Apocalypse, girl

What is this to take care of yourself?

What do we taking care of?

[…]

Are we mothering ourselves?

Statistics and newspapers tell me I am unhappy and dying,

that I need man and child to fulfil me

But I’m more likely to get breast cancer and it’s biology,

that it’s my own fault, it’s divine punishment […]

We’re at the edge of history. […]

But we told no idiot that we clung on to heaven

Heaven, Heaven…

(j’ai essayé vaguement de retranscrir les paroles vu qu’elles ne sont dispo nulle part, mais c’est chaud )

xjennyhvaltofjorten.jpg.pagespeed.ic.Ji9-bKC-CX

J’ai toujours adoré Jenny Hval, cette chanteuse à la voix si particulière et au physique beau et dérangeant. Il y a certaines personnes comme ça, qui polarisent: tu les aimes, ou tu les aime pas. Il y a quelque chose d’attirant/dérangeant chez elles, comme si elles mettaient le doigt sur des trucs auquels on aime pas toucher d’habitude, des trucs qu’on préfèrerait laisser gentiment enfouis sous le tas de feuilles mortes de notre « moi société ».

Certes, cette Persona (un terme de Carl Jung utilisé pour désigner ce masque , nécessaire à l’échange et à la communication, par lequel on communique avec le monde qui nous entoure) nous est essentielle, sans notre « Moi société » nous ne pourrions être suffisemment malléables pour s’adapter à la vision d’autrui et pour faire passer nos rêves, espoirs et créations vers quelqu’un d’autre; mais le danger vient quand soit cette persona se calque sur l’image que la société nous renvoie, soit quand cette persona devient ce que nous sommes vraiment.

J’ai vu ça surtout au japon, et c’est juste flippant. J’avais l’impression d’avoir des gens vides en face de moi. Des gens qui ont tellement réprimés leur individualité qu’ils en deviennent des coquilles remplies des images que la société a implanté en eux, » sois maigre, sois belle, aie des grands yeux, achète le dernier Iphone et rigole quand on te le demande ».  Des gens qui ne savent plus réfléchir par eux même, des gens qui ont perdu cette connection avec leurs Profondeurs. Ce que certains appelleront le Bon Sens, ou l’instinct. Ce qui te dit « ne mets pas ta main dans le feu, ah oui la tu peux traverser, y’a pas de voiture, non la ça a l’air trop profond, ne mange pas ça, ah la en ce moment ce bout de chocolat te fera du bien, ton corps a besoin de toi ». En se connectant avec soi même, avec le monde qui nous entoure, et en expérimentant grâce à nos 5 sens, on comprend comment les choses fonctionnent, et comment on peut être efficace de telle manière ou pas. Par exemple, tu cherches une position de méditation. Tu en essayes une, puis deux, tu te rends compte qu’en déplaçant un peu plus ton genoux comme ça, en tournant légèrement la tête vers la droite ou la gauche, ça passe mieux. Tu affines ta technique. Tu apprends sur le tas.

Un japonais ne traverse jamais au feu rouge, parce qu’on a dit que le feu était rouge, et qu’il s’agit donc de règles à respecter. Même s’il n’y a pas une seule voiture à l’horizon. Il va rester planté sur son bout de trotoir en attendant que le feu passe au vert. Et toi, en bon français (enfin surtout en bonne parisienne éduquée comme une sauvage sur asphalte, la condition sine qua non de survie en jungle urbaine) , tu traverses quand même , rien à fouttre. Et tu es sure que tous les regards seront dirigés vers toi , foutue « gaijin » (étrangère) qui ne respecte rien. Un pote a vécut la bas. Il m’a dit un jour « Au début, j’ai essayé de respecter les règles japonaises, j’étais terrorisé à l’idée de faire un truc de travers qui puisse les choquer. Je voulais à tout pris m’intéger. Et même si je suis à moitié jaune, je me suis rendue compte que je ne serais jamais un japonais. Les japonais trouveront toujours une excuse pour me reprocher mon statut de Gaijin , n’importe laquelle. Délit de Faciès. Et si tu parles japonais courramment, alors là c’est encore pire, ils se sentent carrément insultés . Un Gaijin, ça ne peut pas bien parler japonais. Ou c’est que ça empiète sur leur territoire, leur intégrité se retrouve menacée. Du coup moi maintenant, je me dis « je suis Gaijin, et bien je me comporterais en Gaijin, et merde. Quitte à choquer autant le faire comme il le faut »

A mon avis, il est très important de séparer la Persona des gens (leur apparence en société , ce qu’ils vous disent) de leur personnalité profonde. Le mieux , bien sur, c’est quand la Persona est la même que la personnalité profonde, ou du moins qu’elle fait eccos avec celle ci, tout en étant tout de même un peu plus malléable. D’après Jung, la première étape de la psychanalyse était la destruction de la persona: la destruction du masque qu’on présente au monde . Accepter d’être nu un instant avant de se reconstruire une armure plus souple, qui ne soit pas qu’un simple camouflage mais aussi une réflection de notre intérieur . Notre Persona est notre parure, notre ornement. La manière dont nous parlons, nous habillons, sourions, nos sujets de conversation, tout cela se doit d’être un lien entre nous et le monde. Si notre persona est trop éloignée de notre intérieur, nous devenons rongés par des conflits internes, entre notre intérieur qui , enfermé, rage contre l’extérieur, pour passer à travers cette coquille, et un masque sculpté en fonction de ce que l’extérieur veut de nous: ce qui apparait dans les médias, ce que les autres nous renvoient… Dans des cas externes (comme mes amis les japonais) la persona a carrément pris la la place de l’intérieur. Leur intérieur est mort. Peut il ressuciter, je n’en sais rien. Un de mes auteurs préférés, Ryu Murakami (c’est pas Haruki Murakami qui a écrit Kafka sur le rivage, s’en est un autre!) donnait un très bonne description de ces gens déconnectés :

Les gens se voient et se comprennent en se regardant sur l’écran de ceux qui fonctionnent comme des télés, mais ceux qui vivent avec vous se voient sur un écran toujours noir; ceux qui vivent avec vous vivent avec cette poupée qui est toute entière comme un miroir, cette poupée parle et bouge bien sur, mais ne recherche jamais la tranquillité, vous n’avez pas idée de ce qu’est la tranquilité de l’esprit, vous ne savez pas ce que veut dire être contente de soi[…]

Ryu Murakami, Thanatos (troisième tome de la série Ecstasy Mélacholia Thanatos, mais je vous préviens si vous tentez, ça parle de sm, de drogue, de déchéance au japon , c’est pas drôle et on en ressort la cervelle en bouillie et le coeur en bandouillère, mais humainement c’est incroyable)

La destruction de la Persona peut mener à des phases assez difficiles, ou selon Jung, on se retrouve incapable de communiquer avec ce qui se passe autour, on a l’impression que tout le monde joue un rôle en permanence, l’impression d’être « à côté de la plaque » et de ne rien comprendre à ce qui nous entoure, à ce que font les autres. Mais c’est comme tout,si tu es un Bernard l’ermite qui change de planque pour en trouver une mieux, il faut accepter d’être vulnérable au moment du changement!

shin_megaten_nocturne_conceptart_tSGXx

Allez, en cadeau une petite image tirée du jeu vidéo Persona (Shin megami Tensei) avec des concepts chanmés que vous pouvez voir par ici (y’a mêmes les nornes, ganesh, des anges chelous et autres divinités réinterprétées de façon très chouette)

A la prochaine les petits haricots azukis, je vais aller bêcher parce que j’ai envie de planter des trucs cette année! (des fleurs mellifères pour mes amies les abeilles)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s