Dans l’ombre d’Athéna

pallas-athena

Athéna, par Rembrant

Il y a plus de liberté dans le fait de se savoir agir que dans le sentiment d’être à l’origine de ses actes, plus de force dans l’acceptation de ses faiblesses que dans leur déni, plus de sagesse en un mot dans la reconnaissance de ses vices que dans la guerre civile que l’esprit déclare au corps qui l’abrite.

Tiré de l’émission sur France Culture la Géométrie du coeur.

Athéna est une déesse beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît,et plutôt difficile d’accès. On a l’habitude, au premier abord, de se la figurer comme étant « la vierge noble et pure, qui combat pour la justice, armée de sa lance et de son Aegis »

Rien de très palpitant pour le paîen d’aujourd’hui, qui a tendance a aimer patauger dans le côté obscur , parce que oui, y’a un côté un peu classe quand un paien vous dit « non mais moi je taffe avec une déesse obscure tu voiiis, Hécate et Morrigan, je suis un peu dark tu comprends, j’assume ma part obscure dans ce monde asseptisé ». Quand on lui parle d’une vieille fille restée vierge toute sa vie pour combattre pour des vertus aussi abstraites que la « justice » aujourd’hui, ça le fait doucement rigoler. Et puis on a tendance a préférer les dieux imparfaits, les dieux qui sont un poil chafouins comme dirait l’autre, les dieux qui nous renvoient à nos propres défauts et qui nous permettent de nous sentir plus à l’aise dans nos baskets (moi même, j’adorais Loki à l’époque, je trouvais que c’était « le plus intéressant »)

Certes, je ne nie pas le fait que tout est question d’équilibre, et que dans le brouillamini du paraître en société et de la pression qu’on se met tout seul sur les épaules pour être parfait aux yeux des autres, que ça fait toujours du bien de relâcher la soupape et d’explorer un peu notre retour à l’animalité, de tester notre morale qui est souvent biaisée par notre éducation judéo-chrétienne. Ca fait du bien de comprendre ce qu’est vraiment l’ombre, ce qu’est vraiment la mort, le fonctionnement des oppositions et la remise en questions de nos notions de bien et de mal.

Comme dirait Blake toujours

Without contraries there is no progression. Attraction and Repulsion , Reason and Energy, Love and Hate, are necessary to Human existence.

From these contraries spring what religion call Good & Evil. Good is the passive that obeys Reason. Evil is the active springing from Energy.

Sans contraires il n’y a pas de progression. Attraction et répulsion, raison et Energie, Amour et Haine sont indispensables à l’existence Humaine.

A partir de ces contraires naît ce que la religion appelle « Bien & Mal ». Le Bien est le passif, qui obéit à la Raison. Le Mal est la source active de l’Energie.

Le déséquilibre dans le sens de cette notion de « bien » est flagrant dans la société d’aujourd’hui, c’est, je le pense, l’une des raisons principales pour lesquelles on essaye de rétablir l’équilibre en passant du côté Obscur.

anakin

T’as un problème avec le fait que j’assume ma noirceur intrinsèque?

Nonnon t’inquiète Anakin, tout va bien, regarder les gens par dessous sur un fond de flammes rouges ça te va très bien.

Le problème, c’est juste la manière dont nous percevons les gens si nous ne sommes pas équilibrés. Se complaire dans l’obscurité, c’est tout aussi mauvais que de se voiler la face en s’imaginant que l’obscurité n’existe pas; il y a aussi le risque de se perdre dans les méandres du Noir et de biaiser nos repères. On ne sait plus ce qui est « bien » ou « mal« . Comment aligner sa ligne de conduite dans ce cas? Que penser des meurtres , viols, cupidité, violence? N’est-ce pas aussi une part du « sombre » à explorer?

Nos notions de bien et mal doivent pour moi découler de notre perception personnelle de la justice, notre morale doit découler de notre empathie et d’une vision plus large que notre propre égo. Je m’explique: si notre notion de « bien » découle d’une approche judéo-chrétienne (tu fais le « bien« : donner l’aumône au pauvre et faire semblant d’aimer ton prochain, » ne vole pas tu ira au paradis, sinon tu ira en enfer te faire rôtir les cuissots par Lucifer pour l’éternité ») , c’est la carotte et le bâton de l’âne, c’est juste d’un égoisme incroyable. Tu fais le « bien » juste pour ton confort personnel, confort relatif à l’existence d’une vie après la mort.

Alors que si tu réfléchis à tes propres notions de bien et de mal, en fonction de ce que tu ressens par exemple => tu fais plaisir à quelqu’un parce que ça te fait plaisir, ou tu te plies en quatres pour l’autre parce que sa souffrance te fait mal, et que tu as envie qu’il aille mieux parce que ça te fera te sentir mieux, ou que la pollution de la planète te déprime, et que tu décide de faire une action à ton niveau pour réduire un peu tout ça, tu te sens mieux. C’est toujours égoiste comme démarche, mais au final, c’est en accord avec le « tout« . Et oui, pour moi, l’empathie est ce qui nous relie au « tout« , c’est cette merveilleuse capacité qui nous permet de nous faire vibrer au diapason avec l’ensemble, et du coup d’oeuvrer pour le Dharma, l’Univers, le Tout, ce que vous voulez. Un genre d’égoisme déguisé.

Bust_Athena_Velletri_Glyptothek_Munich_213

Non mais je rêve ou je suis complètement passée à la trappe avec votre blabla?

Revenons donc à notre chère Athéna. Je ne vais pas vous réécrire l’article de Wikipédia à son sujet, pour faire très simple, elle est née du crâne de son père Zeus , qui avait avalé sa mère Métis après qu’un oracle lui ai annoncé qu’un fils de Métis lui ravirait son trône. Pas folle la guêpe, elle sort déja toute armée, casque, lance (décidémment, j’ai un truc avec les dieux qui aiment les lances),  Aegis (ou égide) et Armure. Elle est considérée comme étant la déesse de la guerre, mais la guerre « sage » (si on peut dire qu’une guerre puisse être sage, en tout cas opposée à la fureur guerrière représentée par Arès), de la stratégie, des arts, de l’olivier qu’elle a donné aux Athéniens, du tissage, de l’artisanat, des techniques agricoles et maritimes. Tout comme Hermès, elle adore protéger et conseiller les héros, comme Diomède, Ulysse et son fils Télémaque, Héraclès, Persée, Cadmos, Bellérophon…

On ne lui connait pas d’aventures amoureuses hormis celle d’Héphaistos qui essaye de la violer, mais sa semence atteint le sol et féconde Gaia, donnant naissance à Erichthonius , qu’Athéna élève comme son fils (mais vu qu’il avait la forme d’un serpent, elle le met dans un boite en empêchant a quiconque de regarder son contenu, sous peine de devenir fou).

Elle avait un companion d’enfance, Pallas, qui selon certains mythes était soit une amie , un père, un frère, un amour, ou  un rival. Dans tous les cas, elle tue accidentellement celui-ci lors d’un combat, et, pour honorer sa mémoire ou pour essayer de purger son sentiment de culpabilité, décide de prendre son nom pour elle. Certains récits la donnent pour fille de Triton, ou de Poséidon.

Là ou ça commence à être intéressant, c’est lorsqu’on aborde les origines de la déesse Athéna, et tout ce qui tourne autour du mythe de Médusa.

640px-Medusa_by_Carvaggio

Dans l’un des mythes, Médusa était à l’origine une magnifique jeune femme, une prêtresse d’Athéna. Poséidon aimait (un peu trop) Médusa, décida de la violer (oué, tant qu’à faire) dans l’enceinte du temple, brisant son voeux de chasteté en tant que prétresse d’Athéna. En guise de punition, Athéna transforma Médusa en créature aux cheveux de serpents, dont le pouvoir était de changer les gens en pierre d’un regard, tout comme ses soeurs les Gorgones.

Selon une autre version, Médusa se vanta de sa beauté auprès d’Athéna, et la déesse, exaspérée, changea son corps, son regard et ses cheveux.

Un autre mythe parle de Tiserias, qui serait devenu aveugle après que la déesse l’aie choppé en train de la reluquer toute nue dans son bain; sa mère pria Athéna de défaire le sort, mais elle ne le pouvait pas,et prise de pitié, elle décida de lui donner le don de comprendre le chant des oiseaux et  d’en tirer des prophéties.

Moi, ce qui me perturbe franchement dans l’histoire de Médusa, c’est la réaction d’Athéna. Une fille se fait violer dans ton temple et toi tu punis LA FILLE au lieu de punir l’agresseur? Pour une déesse de la justice, on fait mieux !

En creusant un peu plus loin, on apprend qu’Athéna est d’origine Libyienne, certains la lient aussi à l’ancienne déesse égyptienne Neith, elle aussi déesse de la guerre et des arts. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’Athéna et Neith sont la même déesse, je pense qu’il faut faire un peu attention aux associations et aux éthymologies, les transformations des dieux et déesses au fil des âges sont un sacré paquet de noeud, et il est parfois trop facile de faire des rapprochements hasardeux dans ce labyrinth de sources; toujours est il que selon Barbara G Walker, une mythologue, Athéna était à l’origine Anatha, une déesse guerrière qui portait une tunique de chèvre de chasteté, réinterprété plus tard en Aegis, avec un masque de Gorgone teint avec du sang et un pochette contenant un serpent sacré.  Les Gorgones étaient une tribu d’amazones de la région, pour qui Médusa était une déesse protectrice , une déesse sage, l’un des aspects destructeur/régénérateur des déesses primitives.

Les cheveux-serpents pouvaient représenter les mystères de la féminité,le sexe, le sang menstruel et la lune; ainsi, cet aspect de Médusa et sa relation avec Athéna ont été repris par beaucoup de féministes qui y voyaient une déesse sombre, la fameuse « maiden » telle qu’elle a été décrite par Robert Grave (faillit écrire « détruite« , s’te lapsus) dans son fameux livre « The White Goddess« . Pour moi, là encore, c’est une conclusion un peu hative que de lier Athéna à la triple déesse, c’est encore une de ces énièmes appellations fourre-tout, Athéna c’est Athéna, pas la peine de la lier à une quelconque trinité, on nous rabâche déja bien assez les oreilles avec le-père-le-fils-le-saint-esprit.

L’une des théories concernant les mythes de l’Athéna telle qu’elle était vénérée du temps des Grecs, était que la division Athéna/Médusa est intervenue pour coller avec la vision de la femme dans la grèce antique, et pour se caller sur le modèle patriarcal: en réalité, elles n’étaient à l’origine qu’une, les grecs ayant fait une réinterprétation d’Anatha/médusa afin de faire passer le modèle de la fille chaste et pure comme étant celui à suivre, et la « destruction de la sexualité  » comme étant celui d’Athéna qui se tue elle même, en tuant Médusa par le biais de Persée. Les Athéniens n’étant pas connus pour ceux qui faisaient preuve d’une égalité des sexes flagrante (bonjour l’absence de droit de vote des femmes), on peut comprendre que ceux-ci aient essayé d’atténuer l’aspect souverain et la puissance de l’Athéna Libyienne en la soumettant au système patriarcal, représenté par Zeus.

Certains interprètent la « bestialité » de Médusa comme l’un des visages d’Athéna, enragée après s’être faite violer par Poséidon. On peut rapprocher les deux damoiselles grâce à leur connection avec les serpents, leur « regard brûlant », leur lien avec les oiseaux de proie, leur aspect guérisseur/destructeur (Athéna donna le sang de méduse au dieu de la médecine, en effet celui ci pouvait donner la mort s’il était tiré dans la veine gauche, et la vie s’il était tiré de la veine droite), leur lien avec la mer.

La ou je trouve que l’analyse peut être intéressante, sans vouloir tomber dans les trucs capillotractés, c’est l’aspect sombre/lumière d’Athéna/médusa. Elle porte l’Aegis dont fait partie la tête de sa version sombre d’elle même en cuirasse, non pas pour tuer cette partie d’elle même, mais en guise de protection. L’aegis d’Athéna est décrit comme faisant le « bruit d’une myriade de Dragons hurlants« :

Et parmi eux vint Athéna aux yeux brûlants, portant le précieux Aegis qui est sans âge et immortel, une centaine d’écailles d’or pur accrochés et scintillants, tissés serrés tout autour, chacun d’entre eux valant la force d’une centaine de buffles.

L’aegis représente aujourd’hui une sorte de force bénéfique, sous laquelle quelqu’un peut être protégé , ou guidé. Selon Robert Grave, l’Aegis était, chez ces fameuses Amazones Libyennes, une sorte de pochette contenant divers objets sacrés liés à des rituels chamaniques. Il y avait dedans un visage monstrueux aux cheveux de serpents et aux longues dents pointues, sensé repousser les non-initiés et protéger l’utilisateur.

b0b72db008ba8d9bc395cfd24bdef909

Bouclier Aegis, orné de la tête de Méduse

Athéna est celle qui use sa rage, sa partie sombre pour la protection et l’attaque et qui la canalyse par l’exercice de la raison et de la conscience de ce qu’elle est; c’est l’adulte qui prend conscience de son Ombre et qui l’utilise a bon escient, c’est aussi certaines choses à sacrifier pour grandir, certaines choses a tuer pour atteindre le but qu’on s’est fixé, c’est la force qui sert de moteur à l’intelligence, le coeur et l’empathie armés d’un bouclier. L’ombre d’Athéna,Médusa, reléguée au rang de monstre terrifiant par la société patriarchale Athénienne, a été de manière sous-jacente intégrée aux pouvoirs d’Athéna. Médusa, Athéna, les deux faces d’une même pièce qu’est la féminité.

athena

Voila, c’est tout pour aujourd’hui! (Athéna Pallas, par Gustav Klimt)

Pour plus de renseignements, vous pouvez allez voir les sites suivants:

Were Athena and Medusa the same individual?

Gossips, Gorgons and Crones

African Athena

Cellini’s Perseus and Medusa and the Loggia dei

Publicités

3 réflexions sur “Dans l’ombre d’Athéna

  1. À vrai dire, j’avais toujours été un peu « rebutée » par Athéna à cause de l’histoire avec Méduse justement (même réaction que toi, « non mais où est la justice dans tout ça ? C’est Poséidon pour le coup qui aurait mérité le pilori »). Donc ton article permet de voir les choses d’une autre façon, très éloignée de cette vision superficielle et un peu manichéenne finalement.
    Donc merci beaucoup, c’est vraiment très éclairant !

    J'aime

    • De rien! J’essaye de garder une vision cohérente de la chose, mais c’est toujours facile de partir en sucette avec les dieux…Du coup je suis plutôt contente que ça t’ai parlé, je vais essayer de creuser un peu ça ( je suis encore toute novice avec Athéna, je vais voir où ça va me mener et si effectivement, en pratique, il est possible de travailler avec médusa…que je n’ai pas ressenti du tout pour être honnête)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s