Les rites de l’au-delà

Je vous met aujourd’hui un extrait du super bouquins Les rites de l’au delà, de Jean-Pierre Mohen, sur les cérémonies funéraires chez les Barawan. (Je vais p’têt’ continuer sur les rites funéraires dans les prochains articles, c’est un sujet qui me passionne et qui permet de réfléchir à ce qu’est l’âme, ce qu’on appelle « fantôme », comment on se représente la mort et tout ce qui se passe après…bref au final, des trucs que je ne trouve pas spécialement morbides ni glauques, mais qui possèdent une vraie beauté et qui curieusement, nous font apprécier d’autant plus la vie, parce qu’ils nous apaisent par rapport à la mort. )

 

« Les gestes simples des funérailles sont accompagnés de prières et de chants d’une très grande subtilité. En effet, pour les Berawan il existe un esprit du mort appelé bili leta, esprit événementiel qui occupe le lieu où s’est produit le décès. L’intuition des instants et des lieux caractérise aussi l’âme. Elle est, chez l’individu, la composante spirituelle mouvante, différente selon les circonstances changeantes. L’âme du vivant, associée à un tel corps vieillissant et mourant, se transforme après le décès en une entité spirituelle qui n’a bientôt plus rien à voir avec la mort, qui a surpris le défunt, issue de l’état précédent mais différente aussi par sa nature et ses manifestations. Elle devient telanak.

Le chaman est le pilote de ces métamorphoses. Lui seul à la sensibilité pour reconnaître les signes de l’âme, l’appeler, la calmer et la conforter. Les messages du chaman sont parfois repris par l’assistance. L’âme n’est pas considérée comme éternelle mais elle est principe de vitalité et d’éveil conscient.

La conception de l’esprit et de l’âme n’est pas théorique mais vécue. Elle n’est pas exprimée par un discours mais chantée. Le chant est essentiel, chez les Berawan, car lui seul sait dire l’émotion et caractériser l’instant, car lui seul tient du langage universel entendu par les vivants et les âmes de l’au-delà, car lui seul peut exercer une action spirituelle. Le chant existe en soi et domine toute relation entre les vivants et les morts.

Lorsque la dernière nuit des cérémonies est arrivée, après avoir rangé les ossements nettoyés dans le récipient définitif et avant de placer celui-ci dans sa niche ou dans son mausolée, la grande fête commence. Elle est celle du chant qui va préciser la spécificité du chemin vers le royaume des morts sous la conduite du chaman,: elle est une consultation du réel, la transposition chantée de cette analyse et si la cérémonie est réussie, la thérapie vers la bonne mort. Le premier chant s’adresse à toutes les âmes désireuses de vagabonder, c’est à dire toutes celles qui ne connaissent pas l’état stable de la félicité et qui peuvent perturber les vivants terrestres. Le deuxième chant est un appel à chaque groupe  de la communauté qui doit se mobiliser  et participer  avec toute son énergie collective à la découverte par l’âme du mort de la cérémonie, du juste chemin vers le royaume de la paix.

Le chant suivant est plus grave et plus dramatique car il concerne ce chemin précis, non encore défini, mais l’objet même de la grande fête. Le chanteur principal s’approche du panier et le frappe avec le bambou utilisé au nettoyage des ossements. Il appelle le mort et demande à son âme flottante si elle est disposée à entreprendre le voyage chez les morts. Le chant inspiré transmet la réponse de l’âme et lui enseigne la marche à suivre.

Il indique comment se rendre à la rivière et y faire sa toilette.De retour, il demande à se vêtir de ses plus beaux atours et de remonter la rivière en canoë jusqu’au royaume des morts. […]Le voyage de l’âme qui remonte la rivière n’est pas une exploration de la mort mais une maîtrise du temps mythique. L’âme, en remontant le cours du temps, traverse des générations de héros vers le passé mythique des ancêtres jusqu’à la création elle-même de l’univers.

Nous comprenons l’importance des chants funéraires qui exposent les notions fondamentales de la pensée Berawan et enseignent l’acte métaphysique par excellence, celui de la création de l’être accompli, symbiose au moment de la mort du vivant terrestre avec ses ancêtres. Cet acte renouvelé pour chaque personne, est aussi délicat que périlleux.

Il arrive en effet que l’âme parvenue au monde des morts soit rejetée ou ne s’y plaise pas. le chaman comprend que les rites n’ont pas été pratiqués avec la rigueur où la conscience qui s’impose. L’âme revient parmi les vivants et comme elle retrouve son corps en putréfaction incompatible avec l’accueil de l’âme, celle-ci est hésitante et malheureuse. Elle ne peut forcer la nature et inventer une solution monstrueuse (ZOMBIIIIES!!-pardon j’men vais), ce qui arrive parfois et créé des crises abominables. Elle doit elle aussi prendre son temps, et sa conversion spirituelle en entité du royaume des morts exigera un délai aussi long qu’il est nécessaire au cadavre d’achever sa putréfaction et de se transformer n ossements blancs et secs.

Pourquoi le destin s’acharne-t-il sur certaines âmes? Quelle malice les rend malheureuses et dangereuses pour les vivants de ce monde? Il est de la responsabilité collective de prendre en charge cette injustice originelle. Pour avoir prise sur elle, il faut affronter la souffrance. La souffrance du au choc émotionnel dû à la « disparition » du défunt. On lui reproche et on lui demande des comptes: « pourquoi as-tu quittés ceux qui t’aiment? » Les proches qui veillent savent qu’il ne faut pas être trop sévères car l’âme souffre elle aussi durant cette période transitoire qui est la période du deuil. Elle souffre d’incertitude tant que la métamorphose de l’âme n’a pas encore lieu mais elle souffre aussi d’instabilité car son corps d’accueil  se putréfie et ne peut plus l’accueillir selon la règle naturelle. Elle ne peut donc plus se « nourrir » et rassembler l’énergie nécessaire à la dernière épreuve. Aussi, les survivants ont-ils donc un rôle primordial dans la réussite des rites pratiqués lors des cérémonies. »

51311

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s