Ombre et illusions

 

Le soleil est implacable

Le sol est sec

Ton sang est épais

Ta peau est usée

Tu regardes derrière

Ta maison a disparu

Dans quel pèlerinage t’es tu embarqué?

Avidité

Tu es tout ce que je veux mais pas ce dont j’ai besoin.

As tu faim de déni?

Ou es tu empli de peur?

Tu recherches la vérité, ou tu vis dans le mensonge?

Quand seras-tu satisfait?

Cupidité

Tu es tout ce que je veux mais pas ce dont j’ai besoin.

Parfois la vérité est difficile à trouver

Mais elle est toujours là, quelque part

Souvent déguisée.

Stealing sheep, Greed

Il y des phases comme ça où tu te fais un devoir de faire une grosse mise au point sur tes relations, sur tes croyances et sur ta manière de fonctionner. Faire un peu le ménage, regarder dans le placard (oui, celui ou tu balances habituellement tout ce que tu as eu la flemme de ranger ), secouer les tapis …

Je remarque une tendance sur beaucoup de blog, et dans la vie en général, à toujours vouloir absolument apparaître sous son meilleur jour, à être fun, gentil, envoyer des ondes positives, des photos de chats et poster des photos de quiche thon-patate avec des paillettes tout autour et une phrase en comic sans SM bateau dessous du genre  » ❤  live your dreams ❤  »

Mes chers lecteurs, si vous espérez trouver ici ce genre de chose et uniquement ça, il faudra vous attendre à être déçu. Vouloir que les gens se sentent bien et aient l’impression que tu mènes une vie idéale (la vie idéale que tu te projettes dans le net, d’ailleurs, y’a vachement d’égo la dedans, on gomme tout ce qui va pas, on rajoute des cupcakes et des arc en ciel et le tour est joué) , pourquoi pas, mais pour moi le problème vient du fait qu’il y a un déséquilibre entre ce qu’on pense vraiment, et ce qu’on montre aux gens. Nous sommes les hauts comme les bas, la tristesse comme la joie, la colère comme la compassion; et vouloir occulter une partie de tout ça , c’est comme ne montrer qu’une face de la pièce. C’est se mentir , et mentir aux autres.

Certains me répondront que garder un esprit positif et ouvert en permanence est extrêmement important , que des pensées positives et aimantes influencent sur tout ce que nous faisons et notre entourage; que pour être en phase avec ça, il faudrait simplement apprendre à contrôler nos pensées à la base pour n’avoir que des pensées positives, et que le reste suit. Et que montrer ses pensées négatives, c’est blesser tout ceux qui sont autour, et donc nous même par le même biais.

mfbrid

Personnellement, je pense que ce travail ne peut être effectué que si l’on a trouvé toutes les causes des « noeuds  » qui nous causent des souffrances; noeuds liés a notre expérience et nos rencontres. En attendant, je n’en suis pas encore là même si je travaille dessus. Et je continuerais à vous emmerder avec mes états d’âme et mes réflexions obscures.M’exprimer ici, c’est éviter de juger ou d’accabler quiconque de manière plus ou moins inconsciente parce qu’on se refuse de voir la vérité en face et qu’on ne veut pas assumer nos erreurs.   Parler de tous ces points qui fâchent, de notre état d’esprit est une manière de les assumer. C’est refuser le déni. Et une fois que tu as assumé toutes tes erreurs, que tu as assumé que tu puisses être une vraie saloperie et que tu as blessé des gens, que tu les as blessé, toutes ces choses n’ont plus lieu d’être, et coulent naturellement.

Alors que si tu essayes absolument de les cacher par tous les moyens que tu veux– un joli blog avec une vie parfaite, des mots creux et de belles images sachant que tu portes toujours une souffrance et du ressentiment–, il se produit un décalage entre ta vision idéalisée de toi même, ce que tu veux que les gens voient en toi, et ce que tu es a cet instant précis. Et dans ce fossé se glissent mal être, déni, honte de soi, et puis méfiance, paranoïa… Comme cette  Australienne ,star d’instagram, prise au piège de sa propre image, qui, lassée de se mentir en postant tous les jours des photos faussement naturelles sur lesquelles elle passait des heures à se mettre en condition pour se montrer sous son plus beau jour, décida de tout laisser tomber et d’expliquer les rouages du blog mode, avec tout ce que ça impliquait de sponsors et de manipulations en coulisses, et l’enfer qui en découlait.

445e1097

Image: la suuuuperbe BD Hellboy, de Mike Mignola.

Je ne dis pas que c’est le cas pour tous. Certains ont la vie qu’ils décrivent dans leurs blogs. Mais honnêtement, pourquoi avoir besoin de se justifier en la montrant à tous , alors que si tu es heureux, ça devrait te suffire à toi même? Pour encourager les autres sur ce chemin et montrer que c’est possible? Oui, mais ne pas passer sous cloche les difficultés. Etre réaliste, et honnête.

Pour moi, l’honnêteté est quelque chose d’extrêmement important. J’ai tendance à cacher beaucoup de choses, par peur d’être prise pour une folle, d’être jugée, de faire du mal à autrui…Il ne faut certes pas déballer tout son bagage au premier venu, mais il y a une certaine manière de montrer ça les autres. Et on peut très bien tout simplement ne pas parler de ce qui ne peut être compris par l’autre , mais mentir créé un genre de dissonance dans les relations. Et quand tu te rends compte que cette dissonance est trop grande , il est important de mettre les choses à plat, même si ça fait mal. Parler des choses qui fâchent ou de ce qu’on estime « pas en phase ».

Un ami, c’est quelqu’un qui va te dire ce qu’il pense quand il voit qu’il existe une dissonance dans ton comportement. Pas quelqu’un qui va te passer le baume en permanence et te dire que tout ce que tu fais c’est absolument formidable pour flatter ton égo en manque de reconnaissance. Si cette dissonance est justifiée, tu va te remettre en question et changer ton comportement pour être plus en accord. S’il s’est trompé et que sa réflexion n’a aucun effet sur toi, c’est qu’il s’agit d’une erreur de jugement. Et dans ces cas là ça n’est pas grave, on ne va pas lui en vouloir parce qu’il s’est gouré quand même! Si tu n’as aucun problème avec toi même, tu n’as aucune raison d’être touché par son raisonnement, et en discuter, ça le remet droit dans sa perception erronée qu’il pouvait avoir de toi.

Mais si tu décides de tout dénier, de rejeter la faute sur ton pote parce que ce qu’il a dit te fait te sentir inconfortable et remonte des vieux démons que tu avais envie de laisser sous le palier, tu te mens à toi même. Tu te confortes dans ta position confortable, parce que tu t’en fous, tes autres potes te passent du baume et ce sont eux qui ont forcément raison, c’est beaucoup plus agréable! Ca t’empêche de regarder ta propre ombre.
Mais tu crois quoi? Ton ombre, il faut que tu la regardes en face. Que tu l’acceptes comme étant une partie de toi même. Sans quoi elle ressurgira tôt ou tard, et influencera tes décisions et ta vision du monde; il vaut mieux en avoir conscience  , l’accepter et pouvoir comprendre son influence sur toi, et donc éviter les pièges qu’elle peut te tendre inconsciemment, que la laisser te prendre pour sa marionnette.

uigih

Oh toi ma pote, tu restes là!

C’est la problématique de la shadow de Carl Jung, et de l’inconscient que j’ai déjà abordé: tout ce que nous refoulons passe dans l’inconscient, et nous influence sans que nous nous en apercevons; alors que le travail, c’est justement de prendre conscience de tout ça. C’est partir explorer son âme, pour mieux communiquer avec les autres.

 

« Le point de départ est simple : la plupart des hommes ignorent leur ombre. […] Le plus souvent elle est projetée dans des troubles somatiques, des obsessions, des fantasmes plus ou moins délirants, ou dans l’entourage. Elle est « les gens », auxquels on prête la bêtise, la cruauté, la couardise qu’il serait tragique de se reconnaître. Elle est tout ce qui déclenche la jalousie, le dégoût, la tendresse1 »

 

« L’ombre est la personnification de tout ce que le sujet refuse de reconnaître et d’admettre en lui. Se mêlent en elle les tendances refoulées du fait de la conscience morale, des choix qu’il a faits pour sa vie ou d’accéder à des circonstances de son existence, et les forces vitales les plus précieuses qui n’ont pas pu ou pas eu l’occasion d’accéder à la conscience5 »

 

« L’ombre est quelque chose d’inférieur, de primitif, d’inadapté et de malencontreux, mais non d’absolument mauvais. » « Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection. La vie nécessite pour son épanouissement non pas de la perfection mais de la plénitude. Sans imperfection, il n’y a ni progression, ni ascension.2 »

Accabler autrui est une manière très simple d’éviter de se reprocher quoi que ce soit, c’est la solution facile. C’est dénier qu’on puisse être un monstre et en incomber la faute à autrui pour essayer de passer outre la culpabilité qu’on peut éprouver.

« De deux choses l’une, nous connaissons notre ombre ou ne la connaissons pas ; dans ce dernier cas, il arrive souvent que nous ayons un ennemi personnel sur lequel nous projetons notre ombre, dont nous le chargeons gratuitement, qui, à nos yeux, la porte comme si elle était sienne, et auquel en incombe l’entière responsabilité ; c’est notre bête noire, que nous vilipendons et à laquelle nous reprochons tous les défauts, toutes les noirceurs et tous les vices qui nous appartiennent en propre! Nous devrions endosser une bonne part des reproches dont nous accablons autrui! Au lieu de cela, nous agissons comme s’il nous était possible, ainsi, de nous libérer de notre ombre ; c’est l’éternelle histoire de la paille et de la poutre.11 »

fdsfzdsqx

On n’atteint pas l’illumination en imaginant des images de lumière, mais en prenant conscience de l’obscurité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s