La leçon de l’eau

Laissons se matérialiser tout ce qui a été prévu.

Laissez les croire.

Et laissez les rire de leurs passions.

Car ce qu’ils appellent passion n’est pas une sorte d’énergie émotionnelle,

Mais juste le résultat de la friction entre leur âme et le monde extérieur.

Et, le plus important: laissez les croire en eux même.

Laissez les être vulnérables comme des enfants.

Car la faiblesse est une grande chose et la force n’est rien.

Quand un homme naît, il est faible et flexible.

Lorsqu’il meurt, il est dur et insensible.

Quand un arbre grandit, il est tendre et souple,

Mais lorsqu’il est sec et dur, il meurt.

La force et la dureté sont les compagnons de la mort.

La souplesse et la faiblesse sont l’expression de la fraicheur de la jeunesse.

Parce que ce qui a été endurci ne gagnera jamais.

 

Andrei Tarkovsky, Stalker

J’aime profondément l’eau. Je suis une enfant des rivières et des fleuves plus que de la montagne ou de la mer. Je suis née près de la Seine, et tout au long de ma vie, les rivières m’ont accompagnées. C’est elles que j’allais voir lorsque je me sentais triste, je laissais toute ma peine et mes soucis couler avec l’eau, j’adorais dissoudre mon être dans les eaux bouillonnantes et claires des torrents de montagnes, la brûlure du sang qui revient irriguer les membres après s’être baigné dans une eau glacée, la claque du courant sur tes muscles, cette sensation de faire partie d’une unité éternellement changeante.

Tu ne peux pas définir un esprit de rivière. C’est grand, c’est immense. Ils ont été là des siècles avant toi, ils seront là longtemps après ta mort, ils ont porté des denrées, des armées, ils ont porté les couleurs de la garance des teinturiers, les oxydes du tannage du cuir, les filets des pêcheurs, les corps des noyés et des victimes de la peste, la laine des moutons, le bois des forêts en amont , ils connaissent l’humain mieux que quiconque. Ils connaissent leurs ravages, leur soif de pouvoir, leur ingéniosité, leur vulnérabilité, leur dépendance à leur milieu. Ils connaissent les rythmes naturels, le flux et le reflux, les périodes de sécheresse et d’inondation. Ils connaissent la terre, le ciel , ils amassent les informations, les portent du ciel à la mer, dans un mouvement incessant.

erne rivr

Personnification de la rivière Erne en Irlande.

On les a souvent représenté sous forme de serpents, ou de dragons dans les mythologies asiatiques, sous une forme plus humaine en europe. Nourricière et destructrice, porteuse de vie et de mort, pont entre le monde des hommes et des dieux , l’eau à toujours possédé cette dualité créatrice. C’est la connexion avec le Sidh chez les celtes. C’est Mannanan Mc Lyr, dieu des Océans et psychopompe. C’est dyonisos, dieu de la mer sauvage et trois fois né, qui une fois par an permet aux morts de remonter par la porte de son temple situé au beau milieu des marais. C’est Apabharani, la partie du ciel chez les hindous qui porte dans ses eaux les âmes sur le chemin vers l’au-delà. C’est l’eau de vie, et l’eau de mort, donné par les corbeaux à Ivan pour qu’il renaisse. C’est l’eau qu’Anubis redonne au mort pour revivifier son coeur. C’est le Styx, le fleuve des morts, c’est le Nil, fleuve de vie, c’est le Tigre et l’Euphrate, les berceaux de civilisation.

tumblr_no1nre1FmM1s103ldo3_400

C’est aussi les pierres trouées que l’on trouve dans les rivières, les Hag stones, qu’on dit dotées du pouvoir de contrer tout maléfice, car la pierre possède le pouvoir de l’eau courante sur laquelle la magie n’a aucune prise. C’est la perle qui renferme le pouvoir des dragons asiatiques, maîtres de la pluie, des sources et des fleuves. Ce sont les ponts, les bateaux, les lieux de passage, les portes. La délimitation d’un espace, la protection.

Et c’est la vie. La fluidité. Ce qui circule, ce qui remplit, ce qui est sans forme, sans visage mais qui possède une puissance inimaginable, une énergie cinétique impressionnante.

Les égyptiens le disaient: pour être en bonne santé, il faut que la chair soit ferme, et que les vaisseaux qui charrient le Ka, l’énergie vitale, soient souples. Si les canaux se rigidifient, l’énergie est bloquée et les parties non irriguées se dessèchent et meurent. L’artériosclérose , une calcification des artères qui peut conduire à une obstruction totale, est l’un de ces symptômes de rigidification. Quand le coeur n’a plus les rennes , quand la tête prend le dessus. Quand on oublie de se reconnecter à notre âme, qu’on est pas « alignés », comme disent les chinois. Pour eux aussi, comme chez les égyptiens, c’est le coeur, siège de l’âme et pont entre la terre et le ciel, qui possède le dernier mot .

Suivre le coeur ne veut pas forcément dire être impulsif. On est souvent victime des blessures d’égo, peur du rejet, de la souffrance, du changement…Mais toutes ces peurs sont d’origine mentale, et dictées par le souvenir d’expériences passées. Le coeur il s’en fout, il est là, il observe, il bat et il fait son travail quotidien pour nous envoyer l’énergie dont nous avons besoin. Le coeur écoute l’âme, et transmet ses informations sous forme d’émotions au corps. Libre nous de l’écouter ou pas ou d’en faire ce qu’on veut.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s