Le mariage du ciel et de l’enfer

The voice of the Devil.

All Bibles or sacred codes have been the causes of the following Errors.

1. That Man has two real existing principles Viz: a Body & a Soul.
2. That Energy, call’d Evil, is alone from the Body, & that Reason, call’d Good, is alone from the Soul.
3. That God will torment Man in Eternity for following his Energies.

But the following Contraries to these are True

1. Man has no Body distinct from his Soul for that call’d Body is a portion of Soul discern’d by the five Senses, the chief inlets of Soul in this age
2. Energy is the only life and is from the Body and Reason is the bound or outward circumference of Energy.
3 Energy is Eternal Delight

William Blake, The mariage of Heaven and Hell

La voix du diable.

Toutes les bibles ou code sacrés ont été la cause des erreurs suivantes.

  1. Que l’homme est formé de deux principes tangibles: un Corps et un Esprit.
  2. Que l’Energie, que l’on nomme Mal, vient du corps, et que la Raison, que l’on nome Bien, vient de l’Esprit.
  3. Que Dieu tourmentera l’homme dans l’Eternité pour avoir succombé à ces énergies.

Mais ces contraires sont vrais

  1. L’homme n’a pas de Corps séparé de son Esprit, car ce qu’on appelle Corps est une portion de l’Esprit que l’on perçoit grâce aux cinq Sens, qui sont les canaux qui permettent à l’Esprit de percevoir cet âge-ci.

2. L’énergie est la seule vie , elle vient du Corps, et la Raison est ce qui forme la circonférence, ou qui restreint l’énergie.

3. L’énergie est la Joie éternelle.

William_Blake_002

Toutes les images de cet article seront des oeuvres de Blake lui même: celle ci est le fantôme de Flea, apparut à Blake durant l’une de ses séances d’invocation d’esprits en compagnie de son ami John Varley

Après nous être remis de notre visite chez Voltaire l’hyperactif, on va rester dans le même siècle et partir à la rencontre de William Blake, son contemporain anglais.

489px-William_Blake_watercolor_portrait

Blake lui même

William Blake fut une sorte d’Ovni dans la poésie, et dans la vie en général. Celui qui voyait « l’éternité dans une heure et le monde dans un grain de sable » est resté relativement méconnu durant sa vie, vivotant de ses gravures et de ses écrits que ses amis lui achetaient surtout pour lui faire plaisir et pour l’aider; c’était le genre de doux dingue illuminé, qui voyait des archanges dans la rue, vit dieu à sa fenêtre à l’âge de quatre ans, parlait aux fées et aux diables, mais également aux morts (il clamait continuer à parler régulièrement à son frère après sa mort).

Il mourut le 12 août 1927 en chantant un cantique, sa femme, qui était présente, le décrivait comme présentant « la figure d’un ange ». Longtemps après sa mort, elle continuait régulièrement à recevoir des messages de lui, lui demandant toujours son avis avant de vendre telle ou telle de ses oeuvres.

Mais ne le prenez pas pour une nouille pour autant. Loin de coller texto à la bible comme une tique sur son chien, Blake s’est amusé à en réinterpréter tous les textes pour qu’ils collent à SA propre vision; et plus encore, il alla jusqu’à créer SA propre mythologie, depuis la création de l’univers à partir d’un homme asexué primordial jusqu’à la complexité qu’on lui connait aujourd’hui; il croyait en un dieu unique, avait foi en la figure de Jésus, mais ne partageait pas la vision manichéenne chrétienne , ni son obsession pour la chasteté, en fait, il était opposé à toute forme de restriction que celle-ci pouvait exercer à l’encontre de ses fidèles.

Il prônait l’amour libre, voire libertin (ce qui lui causa quelques problèmes durant son mariage, lorsqu’il voulut, selon certaines sources, ramener une autre femme chez lui, forcément ça n’a pas trop plut à sa femme d’alors), sans complexes, débarrassé de toute honte; il acceptait parfaitement la nudité, la plaçant comme une oeuvre divine , allant jusqu’à appliquer ses principes en se baladant en tenue d’Adam dans son jardin,au grand dam de ses voisins puritains.

William_Blake_003

Si je reviens sur son personnage aujourd’hui, c’est parce que c’est une personnalité qui m’a énormément influencé tout au long de ma pratique; il a été l’une de mes portes d’entrées dans l’ésotérisme, à une époque ou j’effleurais la communication avec les dieux et esprit (par la technique de la bibliomancie dont j’ai déjà parlé: tu ouvres un livre au pif en posant une question au préalable, et si tu es « branché » et que l’esprit ou le dieu aime communiquer de cette façon, tu arrives à des trucs plutôt intéressants)

J’utilise moins cette méthode aujourd’hui, et très rarement avec mon recueil de poésies de William Blake (ça ne résonne plus, il y a un temps pour tout comme qui dirait; il ne faut pas forcer si on voit que ça ne fonctionne pas) ; mais j’adore me replonger dans ses écrits de temps à autres , afin de découvrir de nouvelles subtilités à mesure que je progresse en anglais et que je comprends mieux les intrications et les connections de tous ses concepts. Et puis c’est un monde tellement vaste, bourré de symboles, d’images, de synapses de concepts qui s’entrelacent, se mordent, se nouent et se détachent qu’on y trouve toujours une résonance avec notre situation présente ou une question qu’on se pose sur le monde en général. (bon, la généralisation, Blake aimait pas trop, selon lui « généraliser c’est être un idiot, spécifier est la marque du mérite, les connaissances générales sont les connaissances des idiots« )

800px-THe_Four_Zoas

Les quatre Zoas, et les deux Limites: Adam (la contraction), et Satan (l’opacité)

Mais revenons à la mythologie Blakienne; il est temps que je vous en parle un peu plus en détail.

Sa mythologie est fondée sur le principe de séparation et de chute depuis une unité primordiale, tout comme Lucifer est devenu un ange déchu, le tout premier homme asexué , Albion (le nom mythique de la grande Bretagne) à chuté à la suite de sa propre prise de conscience.

Mais au lieu de fomenter une rébellion contre dieu , il se sépara en quatre Zoas, qui eut même déchurent chacun en une Emanation, leur contrepartie féminine: et c’est à cause de cette séparation de l’état d’unité primordiale que découlent toutes les emmerdes.

pintura-blake

Urizen

Les quatres Zoas, principaux protagonistes , sont tous liés à un élément, à une partie du corps, et à des principes divers. Leurs Emanations possèdent également leur caractères et particularités propres:

-Urizen, qui apparaît sous la forme d’ un vieil homme. Il symbolise la logique, la raison, l’organisation:  il créa la pesanteur, la longueur, la largeur, tout ce qui donne forme et poids à la matière; obsédé par l’organisation et les lois, il les nota dans le livre d’airain, et en consignant le Bien et le Mal, il créa les 7 péchés capitaux qui n’avaient avant aucune raison d’être dans un monde qui ne reconnaissait ni l’idée de Bien, ni l’idée de Mal. Il est assigné à l’Est, et à l’air. Son émanation est Ahania, et représente le plaisir nécessaire à l’apprentissage (j’sais pas si vous avez remarqué, mais on retient quand même vachement nos leçon quand elles sont interactives et ponctuées d’anecdotes un peu marrantes, bref quand ça nous implique, émotionnellement et intellectuellement)

hecate-william-blake-1795

Enitharmon

 

-Urthona, le forgeron, qui représente l’imagination et la créativité. Chacun de ses coups de marteaux est le coeur qui bat, et qui mesure le temps qui passe. Son émanation est Enitharmon, la mère, qui représente la lune, la création, mais aussi la restriction du désir sexuel et l’organisation au sein du foyer. Sa direction est le Nord,son élément la terre.

-Tharmas (mon préféré!)  qui symbolise la sensation. On se le représente sous la forme d’un berger, il est pacifique de nature, son élément est l’eau, sa direction l’Ouest. Il est particulièrement doué en communication (il est lié au langage, qu’il soit porteur de vérité ou de mensonge), et à la peinture et à l’Art en général. Son Emanation est Enion, qui représente l’envie sexuelle et les actes de création/destruction qui en résultent. Après leur séparation,  Tharmas se transforme en spectre de la Mort Eternelle (l’état de Mort Eternelle est celui où l’on ne peux plus percevoir aucune lumière divine) . Enion, possessive et désireuse de n’avoir Tharmas que pour elle seule, tue d’autres émanations , et ce faisant créé le cercle de la destinée (qu’on pourrait lier à nos idées du Karma et de la réincarnation, ou des différentes expériences de l’âme et du chemin qu’elle a à parcourir avant d’être réunie de nouveau avec le Tout) . Tharmas se détourne d’elle, s’enferme en lui même et dans sa haine, et Enion , ne sachant plus que faire, errant par le monde en espérant le retrouver, se réduit petit à petit  à une voie gémissante qui rend fous tous ceux qui ont le malheur de l’entendre.

the-sun-at-his-eastern-gate-1820

-Et enfin Luvah, qui représente le coeur, les sentiments et la révolution. Son élément est le feu, sa direction le Sud. Il est lié à l’amour, qui tourne ensuite en guerre et en révolution lorsqu’il est séparé de Vala, son émanation, qui représente la nature.

Chacun des Zoas, et des émanations possède un état divin, et un état de chute: l’état divin est l’état de plénitude, de connexion avec l’étincelle divine, d’équilibre; l’état de chute est ce qui découle de la confrontation et du doute; c’est lorsqu’on est morcelé et qu’on n’arrive plus à percevoir la moindre lumière (c’est l’une des deux limites, l’opacité–donc Satan–poussé à son extrême). « Si les porte de la perception étaient nettoyées , nous verrions le monde tel qu’il est, c’est à dire infini ».

Selon lui, même les sens sont entrés en état de chute, et tournés sens dessus-dessous: ils ne permettent pas de voir le monde tel qu’il est, mais le définissent à travers des fenêtres étroites; seul le toucher, lié au sexe, permet d’appréhender l’infini et de voir le monde tel qu’il est, grâce à la perception énergétique entre autres.

Tout le monde blakien est régit comme des poupées russes, chaque dimension étant la matrice, ou l’oeuf l’un autre, l’homme lui même peut tomber en quatre principes liés aux quatre points cardinaux: L’Humanité, l’Ombre (ce que l’on dénie en nous, et qui pourrait correspondre à l’Ombre de Carl Jung), le Spectre (ou la raison qui nous enferme et nous sépare, qui devient la course à l’égo et l’enfermement dans soi même, la parano), et l’Emanation (ou notre contrepartie masculine, ou féminine, disons qu’il s’agit du Daemon de la croisée des mondes).

Selon lui, et contrairement à la vision de Rousseau et de Voltaire, l’homme n’était pas naturellement bon, mais au contraire devait tendre vers la bonté ; il ne pourrait atteindre la plénitude qu’à travers le pardon, que ce soit envers lui et envers les autres. Pardonner détruit le cercle de la vengeance, et du jugement, et permet de discerner l’Etat (l’état d’esprit, ou les sentiments que l’on peut ressentir à tel ou tel instant) de l’Humain Eternel qu’on pourrait lier au Soi de Carl Jung; un genre d’empreinte que l’âme possède, et qui reste la même durant toute sa vie. C’est un peu comme si tu avais un centre stable qui ne dépendait pas du continuum espace-temps, et que tout autour s’articulaient tes émotions–donc l‘état dans lequel tu es à cet instant T– qui elles, évidemment, peuvent changer du tout au tout d’une heure sur l’autre. Or, selon Blake, ce sont ces Etats qui sont la cause des mésententes et des conflits qui règnent entre les hommes, qui sont à l’origine de la division, mais en même temps de l’attraction, volonté de retrouver l’unité perdue.

William_Blake-703575

Une oeuvre de Blake inspirées de l’enfer de Dante

[…]‘But vain the sword and vain the bow,
They never can work War’s overthrow;
The hermit’s prayer and the widow’s tear
Alone can free the world from fear.

xi
‘The hand of Vengeance sought the bed
To which the purple tyrant fled;
The iron hand crush’d the tyrant’s head,
And became a tyrant in his stead.

xii
‘Until the tyrant himself relent, 45
The tyrant who first the black bow bent,
Slaughter shall heap the bloody plain:
Resistance and War is the tyrant’s gain.

xiii
‘But the tear of love—and forgiveness sweet,
And submission to death beneath his feet— 50
The tear shall melt the sword of steel,
And every wound it has made shall heal. […]
William Blake, extrait de I sam a Monk in Charlemaine

Mais vaine l’épée et vain l’arc

Ils ne pourront jamais arrêter la guerre;

La prière de l’hermite et la larme de la veuve

Seuls pourront libérer le monde de la peur.

La main de la Vengeance saisit le lit

Où le tyran pourpre se réfugia

La main de fer écrasa la tête du tyran

Et par ce fait devint elle même le tyran.

Jusqu’à ce que le tyran lui même se retire,

Celui là même qui fut le premier à tendre l’arc noir,

Le meurtre fera s’entasser la peine sanglante:

La résistance et la guerre sont le gain du tyran.

Mais la larme d’amour– et le doux pardon,

Et la soumission à la mort sous ses pieds —

La larme doit faire fondre l’épée d’acier,

Et chacune des blessures qu’elle à causée doit guérir.

 

Attraction and Repulsion, Reason and Energy, Love and Hate, are necessary to Human existence.
From these contraries spring what the religious call Good & Evil. Good is the passive that obeys Reason. Evil is the active springing from Energy.
Good is Heaven. Evil is Hell.

L’attraction et la répulsion, la raison et l’énergie, l’amour et la haine sont nécesaires à l’existence humaine.

De ces contraires naissent ce que les religions appellent le Bien et le Mal. Bien est le passif qui obéit à la raison. Mal est la source active de l’Energie. Le Bien est le Paradis. Le Mal est l’enfer.

i121930

Et quelques proverbes de l’enfer, pour finir:

 

Au temps des graines apprends, à la récolte enseigne, en hiver profite.

Conduis ta charrue et ton sock au dessus des os des morts.

Les routes de l’excès mènent aux palaces de la sagesse.

La prudence est un vieil homme riche courtisé par l’Incapacité.

Celui qui désire, mais qui n’agis pas, exhale la pestilence.

Un fou ne voit pas le mêm arbre qu’un sage.

Celui dont le visage n’émet point de lumière, ne pourra jamais devenir étoile.

L’éternité est amoureuse des productions du temps.

L’acte le plus sublime est de faire passer l’autre avant soi.

Si le fou persistait dans sa folie, il deviendrait sage.

La honte est l’horloge de la fierté.

Les prisons sont construites avec les pierres de la Loi, les bordels avec les briques de la religion.

Trop de tristesse fait rire. Trop de joie fait pleurer.

Le rugissement des lions, les hurlements des loups, la furie de la mer déchaînée, l’épée destructive, sont des portions d’éternité trop grandes pour l’oeil de l’homme.

La joie imprègne. La tristesse apporte de la force.

Ce qui est aujourd’hui prouvé fut un temps imaginé.

Une pensée remplit l’immensité

 

Voila! C’est fini pour l’article, mais loin d’être fini sur Blake. Il y a encore des tonne de choses à dire, sur ses Quadruples visions par exemple qui me font vraiment penser à des expériences chamaniques, ou ses prophécies qui rappellent pas mal celles du Mahabarata ou du Ragnarök; et qui valent le coup d’oeil (bon, comme tout le restant de son travail, mais il faut du temps pour s’y mettre!)

Dans un prochain article peut être héhé

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s