturellement pour soulager une tension, où d’autres au contraire que je ne supportais pas de toucher parce qu’ils commençaient à relâcher une douloureuse quantité d’énergie et d’information trouvaient leur connivence dans le système chinois.

Il y a un truc à se mettre dans le crâne, quand on veut se lancer dans la guérison énergétique ou qu’on veut tout simplement guérir: la guérison, c’est jamais une partie de plaisir. C’est douloureux. Plus le traumatisme qui a laissé son empreinte dans la chair est profond, plus il faudra déployer d’énergie , de temps et de patience pour en venir à bout. Et plus toute l’énergie qui se libère lorsque le barrage cède peut être destructrice: c’est comme une crue qui arrache un peu tout sur son passage: ça nettoie, mais ça charrie des trucs pas propres, et le temps de laisser couler tout ça, tu en chies. Et parfois littéralement, comme lorsque tu prends de l’ayahuasca: tous tes blocages sortent sous forme physique, par voie orale ou rectale, et c’est franchement pas propre.

(c) Royal Academy of Arts; Supplied by The Public Catalogue Foundation

Toi là, oui, toi sur ton ordi! Je t’annonce officiellement que tu vas DOUILLER! Numérotes tes abattis et prépares tes cleenex!     

Il est difficile de guérir simplement avec une séance d’imposition des mains, à moins d’être un praticien de Reiki très très doué; le travail avec les pierres demande de la patience; le corps à toujours de bonnes raisons de ne pas laisser le barrage céder, et l’esprit a souvent très peur de ce qu’il peut se passer s’il décide de lâcher du lest. La peur est l’un des meilleurs verrous à la guérison, c’est le corps et l’esprit qui paniquent quand il voit que quelque chose menace le système énergétique telle qu’il a pris l’habitude de le gérer, même s’il est bourré de scotch, de rustines, de trous et de caillots dans tous les sens. On peut grâce à la technique de son choix aider à détruire les blocages en changeant légèrement le flux aux endroits de notre choix, mais au final, c’est le patient lui même qui doit laisser son corps se guérir lui même; s’il résiste, il est difficile de faire quoi que ce soit, à moins de le violenter, ce qui est le cas pendant certaines séances chamaniques.

Et pour régler des problèmes profonds, il est assez difficile de compter uniquement sur des méthodes douces telles qu’on nous les propose aujourd’hui; ce qu’on voit le plus souvent dans les livres, bouquins d’ésotérisme et autre, ce sont souvent des solutions qui sont « safe », que n’importe qui peut appliquer . Mais qui dit « safe », dit aussi moyennement efficace: c’est comme vouloir guérir à l’aide d’un médicament qui n’a aucun effet jugé « négatif », quelle que soit la dose à laquelle on l’administre, c’est vouloir le beurre, l’argent du beurre, et le cul du crémier en option. Toute chose qui possède une action sur une autre peut potentiellement entraîner un déséquilibre dans l’autre sens si on l’applique au mauvais endroit et dans la mauvaise quantité; tout est question de dosage et de doigté, pour le travail énergétique c’est pareil: tu commences à débroussailler le terrain avec des trucs un peu violents (en chamanisme tu commences par exemple avec des esprits un peu bourrins, ou tu utilises ton tambour, mon bodhran par exemple est parfait en travail de fond , c’est un peu le tractopelle du travail par le son), et puis tu vas de plus en plus en douceur. Je suis un peu en train d’expérimenter, mais j’ai l’impression que ça marche pas mal de commencer avec des sons graves (qui correspondent à la fréquence du bas de la colonne et du chakra racine) et de finir avec des sons aigus pour les ajustement, je sais que Corine Sombrun bossait par exemple avec des esprits d’oiseaux pour les ajustement, et avec le Loup pour les nettoyages bourrins, elle le disait clairement, quand t’es en transe , tu peux avoir affaire à des sacrés saloperies et les réactions envers ces « dissonances » ou entités sont très souvent super violentes)

Dans tous les cas, pour le travail énergétique, il me semble important de ne pas vouloir appliquer à tout prix UNE méthode à tout le monde: les blocages ne sont pas les mêmes pour chaque personne, un même blocage peut avoir des causes différentes, peut être soigné de différentes façons; et il est très important de s’écouter: si on ne sent pas une méthode, qu’on n’a pas confiance en tel praticien, il ne faut surtout pas forcer. On possède en nous les ressources pour sentir ce qui est bon pour nous et ce qui peut nous soigner, à nous de faire les tests et les expériences en conséquences, à nous de se jeter à l’eau!

 

 

 

Le mariage du ciel et de l’enfer

The voice of the Devil.

All Bibles or sacred codes have been the causes of the following Errors.

1. That Man has two real existing principles Viz: a Body & a Soul.
2. That Energy, call’d Evil, is alone from the Body, & that Reason, call’d Good, is alone from the Soul.
3. That God will torment Man in Eternity for following his Energies.

But the following Contraries to these are True

1. Man has no Body distinct from his Soul for that call’d Body is a portion of Soul discern’d by the five Senses, the chief inlets of Soul in this age
2. Energy is the only life and is from the Body and Reason is the bound or outward circumference of Energy.
3 Energy is Eternal Delight

William Blake, The mariage of Heaven and Hell

La voix du diable.

Toutes les bibles ou code sacrés ont été la cause des erreurs suivantes.

  1. Que l’homme est formé de deux principes tangibles: un Corps et un Esprit.
  2. Que l’Energie, que l’on nomme Mal, vient du corps, et que la Raison, que l’on nome Bien, vient de l’Esprit.
  3. Que Dieu tourmentera l’homme dans l’Eternité pour avoir succombé à ces énergies.

Mais ces contraires sont vrais

  1. L’homme n’a pas de Corps séparé de son Esprit, car ce qu’on appelle Corps est une portion de l’Esprit que l’on perçoit grâce aux cinq Sens, qui sont les canaux qui permettent à l’Esprit de percevoir cet âge-ci.

2. L’énergie est la seule vie , elle vient du Corps, et la Raison est ce qui forme la circonférence, ou qui restreint l’énergie.

3. L’énergie est la Joie éternelle.

William_Blake_002

Toutes les images de cet article seront des oeuvres de Blake lui même: celle ci est le fantôme de Flea, apparut à Blake durant l’une de ses séances d’invocation d’esprits en compagnie de son ami John Varley

Après nous être remis de notre visite chez Voltaire l’hyperactif, on va rester dans le même siècle et partir à la rencontre de William Blake, son contemporain anglais.

489px-William_Blake_watercolor_portrait

Blake lui même

William Blake fut une sorte d’Ovni dans la poésie, et dans la vie en général. Celui qui voyait « l’éternité dans une heure et le monde dans un grain de sable » est resté relativement méconnu durant sa vie, vivotant de ses gravures et de ses écrits que ses amis lui achetaient surtout pour lui faire plaisir et pour l’aider; c’était le genre de doux dingue illuminé, qui voyait des archanges dans la rue, vit dieu à sa fenêtre à l’âge de quatre ans, parlait aux fées et aux diables, mais également aux morts (il clamait continuer à parler régulièrement à son frère après sa mort).

Il mourut le 12 août 1927 en chantant un cantique, sa femme, qui était présente, le décrivait comme présentant « la figure d’un ange ». Longtemps après sa mort, elle continuait régulièrement à recevoir des messages de lui, lui demandant toujours son avis avant de vendre telle ou telle de ses oeuvres.

Mais ne le prenez pas pour une nouille pour autant. Loin de coller texto à la bible comme une tique sur son chien, Blake s’est amusé à en réinterpréter tous les textes pour qu’ils collent à SA propre vision; et plus encore, il alla jusqu’à créer SA propre mythologie, depuis la création de l’univers à partir d’un homme asexué primordial jusqu’à la complexité qu’on lui connait aujourd’hui; il croyait en un dieu unique, avait foi en la figure de Jésus, mais ne partageait pas la vision manichéenne chrétienne , ni son obsession pour la chasteté, en fait, il était opposé à toute forme de restriction que celle-ci pouvait exercer à l’encontre de ses fidèles.

Il prônait l’amour libre, voire libertin (ce qui lui causa quelques problèmes durant son mariage, lorsqu’il voulut, selon certaines sources, ramener une autre femme chez lui, forcément ça n’a pas trop plut à sa femme d’alors), sans complexes, débarrassé de toute honte; il acceptait parfaitement la nudité, la plaçant comme une oeuvre divine , allant jusqu’à appliquer ses principes en se baladant en tenue d’Adam dans son jardin,au grand dam de ses voisins puritains.

William_Blake_003

Si je reviens sur son personnage aujourd’hui, c’est parce que c’est une personnalité qui m’a énormément influencé tout au long de ma pratique; il a été l’une de mes portes d’entrées dans l’ésotérisme, à une époque ou j’effleurais la communication avec les dieux et esprit (par la technique de la bibliomancie dont j’ai déjà parlé: tu ouvres un livre au pif en posant une question au préalable, et si tu es « branché » et que l’esprit ou le dieu aime communiquer de cette façon, tu arrives à des trucs plutôt intéressants)

J’utilise moins cette méthode aujourd’hui, et très rarement avec mon recueil de poésies de William Blake (ça ne résonne plus, il y a un temps pour tout comme qui dirait; il ne faut pas forcer si on voit que ça ne fonctionne pas) ; mais j’adore me replonger dans ses écrits de temps à autres , afin de découvrir de nouvelles subtilités à mesure que je progresse en anglais et que je comprends mieux les intrications et les connections de tous ses concepts. Et puis c’est un monde tellement vaste, bourré de symboles, d’images, de synapses de concepts qui s’entrelacent, se mordent, se nouent et se détachent qu’on y trouve toujours une résonance avec notre situation présente ou une question qu’on se pose sur le monde en général. (bon, la généralisation, Blake aimait pas trop, selon lui « généraliser c’est être un idiot, spécifier est la marque du mérite, les connaissances générales sont les connaissances des idiots« )

800px-THe_Four_Zoas

Les quatre Zoas, et les deux Limites: Adam (la contraction), et Satan (l’opacité)

Mais revenons à la mythologie Blakienne; il est temps que je vous en parle un peu plus en détail.

Sa mythologie est fondée sur le principe de séparation et de chute depuis une unité primordiale, tout comme Lucifer est devenu un ange déchu, le tout premier homme asexué , Albion (le nom mythique de la grande Bretagne) à chuté à la suite de sa propre prise de conscience.

Mais au lieu de fomenter une rébellion contre dieu , il se sépara en quatre Zoas, qui eut même déchurent chacun en une Emanation, leur contrepartie féminine: et c’est à cause de cette séparation de l’état d’unité primordiale que découlent toutes les emmerdes.

pintura-blake

Urizen

Les quatres Zoas, principaux protagonistes , sont tous liés à un élément, à une partie du corps, et à des principes divers. Leurs Emanations possèdent également leur caractères et particularités propres:

-Urizen, qui apparaît sous la forme d’ un vieil homme. Il symbolise la logique, la raison, l’organisation:  il créa la pesanteur, la longueur, la largeur, tout ce qui donne forme et poids à la matière; obsédé par l’organisation et les lois, il les nota dans le livre d’airain, et en consignant le Bien et le Mal, il créa les 7 péchés capitaux qui n’avaient avant aucune raison d’être dans un monde qui ne reconnaissait ni l’idée de Bien, ni l’idée de Mal. Il est assigné à l’Est, et à l’air. Son émanation est Ahania, et représente le plaisir nécessaire à l’apprentissage (j’sais pas si vous avez remarqué, mais on retient quand même vachement nos leçon quand elles sont interactives et ponctuées d’anecdotes un peu marrantes, bref quand ça nous implique, émotionnellement et intellectuellement)

hecate-william-blake-1795

Enitharmon

 

-Urthona, le forgeron, qui représente l’imagination et la créativité. Chacun de ses coups de marteaux est le coeur qui bat, et qui mesure le temps qui passe. Son émanation est Enitharmon, la mère, qui représente la lune, la création, mais aussi la restriction du désir sexuel et l’organisation au sein du foyer. Sa direction est le Nord,son élément la terre.

-Tharmas (mon préféré!)  qui symbolise la sensation. On se le représente sous la forme d’un berger, il est pacifique de nature, son élément est l’eau, sa direction l’Ouest. Il est particulièrement doué en communication (il est lié au langage, qu’il soit porteur de vérité ou de mensonge), et à la peinture et à l’Art en général. Son Emanation est Enion, qui représente l’envie sexuelle et les actes de création/destruction qui en résultent. Après leur séparation,  Tharmas se transforme en spectre de la Mort Eternelle (l’état de Mort Eternelle est celui où l’on ne peux plus percevoir aucune lumière divine) . Enion, possessive et désireuse de n’avoir Tharmas que pour elle seule, tue d’autres émanations , et ce faisant créé le cercle de la destinée (qu’on pourrait lier à nos idées du Karma et de la réincarnation, ou des différentes expériences de l’âme et du chemin qu’elle a à parcourir avant d’être réunie de nouveau avec le Tout) . Tharmas se détourne d’elle, s’enferme en lui même et dans sa haine, et Enion , ne sachant plus que faire, errant par le monde en espérant le retrouver, se réduit petit à petit  à une voie gémissante qui rend fous tous ceux qui ont le malheur de l’entendre.

the-sun-at-his-eastern-gate-1820

-Et enfin Luvah, qui représente le coeur, les sentiments et la révolution. Son élément est le feu, sa direction le Sud. Il est lié à l’amour, qui tourne ensuite en guerre et en révolution lorsqu’il est séparé de Vala, son émanation, qui représente la nature.

Chacun des Zoas, et des émanations possède un état divin, et un état de chute: l’état divin est l’état de plénitude, de connexion avec l’étincelle divine, d’équilibre; l’état de chute est ce qui découle de la confrontation et du doute; c’est lorsqu’on est morcelé et qu’on n’arrive plus à percevoir la moindre lumière (c’est l’une des deux limites, l’opacité–donc Satan–poussé à son extrême). « Si les porte de la perception étaient nettoyées , nous verrions le monde tel qu’il est, c’est à dire infini ».

Selon lui, même les sens sont entrés en état de chute, et tournés sens dessus-dessous: ils ne permettent pas de voir le monde tel qu’il est, mais le définissent à travers des fenêtres étroites; seul le toucher, lié au sexe, permet d’appréhender l’infini et de voir le monde tel qu’il est, grâce à la perception énergétique entre autres.

Tout le monde blakien est régit comme des poupées russes, chaque dimension étant la matrice, ou l’oeuf l’un autre, l’homme lui même peut tomber en quatre principes liés aux quatre points cardinaux: L’Humanité, l’Ombre (ce que l’on dénie en nous, et qui pourrait correspondre à l’Ombre de Carl Jung), le Spectre (ou la raison qui nous enferme et nous sépare, qui devient la course à l’égo et l’enfermement dans soi même, la parano), et l’Emanation (ou notre contrepartie masculine, ou féminine, disons qu’il s’agit du Daemon de la croisée des mondes).

Selon lui, et contrairement à la vision de Rousseau et de Voltaire, l’homme n’était pas naturellement bon, mais au contraire devait tendre vers la bonté ; il ne pourrait atteindre la plénitude qu’à travers le pardon, que ce soit envers lui et envers les autres. Pardonner détruit le cercle de la vengeance, et du jugement, et permet de discerner l’Etat (l’état d’esprit, ou les sentiments que l’on peut ressentir à tel ou tel instant) de l’Humain Eternel qu’on pourrait lier au Soi de Carl Jung; un genre d’empreinte que l’âme possède, et qui reste la même durant toute sa vie. C’est un peu comme si tu avais un centre stable qui ne dépendait pas du continuum espace-temps, et que tout autour s’articulaient tes émotions–donc l‘état dans lequel tu es à cet instant T– qui elles, évidemment, peuvent changer du tout au tout d’une heure sur l’autre. Or, selon Blake, ce sont ces Etats qui sont la cause des mésententes et des conflits qui règnent entre les hommes, qui sont à l’origine de la division, mais en même temps de l’attraction, volonté de retrouver l’unité perdue.

William_Blake-703575

Une oeuvre de Blake inspirées de l’enfer de Dante

[…]‘But vain the sword and vain the bow,
They never can work War’s overthrow;
The hermit’s prayer and the widow’s tear
Alone can free the world from fear.

xi
‘The hand of Vengeance sought the bed
To which the purple tyrant fled;
The iron hand crush’d the tyrant’s head,
And became a tyrant in his stead.

xii
‘Until the tyrant himself relent, 45
The tyrant who first the black bow bent,
Slaughter shall heap the bloody plain:
Resistance and War is the tyrant’s gain.

xiii
‘But the tear of love—and forgiveness sweet,
And submission to death beneath his feet— 50
The tear shall melt the sword of steel,
And every wound it has made shall heal. […]
William Blake, extrait de I sam a Monk in Charlemaine

Mais vaine l’épée et vain l’arc

Ils ne pourront jamais arrêter la guerre;

La prière de l’hermite et la larme de la veuve

Seuls pourront libérer le monde de la peur.

La main de la Vengeance saisit le lit

Où le tyran pourpre se réfugia

La main de fer écrasa la tête du tyran

Et par ce fait devint elle même le tyran.

Jusqu’à ce que le tyran lui même se retire,

Celui là même qui fut le premier à tendre l’arc noir,

Le meurtre fera s’entasser la peine sanglante:

La résistance et la guerre sont le gain du tyran.

Mais la larme d’amour– et le doux pardon,

Et la soumission à la mort sous ses pieds —

La larme doit faire fondre l’épée d’acier,

Et chacune des blessures qu’elle à causée doit guérir.

 

Attraction and Repulsion, Reason and Energy, Love and Hate, are necessary to Human existence.
From these contraries spring what the religious call Good & Evil. Good is the passive that obeys Reason. Evil is the active springing from Energy.
Good is Heaven. Evil is Hell.

L’attraction et la répulsion, la raison et l’énergie, l’amour et la haine sont nécesaires à l’existence humaine.

De ces contraires naissent ce que les religions appellent le Bien et le Mal. Bien est le passif qui obéit à la raison. Mal est la source active de l’Energie. Le Bien est le Paradis. Le Mal est l’enfer.

i121930

Et quelques proverbes de l’enfer, pour finir:

 

Au temps des graines apprends, à la récolte enseigne, en hiver profite.

Conduis ta charrue et ton sock au dessus des os des morts.

Les routes de l’excès mènent aux palaces de la sagesse.

La prudence est un vieil homme riche courtisé par l’Incapacité.

Celui qui désire, mais qui n’agis pas, exhale la pestilence.

Un fou ne voit pas le mêm arbre qu’un sage.

Celui dont le visage n’émet point de lumière, ne pourra jamais devenir étoile.

L’éternité est amoureuse des productions du temps.

L’acte le plus sublime est de faire passer l’autre avant soi.

Si le fou persistait dans sa folie, il deviendrait sage.

La honte est l’horloge de la fierté.

Les prisons sont construites avec les pierres de la Loi, les bordels avec les briques de la religion.

Trop de tristesse fait rire. Trop de joie fait pleurer.

Le rugissement des lions, les hurlements des loups, la furie de la mer déchaînée, l’épée destructive, sont des portions d’éternité trop grandes pour l’oeil de l’homme.

La joie imprègne. La tristesse apporte de la force.

Ce qui est aujourd’hui prouvé fut un temps imaginé.

Une pensée remplit l’immensité

 

Voila! C’est fini pour l’article, mais loin d’être fini sur Blake. Il y a encore des tonne de choses à dire, sur ses Quadruples visions par exemple qui me font vraiment penser à des expériences chamaniques, ou ses prophécies qui rappellent pas mal celles du Mahabarata ou du Ragnarök; et qui valent le coup d’oeil (bon, comme tout le restant de son travail, mais il faut du temps pour s’y mettre!)

Dans un prochain article peut être héhé

 

 

 

 

Traité sur la Tolérance

Deorum offensae diis curae : c’est aux dieux seuls de se soucier des offenses faites aux dieux

(Sénèque, Troade)

 

J’ai bien envie de me faire une petite cession littéraire en ce moment, parce que je lis tout plein de belles choses qui décrivent bien mieux que ce que je ne pourrais jamais faire toutes les choses qui me passent par la tête en ce moment, sur la liberté, la tolérance, la révolution, le « grand tremblement » du monde… Alors sautons dare dare dans notre cabine téléphonique spatio-temporelle et partons à la rencontre des esprits éclairés de jadis!

Destination d’aujourd’hui: XVIIIème siècle. On va essayer de mettre la main sur ce filou de Voltaire, qui, lassé de courtiser puis s’embrouiller avec les puissants, est parti se réfugier à la frontière franco-genevoise.

Il consent nous recevoir dans son domaine à Ferney, là ou il vient de mener une active campagne contre le procès de la famille Calas, où le père fut injustement accusé d’avoir tué son fils, et fut en retour roué de coups et mis en mort par la « justice » d’alors. Pendant trois ans, il fit des pieds et des mains pour rassembler à ses côtés toute l’intelligencia et les gens d’influence capables de réparer cette malencontreuse injustice; et, armé de son seul pupitre et de sa plume, parvint à saisir le prestigieux conseil du royaume, fit casser l’arrêt du parlement, et indemniser la famille.

1311328-Voltaire_recevant_la_visite_de_Frédéric_II

On se fait accueillir  par la maîtresse de maison, Madame Denis, qui nous reçois à sa table avec tous ses autres convives; nous ne sommes pas même sûrs d’entrevoir le bougre, qui se réserve le droit d’apparaître quand il lui plaira; soyons prévenus, il passe la plupart de son temps enfermé à gérer ses propres affaires, daignant de participer à la conversation lorsque le besoin de compagnie se fait sentir. C’est que la table de Voltaire est toujours ouverte, mais l’afflux constant de visiteurs avait finit par fatiguer celui-ci, qui fut obligé de restreindre l’accès à la résidence afin de pouvoir s’occuper des affaires d’importance.

Il nous fait finalement l’honneur de sa présence après le dessert, et nous emmène au jardin.La conversation se fait bientôt vive et enlevée; on ne peux certes lui dénier sa vivacité d’esprit et son charme naturels, qui servent d’apparat à sa tenue on ne peux plus… dépareillée et dénuée de toute volonté d’en faire un ensemble un tant soit peu harmonieux. Il consent à nous lire quelques extraits de son Traité sur la Tolérance, qu’il à écrit à l’occasion de l’affaire Calas:

Moins de dogmes, moins de disputes; et moins de disputes, moins de malheurs: si cela n’est pas vrai, j’ai tort.

La religion est instituée pour nous rendre heureux dans cette vie et dans l’autre. Que faut-il pour être heureux dans la vie à venir? être juste

Pour être heureux dans celle-ci, autant que le permet la misère de notre nature, que faut-il? être indulgent.

Ce serait le comble de la folie de prétendre amener tous les hommes à penser d’une manière uniforme sur la métaphysique. On pourrait beaucoup plus aisément subjuguer l’univers entier par les armes que subjuguer tous les esprits d’une seule ville.

[…]

La nature dit à tous les hommes: je vous ai tous fait naître faibles et ignorants, pour végéter quelques minutes sur la terre et pour l’engraisser de vos cadavres. Puisque vous êtes faibles, secourez-vous ; puisque vous êtes ignorants, éclairez-vous et supportez-vous. Quand vous serez tous du même avis, ce qui certainement n’arrivera jamais, quand il n’y aurait qu’un seul homme d’un avis contraire, vous devriez lui pardonner: car c’est moi qui le fait penser comme il pense. Je vous ai donné des bras pour cultiver la terre, et une petite lueur de raison pour vous conduire ; j’ai mis dans vos coeurs un germe de compassion pour vous aider les uns les autres à supporter la vie. N’étouffez pas ce germe, ne le corrompez pas, apprenez qu’il est divin, ne substituez pas les misérables fureurs de l’école à la voix de la nature.

C’est moi seule qui vous unis encore malgré vous par vos besoins mutuels, au milieu même de vos guerres cruelles si légèrement entreprises, théatre éternel des fautes, des hasards, et des malheurs.

C’est moi seule qui, dans une nation, arrête les suites funestes de la division interminable entre la noblesse et la magistrature, entre ces deux corps et celui du clergé, entre le bourgeois même et le cultivateur. Ils ignorent tout des bornes de leurs droits ; mais ils écoutent tous malgré eux, à la longue , ma voix qui parle à leur coeur.

Moi seule je conserve l’équité dans les tribunaux, où tout serait livré sans moi  à l’indécision et aux caprices, au milieu d’un amas confus de lois faites souvent au hasard et pour un besoin passager, différentes entre elles de province en province, de ville en ville, et presque toujours contradictoires entre elles dans le même lieu.

Seule je peux inspirer la justice, quand les lois n’inspirent que la chicane. Celui qui m’écoute juge toujours bien; et celui qui ne cherche qu’à concilier des opinions qui se contredisent est celui qui s’égare.

Il y a un édifice immense dont j’ai posé le fondement de mes mains: il était solide et simple, tous les hommes pouvaient y entrer en sûreté; ils ont voulu y ajouter les ornement les plus bizarres, les plus grossiers, et les plus inutiles, le bâtiment tombe en ruine de tous les côtés; les hommes en prennent les pierres, et se les jettent  à la tête; je leur crie: Arrêtez, écartez  ces décombres funestes qui sont votre ouvrage, et demeurez avec moi en paix dans l’édifice inébranlable qui est le mien.

Voltaire, détail du visage (château de Ferney)

La bonne tête de polisson de Voltaire, détail du visage (château de Ferney)