La spiritualité est-elle compatible avec l’esprit scientifique?

La dissonance cognitive n’est pas une transe extra-corporelle vers les annales Akhashiques qui renferment toutes les connaissances de l’univers et dont aucun visiteur n’a jamais pensé à ramener quoi que soit d’utile. Ce n’est pas non plus un voyage astral au plafond de la chambre permettant de s’isoler le temps d’un coma éthylique de l’écrasante présence d’un surmoi surmené par des séances enfumées d’introspection du moi kundalinique.

 

La dissonance cognitive est un malaise, une tension, un état déplaisant voir extrêmement désagréable où l’individu se trouve lorsqu’il se trouve en présence d’éléments cognitifs contradictoires.

Cf: le mec ci dessous avec les gants jaunes.

J’aime bien me faire du mal. Par là, ne comprenez pas que j’aime chausser le cuir , le baillon et les menottes et me mettre à quatre pattes, mais que j’aime bien me mettre dans des situations inconfortables. Mon amour des Tricksters peut être. Un certain esprit de contradiction, que je teste en premier lieu envers ma propre logique et mes propres croyances.

 

Si tout comme moi vous êtes souvent pris de grosses crises de doute en mode « mais je suis juste timbrée en fait! Je me fais des films, avec mes histoires de magie, de dieux, c’est juste que je me suis construite une grosse histoire dans mon petit crâne de piaf parce que j’ai jamais reçu ma lettre de Poudlard!« , vous savez de quoi je parle. Ce gros doute qui vous effleure en permanence, qui vous fait penser qu’en fait, bah vous n’êtes qu’un Moldu frustré atteint du syndrome de Peter Pan.

Vernon_Dursley_2

Feuque.

Venant d’un milieu cartésien, ayant pour papa un gars qui travaille dans les fusées , un frère thésard, une soeur en école de commerce et un bac scientifique option physique-chimie,  je suis très loin de posséder une éducation qui me dirige naturellement vers l’ésotérisme. Et pourtant j’y suis tombée les deux pieds dedans. Mais comment j’en suis arrivée là? Et est ce que l’approche sensitive et instinctive de la pratique spirituelle peut être corrélée par une approche scientifique et méthodique des fait, où est ce que je cherche juste à prouver mes croyances par des raisonnements biaisés histoire de me rassurer dans ma démarche et d’éviter ces fameuses dissonances cognitives?

tumblr_o2nlsz536g1qafq9co2_500

Salut. Je vais te poser un dilemme qui ne te laissera pas indemne. (image: Rachel Suggs )

J’imagine que tout le monde les expérimente. Et que tout le monde les fuis comme la peste. Les dissonances cognitives, c’est cette sensation désagréable, un mélange de honte, de confusion et de déni que l’on ressent lorsqu’on fait quelque chose qui n’est pas en accord avec nos valeurs, ou qu’on se rend compte que quelqu’un vient de démonter nos arguments et qu’il existe une faille dans notre raisonnement.Et là, c’est le drame. Le fragile édifice qui donnait sens à notre vie s’effondre dans une faille trans-dimensionnelle.

Et pour éviter de tombe dans le trou, l’homme a développé plusieurs techniques d’esquive. (on appelle ça dans le jargon: retrouver une consonance cognitive, càd retrouver une certaine harmonie dans notre façon de de comprendre le monde)

1)tu construis un pont par dessus l’abîme:

esquive

Technique d’esquive N° 1

On appelle ça « rajouter des éléments consonants ». Prenons l’exemple d’une croyance , je sais pas, en les ovni par exemple.

Si quelqu’un te démonte ta théorie par des arguments lambdas , et que tu sens que ça menace ton estime de soi (parce que tu pourrais potentiellement avoir tort, ce qui est un gros coup dans la face de ton égo), tu vas te réconforter en lisant des articles sur des témoignages de gens qui ont vu des ovnis, ou regarder des émissions sur la question. Ouf, il existe donc des preuves que tu as raison, ton honneur est sauf.

Prenons un autre exemple.Si tu es vegan mais que quelqu’un te propose un gâteau aux oeufs qui a l’air absolument délicieux et que tu finis par craquer…Tu te sens mal. Tu expérimentes une DISSONANCE COGNITIVE , parce que tes principes-ne pas manger d’oeufs- entrent en conflit avec le fait que…tu en ai engouffré un bon nombre.

 

Passons donc à la deuxième technique de fouine anti-dissonances:

2) Reboucher le trou, ou ne pas lui laisser l’occasion de se former.

  • dodgeq

Easy.

C’est ce qu’on appelle « ôter les éléments dissonants. » : en gros, on change nos comportements , nos actions pour qu’elles soient consonantes.

Je m’explique: si par exemple, ta pote revient ENCORE UNE FOIS pour te proposer un flan breton bourré d’oeuf alors que tu ne manges TOUJOURS pas d’ovules de poule, tu va juste …dire non à ta pote. Tu ne manges pas d’oeufs, tu n’expérimentes donc pas la dissonance parce que tu es resté réglo avec toi-même.

C’est la technique qu’utilisent les stoïciens, qui partaient du principe que l’univers était régit par le Logos, le principe logique. Selon eux, on peut scinder le monde en deux parties:

-ce sur quoi on a pas d’influence, donc ce sur quoi on a aucune raison de se prendre la tête. Tu mets juste toute ce gloubiboulga de côté et tu laisse l’univers faire ce qu’il veut avec son joujou astronomique.

-ce sur quoi tu peux avoir une influence, càd tes propres pensées et opinions. Et afin de garder une cohérence là dedans, il suffit simplement de coller à une éthique personnelle. Tu te fixes des règles morales, tu hiérachises l’importance de ces règles, et tu t’y tiens. Ca te permets de garder un pratiquement parfait alignement pensées-paroles-actions; et donc…de garder une consonance cognitive.

 

Pfiouh. J’vous sens fatigués là. Un peu de patience.

 

3)Prétendre qu’il n’y a pas de trou.

sdcsjhxsqox

 

Ah bah on est dans la matrice de toute façon. On fait tout ce qu’on veut. Et puis la cuillère n’existe pas.

En gros , tu va chercher à justifier ton comportement mental en modifiant l’importance à tes yeux des éléments les uns par rapport aux autres. Tu vas trouver que les éléments qui amènent une dissonance ne sont pas importants, et tu va porter aux nues ceux qui amènent une consonance – qui te font te sentir bien-.

Et cette théorie, figurez vous que les grecs l’avaient bien illustrés par la fameuse histoire du renard et du raisin.

The_Fox_and_the_Grapes_-_Project_Gutenberg_etext_19994

C’est l’histoire d’un renard qui a très faim, et qui voit une belle grappe de raisin. Il veut la chopper, mais après plusieurs essais infructueux, il décide d’abandonner. Et pour se rassurer, il se dit:

« bah, finalement, les grains étaient tout petits, et puis chuis sure qu’ils étaient même pas murs et tout amers »

En gros, si tu te trouve face à quelqu’un qui va démonter tes croyances, tu va te rassurer en le descendant « bah, c’est qu’un scientifique, ils n’ont aucune intuition, on ne peux pas tout expliquer avec la logique« . Il est très difficile de douter, bien plus que de rester engoncé dans ses opinions comme un Bernard l’ermite dans sa coquille, il est beaucoup plus facile de rester au milieu de gens qui partagent nos opinions et de de lire des articles qui nous confortent que de risquer de ressentir cette désagréable dissonance cognitive en lisant, ou écoutant des choses qui pourraient nous faire plonger dans le doute.

Bon. Mais je suis en train de vous dire quoi là? Qu’en fait, vous n’êtes qu’une bande de baltringues illuminés de croire en des choses aussi floues que des « esprits » ou des « dieux » dont l’existence n’a encore été jamais démontrée par aucun protocole purement scientifique?

Non. J’aime juste voir sur quoi reposent nos croyances, et si l’on s’est posé les bonnes questions: par exemple: si vous êtes capables de regarder les vidéos du mec en jaune ou d’argumenter avec quelqu’un sans ressentir cette fameuse dissonance cognitive, c’est que vous avez déjà bien exploré la question, étudié les contres arguments et construits votre pratique sur une base assez solide pour ne pas être ébranlée par le premier coup de vent. Il ne s’agit pas de s’enfermer dans une opinion, mais bien de rechercher systématiquement le grain de sable dans l’engrenage qui pourrait mener à une perception illusoire et erronée du monde. Mais comment faire pour être sûre qu’on est pas victime d’un biais de confirmation?(clique clique donc sur cette autre vidéo si tu veux en savoir plus! )

C’est le problème de la synchronicité évoqué par Carl Jung: ou quand par exemple, tu penses à un dieu, et la BAM, tu vois dans ta vie de tous les jours un élément qui « confirme » de ton point de vue sa présence. Ou quand tu penses a Zeus et que tu te retrouves avec un camion qui croise le chemin JUSTE DEVANT TOI avec écrit en très très gros ZEUS dessus. Ou que tu vois une boite d’abricot du nom d’ODINa alors que tu demandes une confirmation d’Odin. Comment être sure qu’il ne s’agit pas de ton cerveau qui a sélectionné une information plutôt qu’une autre (la mémoire sélective) pour la relier à ton imagination ou que l’univers, plutôt sympa, a gentiment semé des indices dans la vie pour le petit poucet perdu que tu es? Comment être sure que les tirages qu’on effectue ne sont pas que des banalités que la personne en face interprète en fonction de sa propre histoire personnelle ? Comment être sur que de se donner une « ligne de vie », se faire prédire l’avenir ou croire au Karma ne sont pas que des shémas qui nous enferment un peu plus dans une vie plus tracée, et donc plus sûre, afin de nous éviter les affres du doute liées à la prise de décision?

 

Bon. Je trolle.

Trolls

NON…Je…Vous êtes moches de toute façon, allez bzzzzt, déguerpissez!

MAIS NON PAS VOUS! REVENEZ! JE VOUS AIME!

On va essayer de trouver des solutions pour éviter de se faire troller, ou de se faire gonfler l’égo parce qu’on a toujours envie que le monde soit beaucoup plus merveilleux qu’il le l’est , et que l’univers nous aime d’un amour infini.

Rester PRAGMATIQUE . Les shamans des sociétés primitives de s’amusaient pas à gigoter comme ça pour amuser la galerie. On n’allait pas voir un shaman pour savoir si on devait se teindre en blonde ou pas, ou si on était un atlante dans une vie antérieure. En fait, on s’en fout de tout ça. Ce qui comptait, c’était guérir les épidémies, trouver de la nourriture , un campement , comprendre pourquoi telle femme était stérile ou pourquoi bidule se tapait une poisse tellement monstre qu’il pouvait se mettre en danger. Comme disait La tronche en biais, on peut se demander pourquoi personne n’a jamais ramené des anales akhashiques des solutions concrètes pour aider a traiter le cancer, trouver des concepts qui nous permettent d’utiliser des énergies autres que fossile ou tout simplement vérifier nos dires en faisant une question test par exemple (du type « est ce que machin est ceci, ou cela », partir dans les annales akashiques sachant qu’une personne extérieure au pratiquant connait la réponse, et attendre de voir si la personne qui revient des annales nous propose la même réponse que celle qui la connaissait depuis le départ. Là, on pourrait avoir une confirmation de la légitimité de cette expérience (je ne dis pas qu’elles n’existent pas, je demande juste des applications concrètes autres que de me dire ce que j’étais dans une vie antérieure, pour être honnête j’en ai rien a faire, ce qui compte pour moi c’est maintenant, et ce que je vais faire dans le futur de ce Moi de maintenant)), et l’utiliser à bon escient.

Utiliser des techniques de confirmation à chaque fois qu’on a l’impression de faire l’expérience d’une synchronicité ou qu’on reçoit un message : par exemple si j’ai une intuition, je vais ensuite tirer un ou plusieurs oracles pour vérifier que cela concorde avec mon intuition, qui peut être biaisée par ma propre vision du monde et mon égo. Ou je vais demander plusieurs signes si un dieu ou un esprit me fait coucou, et si plusieurs signes concordent, en m’étant tout d’abord assurée que je ne me faisait pas un film en m’imaginant que la feuille là avait la forme d’une grue et que HO MON DIEU ça veut surement dire que je vais marcher sur une peau de banane!

Vérifier ses sources: Si tu trouves un texte qui parle de telle ou telle divinité ou telle ou telle technique de divination, faire une petite recherche sur l’auteur, ses motivations (s’il est scientologue, il va forcément te raconter des histoires destinées à prouver que Dieu existe et qu’il nous sauvera tous de l’apocalypse). Le relais des articles et leur écriture est souvent motivée par ce fameux Biais de confirmation dont nous parlions plus haut: on a juste envie de lire ou d’écrire des textes qui vont nous conforter dans nos opinions. Alors si on veut être objectif autant qu’on peut l’être, on remonte à la source (j’adore remonter à de très vieux textes quand je travaille sur le paganisme nordique) , et on essaye de trouver des sources fiables (par exemple, je note lorsque je trouve un auteur que j’estime fiable de mon point de vue, il y a moins de chance pour que je remette en cause d’autres travaux de lui par la suite, même s’il faut toujours garder l’esprit critique)

 

PRATIQUER, PRATIQUER, ET ENCORE PRATIQUER. On ne le répètera jamais assez, l’expérience est encore le meilleur moyen de s’assurer que telle ou telle chose marche: si tu as fait pousser un poireau a côté d’une patate, et qu’il a vachement mieux poussé que celui qui était à côté de la carotte, tu peux recommencer l’expérience à plus grande échelle. Et si tu te rends compte que tes récoltes de poireau sont vachement plus grandes que les précédentes lors de la récolte d’après, tu sais que tu peux compter sur cette méthode là (même s’il faudra toujours s’adapter, les conditions changent en permanence, s’il fait très sec une année, cette méthode ne sera peut être pas la plus adaptée) . Tu fais ton expérience, tu notes les effets concrets et tu vois ce qui peut être amélioré, ou ce qui est à mettre à la poubelle. Je persiste à le dire: ma pratique ne fait sens que si elle aide concrètement autrui et que j’en vois les effets psychologiques et/ou physique sur le monde dans lequel je vis. Même si ces effets ne peuvent pas toujours être mesurés dans l’instant, ou qu’ils ont des répercussions inattendues.

Autrement, tu ne fais que ça  que pour te faire mousser. Ce qui nous amène au cinquième point:

METTRE SON EGO DE COTE. Le plus important n’est pas d’avoir raison pour conforter notre égo malmené, c’est juste de proposer une solution qui amène à une harmonie avec le monde qui nous entoure. Et ça passe aussi par le fait d’aider autrui, lorsque c’est dans nos moyens. Et ça veut dire avoir une bonne conscience de nos capacités, et de nos limites. Avoir conscience que nous sommes aussi faillibles. Ce qui nous emmène jusqu’au dernier point:

Ca n’est pas la fin du monde si on se plante. Personne n’a science infuse, tout le monde fait des erreurs, et ça n’est pas grave. Au contraire, il vaut mieux être conscient qu’on ne sait pas tout, qu’il est donc possible qu’on soit dans l’erreur, et rester perméable au doute. J’avais une phobie de l’erreur quand j’étais plus jeune, au point que ça me paralysait totalement, j’en devenais incapable de faire la moindre action, parce que je pensais à toutes les conséquences potentielles qu’elle pouvait engendrer, je cherchais l’action parfaite qui m’amènerais à la synchronicité totale en m’évitant toute possibilité d’erreur.

Ce qui n’est évidemment pas possible. Les tricksters m’ont aidé à dédramatiser, à me dire que peut importe le fait d’être potentiellement en train de commettre ou de dire une connerie; il vaut mieux parfois agir que de rester bloquer éternellement dans les potentialités et dans l’esprit; et que l’action et la parole juste viennent avec la pratique.

 

Voilà! c’était bien long comme article mais la prochaine fois je vous parlerais de trucs marrants et bien concrets: le MOISI. (hmmm; ça donne envie gertrude!) Ou comment faire moisir des trucs chez vous pour faire des trucs chouettes, comme son propre levain, vos yaourts maison ou du Kombucha, une super-boisson-pleine-de-vitamines.

kombucha

Saluuuut c’est mouaaaaa le Kombuchaaaaaa je suis ce truc dégueu qui flotte comme une vieille crêpe! (mon appareil photo est tout pourri alors j’ai pris une photo sur le net)

Allez. Une dernière petite vidéo pour vous prouver que la science, ça peut faire rêver.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s