La ciguë, l’empoisonneuse.

J’étais en train d’écrire l’article sur la Ciguë. J’avais presque terminé. J’en étais  à « je n’aime pas la ciguë , je ne pourrais que vous conseiller de la fuir le plus loin poss… »CLAC! Fausse manip. Je perds tout mon article sur la Ciguë. Impossible de le récupérer. Bin quoi Ciguë, tu me fais la tronche parce que j’ai dis que je t’aime pas?

Rune Wunjo à l’envers. Ah…T’as vraiment pas apprécié. Pardon. Je serais plus sympa next time. Je peux pas aller jusqu’à être vendeuse parce que je n’ai pas envie de servir de complice à des empoisonnements à la Game of Thrones , mais j’essayerai d’être honnête.

Conium_maculatum_Sturm12038

Voici la belle, on la trouve dans les terrains humides, en bordures des haies justement. C’est une bisanuelle, la première année elle ne fait que des feuilles, la deuxième elle fait ses fleurs. On peut la confondre avec le Cerfeuil Musqué et la carotte sauvage, vous pouvez la reconnaître grâce à:

-son odeur: elle sent le vieux médicament pour grand mère et le pipi de rat. Un truc sympa dont tu adorerais te servir pour désodoriser ton placard quoi.

-les traces de rouge sur le bas de la tige, comme sur la photo ci dessous: (surement le sang de toutes ses victimes, pas très propre la sériale killer)

conium-maculatum-st-sdewey

La Ciguë est une des plantes d’Hécate, dans l’acte III de Mc beth, Shakespeare fait la description d’un potion sympatoche à base de Ciguë:

« … oreille d’un singe noir et de la ciguë arrachée un soir. Remplissez la chaudière et bouillez l’ensemble afin qu’opère ce mélange infernal, ce charme sans égal. »

En vieil anglo-saxon, la ciguë est appelée Wodwhistle , soit le sifflet de l’inspiration, où le sifflet d’Odin/Wotan; de par son rapport à la mort, j’imagine qu’on peut la lier également à Hel.

Socrate fait partie des victimes les plus célèbres de la Ciguë, qui provoque selon Platon des « éblouissements suivis de vertiges, convulsions, maux de tête, sensation brutale de froid, difficultés respiratoires et troubles de la vue, le tout conduisant à une paralysie progressive et inéluctable, qui aboutit au décès. » Les responsables? Les Alcaloïdes comme la coniine, qui paralyse le système nerveux.

Au moyen âge, on l’utilisait comme antidouleur grâce à ses propriétés sédatives, contre les crises de spasmophilie ou lors des dances de St Vitus, pour traiter l’asthme, et même…les hémorroïdes! (je vous le conseillerais pas, à mon avis vaut mieux ne pas pouvoir s’asseoir mais rester en vie ) . Il est dit que la Ciguë entrait aussi dans la composition des « potions de vol » que les sorcières prenaient afin d’entrer en transe, et qui comprenaient aussi souvent des plantes de la famille de la Datura ou de la Belladone.

Pourquoi je vous parle de Dame Ciguë? Et bien parce que l’autre jour, j’ai décidé en guise d’atelier pratique de cueillir des plantes au hasard et d’essayer de mettre un nom sur leurs frimousses:

DSC_4628

Oui je sais les cailloux ça ne sont pas des plantes.

Résultat des courses? Trois sur huit. La plupart ne sont pas répertoriées dans les bouquins que j’ai, le reste n’est pas facilement identifiable à cause de l’absence de fleurs ou des feuilles encore trop petites (oui je me donne des excuses)

J’ai donc reconnu le Lierre terrestre, un genre d’anémone et…la ciguë. Déja, j’avais un pressentiment bizarre. Un genre d’électrochoc en la cueillant, comme ton instinct de survie qui se réveille. Je froisse les feuilles, je sens. Mais c’est quoi ça? Une onde de chaleur qui se déclenche et des fourmillements dans les mains, comme à chaque fois que mon corps/esprit détecte quelque chose qui pourrait être considéré comme une « menace ». Je fais des recherches. L’odeur, la forme des feuilles..Pas de doute. Et dire que j’avais cueilli des plantes pour mettre dans ma salade dix minutes plus tôt.

DSC_4629

Bébé Ciguë pousse tranquille comme si de rien était derrière mes framboisiers. Je l’ai retiré de la, pour éviter des empoisonnements potentiels.

« Et si tu avais mis de la ciguë dans ta salade? T’aurais eu l’air fin! Tu crois quoi, que c’est la chocolaterie de Willie Wonka la nature? La nature est wild, regarde moi ce petit bout de vert! Ca peut te faire manger les pissenlits par la racine! »

Grosse réalisation. C’est pas que je suis pas consciente des risques. Quand je conduis, je peux me prendre un poteau ou déraper. Je peux me faire écraser en me baladant. Mourir d’une infection ou d’un virus quelconque. Me faire agresser. Mais je les ai ingérés tous ces dangers. Ou repoussé dans un coin de ma conscience ou ils me laissent tranquille. C’est autre chose que de se retrouver nez à nez avec l’incroyable potentiel de vie et de mort latent présent dans la nature.

Ah…oué. Merci pour cette leçon, Ciguë.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s