Des ormes , du vent, des morts

Miestä mustoa rukoilen
Suuren tuulen nostajaksi

(Je prie un homme en noir

Qu’il fasse souffler et hurler le vent)

Suuren tuulen nostajaksi
Sään rajun rakentajaksi

(Fais souffler et hurler le vent

Fais grandir la tempête)

Kisko teiltä tervaskannot
Rannoilta rämäkät männyt

(Arrache les souches de l’asphalte

Arrache les pins de la rive du lac)
Tuopa taita tammen latvat
Rutaise rutiset raijat

(Brise le sommet des chênes géant

Réduis leurs racines robustes en échardes)

Nouse tuuli tuulemahan
Vihkurit vetelemään

(Lève toi, ô vent, souffle et mugis

que bourrasques et rafales emportent tout)

Allons donc! Elle nous a encore sorti un de ses titres abracadabrants dont elle a le secret , la mère Aalzen (en même temps avec un nom aussi perrave, on s’attend à tout)

Mais de quoi donc elle va nous parler aujourd’hui?

Je vais vous parler de tout un tas de trucs. Il y a des périodes au niveau spirituel ou c’est le vide intersidéral, d’autres ou tout te tombe dessus sans que tu ne comprennes rien à ce qui t’arrive. Quand les dieux ont décidé de mettre une grosse main pas du tout subtile dans ta vie, tu t’en aperçois assez rapidement.

800px-Åsgårdsreien

Saaaaluuuuuuuuuuut c’est nous tu nous attendais pas hein?

Tout commence il y a environ une semaine. Je procrastinais sur facebook et me pris au jeu d’une genre de grille ou sont cachés des mots divers. Les trois premiers sur lesquels l’on posait les yeux étaient sensés représenter notre année 2016. La liste était plutôt quelconque: « love » « power », « wealth », « frendship »… bref pas de quoi fouetter un chat noir. Sauf que je suis tombée sur « elm » au milieu de cette liste digne d’un roman de Marc Levy. Elm? C’est pas un nom d’arbre ça? Ah. « Orme. » Interessant. Mais passons, ça arrive . Un bug dans la matrice comme dirait Morpheus.

Quelques jours plus tard, je me réveille en synchro avec le vent qui hurle à faire tomber en morceaux la maison en pierre des trois petits cochons. Un ciel surréaliste, à mi-chemin entre une peinture de Turner et la tempête de sable du dernier Mad max. Les arbres qui ploient, les feuilles gémissantes et frémissantes, le vent qui s’infiltre par toutes les fissures, et une envie urgente de me bouger. Qu’à cela ne tienne, je fais quelques exercices de yoga pour faire passer la bougeotte, puis je me pose par terre et ferme les yeux.

Et là, un visage m’apparait. Des yeux sombres , cachés sous un genre de casque avec des spirales sur le coin des yeux .

379px-Death_of_Earl_Siward_Smetham

Un peu comme le mec qui porte un casque, mais avec plus de spirales, et des orbites plus sombres.

Hein?

Je choppe mes runes pour en savoir un peu plus. Un esprit du vent? Niet. Un esprit de la terre? Niet. Un esprit? Re-niet. Un dieu? Waip. Je choppe mon livre sur les ogham, et je décide de faire un petit coup de bibliomancie pour en savoir un peu plus. J’ouvre une page au pif, et je tombe sur l’ogham… De l’orme.

stock-vector-field-elm-ulmus-minor-vintage-illustration-from-meyers-konversations-lexikon-95802454

Purée. Si c’est une coïncidence les mecs elle est quand même vachement flagrante. Je me décide à chercher la significations de l’Orme, ainsi que les divinités associées.

Odin (oh bah tiens!) , Orphée et plus précisément les Oneiroi, les métaphores du rêve : Morpheus, qui se charge des représentations humaines, Icelos ou Phobetor qui sont les maîtres des représentations animales et Phantasos qui lui s’occupe des images minérales et végétales. Ils  apparaissent sous la forme de démons aux ailes noires qui sortent toutes les nuits de deux portes pour apporter les rêves: l’une de ces portes est d’ivoire, et s’ouvre sur les rêves qui n’ont aucun sens particulier; l’autre est de corne,et est le siège des  rêves prophétiques. Dans l’Odyssée, ces rêves voguent sur  les courants d’Oceanus, tout près de l’endroit ou séjournent les âmes des morts.

L’Orme est cité pour la première fois dans l’illiade. Quand Eetion, père d’Andromaque, est tué par Achille, les Nymphes de la montagne plantent un Orme sur sa tombe. Dans le même texte, la rivière Scamander, outrée de voir tant de corps dans son eau, déclenche une crue; mais Achille sauve sa peau en se raccrochant aux branches d’un Orme. Les nymphes en plantèrent également un sur la tombe du Thracien Chersonese , ces ormes devinrent les plus grands jamais connus, mais leurs branches se flétrirent lorsqu’elles atteignirent la vue des ruines de Troie, si grande était l’amertume de celui qui reposait sous leurs racines.

Θεσσαλὲ Πρωτεσίλαε, σὲ μὲν πολὺς ᾄσεται αἰών,Tρoίᾳ ὀφειλoμένoυ πτώματος ἀρξάμενoν•σᾶμα δὲ τοι πτελέῃσι συνηρεφὲς ἀμφικoμεῦσηNύμφαι, ἀπεχθoμένης Ἰλίoυ ἀντιπέρας.Δένδρα δὲ δυσμήνιτα, καὶ ἤν ποτε τεῖχoς ἴδωσιTρώϊον, αὐαλέην φυλλοχoεῦντι κόμην.ὅσσoς ἐν ἡρώεσσι τότ᾽ ἦν χόλoς, oὗ μέρoς ἀκμὴνἐχθρὸν ἐν ἀψύχoις σώζεται ἀκρέμoσιν

Thessalian Protesilaos, ton nom sera loué tout au long des âges,

Toi, le premier des morts de Troie;

Ta tombe des Ormes au fin feuillage les nymphes couvrirent,

Loin des eaux d’Ilion la haïe .

Ô arbres emplis de haine, les feuilles de votre cime

Fanent et tombent dès qu’elles perçoivent les murs de Troie.

Si grande était l’amertume du héros , que jusqu’à ce aujourd’hui

S’en rappellent , hostiles, les branches sans âme de la cime.

Dans la poésie pastorale (poésie bergère, comme celles qui rentrent les petits moutons), l’ombre de l’Orme offre un espace de paix et de tranquillité. Theocritus place l’eau sacrée des nymphes sous les Ormes.

Dans la littérature latine(l’Aneide)  figure un Orme assez particulier: l’Orme des rêves (d’où son association avec Morphée et les Oneiroi) . Lorsque la sybille de Cubae emmène Aeneas dans le monde des morts, il y aperçoit ce fameux arbre:

In medio ramos annosaque bracchia pandit

ulmus opaca,ingens, quam sedem somnia vulgo

uana tenere ferunt, foliisque sub omnibus haerent

S’étalant au milieu de ses branches et bras âgés

Un Orme, immense, Ombrageux, où des songes vains, dit-on

Ont l’habitude de s’enraciner sous chacune de ses feuilles frémissantes.

Dans les mythologies germaniques, la première femme, Embla, fut façonnée dans un tronc d’Orme.

Ask_and_Embla_by_Robert_Engels

« Hœnir, Lóðurr and Odin crééent Askr et Embla » (1895) par Lorenz Frølich.

On retrouve aussi l’Orme chez Shakespeare, dans A Midsummer Night’s Dream, ou la reine des fées Titania utilise la métaphore de l’Orme pour parler de son bien aimé.

Ca nous en fait du mathos tout ça! Bon, ce qu’on peut en dire, c’est qu’il circule pas mal d’informations contradictoires sur internet à propos de l’Orme. Chez certains il est synonyme de fureur, de qualités guerrières, de rigidité , chez d’autres il est renvoie plutôt à l’arbitrage, à l’équilibre du coeur et à la protection.

Bon. Tout ça c’est bien joli de nous faire un joli résumé de tout ce qu’on peut baragouiner sur l’Orme, mais concrètement ça donne quoi?

J’ai donc été trouver la bête pour voir ce qu’en pensaient mes sens. Je me suis baladée au hasard dans le parc du chateau ou séjournent des arbres magnifiques, bravant le vent et la pluie armée de mon ciré jaune et de mes mèches de cheveux qui battaient la mesure avec  les bourrasques. Et je l’ai trouvé. L’un des rares arbres doté de quelques feuilles qui se raccrochaient toujours aux branches fines; et j’ai posé la main sur son tronc, en me laissant guider.

J’en suis ressortie avec une impression étrange de vulnérabilité. Comme s’il s’agissait d’un arbre extrêmement sensible à son environnement, du genre a pomper et à garder tout ce qui se trouve autour, un arbre très émotionnel. Pas quelque chose de violent, plutôt comme quelqu’un de très perceptif qui doit déployer une grande énergie pour garder son identité et ses valeurs, pour ne pas être balayé d’un côté à l’autre de la vie par les bourrasques sentimentales de son environnement, mais qui se retrouve malgré tout imprimé de tout ça. Un arbre très souterrain aussi, qui tourne facilement la tête , pas spécialement chaleureux comme peut l’être le chêne mais très, très réceptif. Bien sur, il faut garder a l’esprit que cette impression est représentative de l’arbre en lui même, et pas forcément des Ormes en général, et que la sensation est différente en hiver, ou la sève descend et ou l’activité baisse, et aussi  de ma propre interprétation. Mais j’ai beaucoup aimé cette première rencontre.

Et vu que l’article est un peu long, je n’aurais malheureusement pas le temps de vous faire un petit topo sur ce fameux visage très très mystérieux (on y croit, le suspense tout ça). Mais je vous donne un indice en attendant la prochaine fois!

 

9a82c162cb8b0b944b30ceb40d6e48f3

Et voilà. Vous êtes vachement plus avancés hein?

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s